KaZeo
+
djes
Follow me
Join now
26 Juillet 2014, St Anne/Joachim
DJESS A AFRICA24
  • Djess dia Moungouansi- Invité Principal à AFRICA-24

     

     
     
     

    L'Africa News Room

    AFRICA NEWS ROOM, le pemier Talk Show News dédié à l'Afrique...

    Chaque soir, Africa 24 vous fait vivre au rythme de l'actualité Africaine et mondiale avec l'AFRICA NEWS ROOM.

    Du lundi au vendredi, à 17H30 gmt, pendant 1 heure, Marie Angèle Touré et Khadija Sfar décrytpent les temps forts de l'actualité quotidienne.

    L'AFRICA NEWS ROOM, vous propose des grandes signatures d'éditorialistes africains et des chroniqueurs. l'AFRICA NEWS ROOM vous fait partager une approche constructive et positive de l'actualité sur le continent Africain mais aussi dans le monde.

    Chaque semaine, l'AFRICA NEWS ROOM vous offre un voyage instructif sur chaque pays du continent à travers des thématiques précises - Ecomonie, Politique, Education, Santé et Société.

    L'AFRICA NEWS ROOM, c'est tous les soirs, 1 heure - en Direct - de décryptages, de débats et d'analyses de l'actualité avec pour unique objectif, la valorisation d'une Afrique en pleine expansion.

    L'AFRICA NEWS ROOM est un rendez-vous en exclusivité sur AFRICA24 !

MANIFESTATION DU 08/04/2013
  •  

    MANIFESTATION DES PATRIOTES DU 08/04/2013

    Des patriotes congolais ont battu le macadam ce jour du 08/04/2013 pour exprimer notre indignation suite à la venue du satrape d'Oyo en terre des droits de l'homme .

Contenu
  • Implantation du Cercle LA RUPTURE au CONGO

    LE CERCLE LA RUPTURE AU CONGO

    Extrait d'une réunion publique - Octobre 2012 - à Loudima (Congo Brazzaville), commenté par Djess dia Moungouansi - Décembre 2012, Vice-Président du Cercle la Rupture, chargé de l'organisation. Djess y revient aussi sur le débat autour de la tenue ou non des Etats généraux de la nation

     

Première journée Politique Congolaise
  • PREMIERE JOURNEE POLITIQUE CONGOLAISE 

    Le Cercle La Rupture a organisé le samedi 27 octobre 2012, à la Mairie du 2è à Paris, la 1ère journée politique congolaise, sous le thème: Quelle alternative pour le Congo?


    Cette journée a bénéficié du soutien d'Europe-Ecologie-Les-Verts

Contenu
  • L'intervention de KOVALIN TCHIBINDA à la journée politique congolaise organisée par LE CERCLE LA RUPTURE

Contenu
  • LE TRIBALISME  SELON ELIKIA MBOKOLO

     

Contenu
  •  

    Une jeune écrivaine congolaise KETSIA BOUANGA , présente son nouveau livre " L'ennemi du noir c'est le noir, l'ennemi de l'Africain, c'est l'Africain"

L'ecomomie congolaise
  • L'ECONOMIE CONGOLAISE

Contenu
  •  Comment comprendre la crise actuelle, le hold up des banques...

    C’est très long, et vous n’êtes pas obligés de voir cette vidéo en une seule fois

    EN réalité, aujourd'hui des prêteurs prêtent aux états à des taux négatifs. En fait, ils spéculent sur la chute de l'Euro. Si l'Euro chute les pays reviendront à leur ancienne monnaie. Pour certains pays, ce sera la catastrophe. Pour d'autres pays comme par exemple l'Allemagne, revenir à l'ancienne monnaie sera une bénédiction et là les prêteurs négatif feront une énorme plus value.

    Cliquez  ci-dessous

    Interview de Djess /Autopsie de la crise financière actuelle

     

Contenu
  •  DJESS CHEZ BERNARD DEBRE

    Lors d'une séance travail au domicile du député de la 15e circonscription de Paris et ancien Ministre de la coopération , le Professeur Bernard Débré, j'ai fustigé la politique africaine de Sarkozy qui est à mille lieues de la rupture qu'il avait prônée lors de son élection en 2007. Ma plume et les contacts humains sont les biais par lesquels, j'essaie de véhiculer mes analyses sur un monde où, si on n'y prend garde, les dés seront définitivement pipés. Vous en avez une illustration à travers cette vidéo : regardez et écoutez :

Contenu
  •                                               

    new_083

     

      YOUSS BAND LA DICTATURE

     

     QUITTE LE POUVOIR de TIKEN JAH KAFOLY

     

     MON PAYS VA MAL DE TIKEN JAH FAKOLY

     

     

     

.
  •  

     

    INFO - INFO - INFO

     

    Congo : 26% des enfants de moins de 5 ans touchés par la malnutrition

    BRAZZAVILLE (Xinhua) - En République du Congo, 26% des enfants de moins de 5 ans sont touchés par la malnutrition chronique, 14% par l'insuffisance pondérale et 7% par la maigreur, selon des statistiques communiquées lors d'un séminaire d' adaptation des "Directives et instructions" pour la mise en oeuvre du Paquet essentiel d'interventions en nutrition (PEIN), en milieux institutionnel et communautaire, tendu mardi et mercredi à Brazzaville.

     

    Au cours de ce séminaire organisé par le ministère congolais de la Santé et de la Population en collaboration avec l'UNICEF, les participants issus du ministère de tutelle, des médias, des confessions religieuses et des communautés de base, ont élaboré des plans de communication adaptés au PEIN, respectivement dans les Centres de santé intégrés (CSI), dans les hôpitaux et dans les communautés de base, en vue de mieux sensibiliser les femmes enceintes et les mères allaitantes sur l'allaitement maternel précoce et exclusif.

    Ces plans de communication, a-t-on indiqué, vont permettre aux agents de santé dans les différentes structures sanitaires du pays, de bien assimiler et vulgariser  les notions essentielles et fondamentales sur l'alimentation de l'enfant de 6 à 59 mois et la lutte contre les carences en vitamines et minéraux, ainsi que sur le dépistage et la prise en charge communautaires de la malnutrition.

    Ces documents de référence du PEIN, précise-t-on, visent à promouvoir l'allaitement maternel précoce et exclusif, une alimentation adéquate de l'enfant de 6 à 59 mois et une amélioration du dépistage et de la prise en charge de la malnutrition aiguë chez les jeunes enfants. 

    Source: AFRIQUINFOS

TELE RUPTURE
  • Cliquez ci-dessous

    TELE RUPTURE 

    Vous pouvez aussi regarder cette télé sur Real Player.

    La chaîne étant à l'essai, nous vous invitons à nous faire part de toute éventuelle difficulté de reception. A noter qu'à certaines heures de la journée la chaîne peut être indisponible pour des raisons de maintenance

    AMEDEE KETI, Manager principal et Directeur des programmes

    Cercle La Rupture

Texte libre
  • La grande nausée

    Comme à l’accoutumée, dès que le pouvoir de Brazzaville, désormais  dans le collimateur de la communauté internationale,  est sérieusement  ébranlé;  la meute oyocratique  rivalise des mâles propos dans la fustigation des trouble-fêtes. A coups de divagations, les unes plus insipides et plus abjectes que les autres, elle prétend pourfendre  «  les ennemis de la nation ». 

    A la faveur de « l’affaire des mallettes »(1), menée tambour battant par Robert Bourgi, les griots du « Chemin d’Avenir » n’ont pas dérogé à la règle. Dans  un abyssal déficit de sincérité, le Porte parole du Gouvernement, Bienvenu Okiémys’est une fois de plus illustré  dans l’esquive et la tangente; des arts qu’ils manient, somme toute,   comme sa langue maternelle. Pour nous gaver de pestilences, il a osé affirmer avec emphase que des sommes colossales ne pouvaient aucunement  être soustraites  du Trésor public congolais par son « Propriétaire » Sassou Nguesso, sans que cela ne puisse susciter  une levée de boucliers. Les procédures y seraient scrupuleusement respectées. Un véritable scoop. C’est vraiment nouveau, si se servir dans « l’épicerie familiale »( dixit Ngouolondélé) devenait répréhensible !  Mais de qui se moque-t-il ce Ministre?

    Evitons toute circonlocution : le spectaculaire dédouanement d’Abdoulaye Wade et de son fils Karim par Bourgi, n’absout nullement Sassou Nguessoet feu Omar Bongo, deux piliers de la Françafrique. D’ailleurs, alors que Maître Wadeet son fils menaçaient vigoureusement de porter plainte pour diffamation, Brazzaville et  Libreville sont dans une assourdissante torpeur. 

    Là où le bât blesse, au point de susciter une grande nausée c’est  le toupet de ce pouvoir  qui  estime que cette affaire serait exclusivement franco-française, et que seuls les relents colonialistes  justifieraient  que l’honneur  et la souveraineté du Congo soient -comme dans l’affaire des « Biens mal acquis »-  mis à mal.  Il feint d’ignorer que la postérité ne rendait à tout un chacun qu’un honneur qu’il méritait  et que toute  souveraineté était une authentique et perpétuelle conquête.

    D’ailleurs, de quelle souveraineté nous parle-t-on quand les fondements d’un Etat républicain et indépendant  sont chaque jour si joyeusement jetés aux orties ? 

    Aucun pays, sur ce vaste planisphère, ne peut soutenir la comparaison avec le nôtre, à cause de la singularité des comportements de nos dirigeants. Aucun pays ne cultive le culte de la dépendance autant que le nôtre. Aucun pays ne méprise ses habitants autant que le nôtre. Aucun pays ne croit à la puissance des forces extérieures, au détriment des forces internes dans le processus de développement, ou dans la gestion du pouvoir au­tant que le nôtre. Oui, nos dirigeants mal  élus ou pas du  tout élus, refusent  toute «normalité», ils redoutent, d’être sevrés de toute dépendance, même  encombrante et infâme. Ils n’ambitionnent pas du tout  d’être à la table des hommes et femmes qui font l’Histoire en construisant leur monde.   La franc-maçonnerie, la Françafrique, le FCFA  sont des impedimenta  que nos dirigeants font peser comme un boulet sur les épaules de notre pays, accentuant chaque jour notre vassalisation  et notre extraversion.

    Le plus important dans cette affaire n’est pas dans le contenu des mallettes que transportait, dans le clair-obscur,  Robert Bourgide Sassou  et/ou de Bongoà Chirac; celles-ci ne constituent que des détails d’une vaste et ruineuse es­cro­querie accomplie par ces deux satrapes  et leurs complices Français. Comment peuvent-ils avoir l’outrecuidance de se livrer à des pratiques d’une telle laideur morale, sachant que leurs populations respectives sont exposées aux affres inimaginables ? Une autoflagellation justifierait –t-elle une telle conduite ? Ces questionnements en appellent d’autres:   Que se passe-t-il derrière ces mallettes ? Elles garantissent quoi ? Elles protègent qui ? Elles protègent contre quoi ?  Les réponses coulent de source...Un véritable secret de polichinelle.

    Nous avons tous en mémoire, l’hystérie qui s’était emparée de Jacques Chirac  quand il  congratula ostensiblement, Dos Santosd’avoir envoyé ses militaires à Brazzaville, pour -officiellement –mettre un terme aux souffrances des congolais empêtrés dans une guerre civile sans merci. Il fallait se rendre à l’évidence et ne pas  se faire d’illusions.  Seuls les bornes politiques pouvaient croire à un soudain et désintéressé attachement  du Président Français  au peuple congolais, martyrisé par ses dirigeants.

    Alexis de Tocquevillel’avait relevé très tôt : « la France reste spécialiste des règles dures et des applications molle». Et à son contemporain le Général De Gaullede renchérir : «  La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts ». L`hypocrisie de la rhétorique diplomatique d`aujourd’hui est tout bonnement mise à nu. Les lois et les principes vantés dans ce pays sont bons quand ils s’appliquent aux autres, notamment aux pays africains francophones. Les dirigeants Africains putschistes ou non élus, sous perfusion politique, « Grands maîtres » et Représentants locaux  de la franc-maçonnerie, principaux acteurs de la nébuleuse Françafrique, sont à la merci  des humeurs de leurs protecteurs hexagonaux. 

    En conséquence, nos analystes politiques, nos journalistes et notre «  opposition »,  à la lumière des dénonciations de Robert Bourgi, au lieu de se contenter d’être les relais des médias français, ont des questions fondamentales à se poser, sur le fonctionnement de nos économies, sur nos politiques culturelles, sur le pacte colonial, sur l’état de la démocratie dans nos pays, car l’existence de la Françafrique, avec son économie, sa diplomatie parallèles; avec sa politique culturelle, et l’utopie de bâtir des régimes démocratiques, dans les mêmes pays, sont antinomiques. Elle est et demeure ce qu’elle est, quelle que soit la nature du régime politique à la tête de l’Etat français. Que ce régime soit de droite avec Charles de Gaulle, Georges Pompidou, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, de centre avec Giscard d’Es­taing, de gauche avec François Mit­ter­rand, la Françafrique ne renonce pas à ses manœuvres criminelles.

    Tout le génie de Foccartest ici : son monument échappe à toute éthique et à toute idéologie politique. C’est là un des aspects de l’exception africaine dans la politique française et dans le comportement de ses élites et de ses médias. S’il y a Françafrique il ne peut y avoir de démocratie, qu’il ne faut pas confondre avec le multipartisme; la Françafrique constitue plutôt de confortables nids pour les dictatures. Et s’il y a démocratie, il ne peut y avoir de réseaux criminels et «voyous» comme ceux de la Fran­çafrique.  La coexistence des deux phénomènes est impossible.

    Après tant de crimes, il est normal que Robert Bourgitienne à «soulager sa conscience», si tant est qu’il en avait une. Les pratiques nauséeuses, qui sont du reste un frein d’une puissance insoupçonnée contre le progrès social et le développement, ne seront éradiquées  qu’avec un véritable assainissement de la vie politique. Sur ce, nous devons œuvrer pour un système qui nous offre la possibilité de se rebeller contre le fatalisme en conspirant un avenir désiré. C'est cet esprit de résistance face à l'adversité et d'action militante pour la conquête du futur qui nous permettra de faire florès. A l'inverse, s'endormir sur la rente pétrolière ( qui du reste, ne profite qu'à Sassou, à  son clan et ses protecteurs) et se résigner à subir les changements, ne peuvent conduire qu'à l'implosion irréversible de notre cher Congo.

     

    Djess dia moungouansi   La plume libre au service du peuple

    (1)           Lire à ce propos le dernier ouvrage  de Pierre Péan : « La république des mallettes »- Septembre 2011- Editions Mille et une nuit

    Blog de Djess

    http://demainlecongo.kazeo.com

Djess sur Radio Forum
  •           DJESS SUR   RADIO DES DROITS DE L'HOMME

    Réaction au discours du 12 août 2011 de Sassou Nguesso selon Djess dia Moungouassi la croissance économique congolaise serait une véritable escroquerie :

    POUR  ECOUTER DJESS  -CLIQUEZ ICI

     


    En réagissant au Discours dit de l'Etat de la Nation prononcé par le Président Denis SASSOU NGUESSO, le vendredi 12 août 2011, le numéro 0033631072180 a enregistré l'appel de nombreux congolais dont Djess dia MOUNGOUANSI un internaute analyste économique et politique des tribunes africaines. Il estime que:

    "Les laudateurs du « Chemin d’Avenir » auraient dû tempérer la frénésie née de la croissance annuelle du Produit Intérieur Brut(PIB) qui était de 10.20% en 2010 et même de 8.4% attendue pour 2011(1). Ils auraient dû avouer au peuple que même un piètre dirigeant, pour un pays nanti comme le Congo, aurait pu au minimum réaliser de tels taux de croissance. Dont acte !
    Cette croissance appelée « Croissance incursive » est pauvre en création d’emplois, mais surtout inappropriée pour la mise en oeuvre de stratégies de réduction de la pauvreté (SRP). Mal gérée, elle peut même être contre-productive".

CRISE DE L'UPADS
  •  

    INTERVIEW DE PASCAL TSATY MABIALA

    SECRETAIRE GENERAL DE L'UPADS

     

     

     
     
     
     
     
     
CAHIERS DE BRAZZAVILLE

  • LES CAHIERS DE BRAZZAVILLE N°8- CLIQUEZ CI-DESSOUS

                               CAHIERS DE BRAZZA

     

             

FACEBOOK
SCISION DU CONGO
  • HUMEUR : PROJET DE SCISSION DU CONGO

    Face aux dérives du pouvoir actuel qui a élaboré comme projet l'accaparement des richesses nationales au seul profil de la famille Sassou et de ses sbires, certains congolais estiment qu'il devient impossible de vivre ensemble.

    Je vous propose la réaction du député Robert POATY PANGOU,, tirée du Blog de mon ami Kovalin.

    Djess

    .............................................................................................................

                                        Robert Poaty pangou

                                                     LETTRE A SASSOU NGUESSO

    Paris, le 16 Juin 2011

    Honorable Robert POATY PANGOU A Monsieur Denis SASSOU-NGUESSO

     

    Objet : La SCISSION du CONGO est désormais évidente.

    Monsieur le Président,

    J’ai l’honneur de vous adresser la lettre dont la teneur suit.

    « Il est au vu et au su de tous, que vous prenez le CONGO pour un BIEN personnel et/ou élargi à tout membre du Peuple NGala et dont l’héritage est à transmettre à votre famille et/ou à tout originaire du NORD. Pourvu que le Pouvoir soit conservé au NORD ».

    C’est le Plan que tout le Peuple NGala a arrêté. La candidature unique de tout le NORD en 2002 en est la preuve irréfutable sur l’unité du NORD.

    Le Peuple Kongo l’a bien compris. Quant au Peuple Téké, je n’en sais rien. Je ne sais s’il voit ce qui se passe.

    Le Peuple Kongo demande que les choses se fassent au clair et demande la SCISSION du pays. Le Peuple Kongo demande cette SCISSION pour une raison toute simple et pourtant profonde.

    Le Peuple Kongo tient à protéger seul, les vies des membres de son groupe ethnique. Il doit faire éviter des nouveaux massacres à ses membres.

    Il veut reconstruire seul son avenir et réparer seul tout ce qui lui a été détruit. Il en est capable. Il l’a prouvé dans le passé.

    N’oubliez pas, Monsieur Denis SASSOU-NGUESSO et tout le monde le sait, que vous êtes entrain de préparer un nouveau Coup d’Etat à travers la révision de votre propre Constitution de 2002. Vous savez très bien pourquoi vous tenez à faire cette révision.

    Monsieur le Président,

    Vous allez certainement dire que le Peuple Kongo demande la SCISSION du pays. NON. Ce n’est pas le Peuple Kongo qui le veut. Même si c’est effectivement le vœu qu’exprime désormais l’homme du SUD.

    Le Peuple Kongo a tout simplement fait le constat suivant :

    En effet le Peuple NGala dont vous êtes au fond le représentant aujourd’hui, est arrivé au Pouvoir par la force des Coups d’Etats ce depuis Marien NGOUABI.

    Le Peuple NGala s’est accaparé de la gestion de toutes les richesses du pays. Et pour en avoir la maîtrise totale sur toutes ces richesses et mieux conserver le Pouvoir, le Peuple NGala s’est très lourdement armé.

    Voilà pourquoi tirant la leçon sur ce qu’il a subit du fait de ces Coups d’Etats à répétition, le Peuple Kongo pense qu’il faut procéder à la SCISSION du pays.

    Mais la fuite en avant sur cette question ne sera plus acceptée. Le 18 Mars 1977, nous avons tous entendu dans les rues de Brazzaville que : « Ba Kongos ba bomi Marien ».

    La suite de cette phrase fut le massacre du Cardinal Emile BIAYENDA, d’Alphonse MASSAMBA-DEBAT et des pauvres innocents.

    Depuis 1992, année de l’élection de Pascal LISSOUBA, la démocratie n’existe plus. La corruption a détruit tous les Partis Politiques à l’image de l’UPADS, le MCDDI, le PCT, l’UDR-Mwinda, le RDPS, le RDD et j’en passe.

    Or malheureusement pour le Pouvoir que vous incarné, les militants de ces différents partis sont conscients et ils sont restés fidèles malgré tout.

    L’impossibilité de faire usage de la démocratie à travers les partis politiques dans le vivre ensemble à cause de nos appartenances ancestrales comme unique moyen pour accéder à la Magistrature Suprême, nous oblige à revenir en arrière afin de rechercher la véritable solution en mettant autour d’une même « Table Ronde » les Peuples ; Kongo, NGala et Téké.

    Car les partis politiques ne pourront jamais trouver la solution nous permettant de nous libérer de cette « Nasse » dans laquelle le Colon nous a enfermé. Faute de quoi, nous allons finir par nous entre bouffer jusqu’à notre disparition totale.

    Depuis Février 1959 à Juin 2011, voici plus de 42 ans que nous nous entre tuons pour le Pouvoir.

    D’ailleurs la Loi sur les partis politiques exige une représentation ethnique. Ce qui démontre à suffisance qu’il existe un malaise entre les différentes composantes ethniques du pays.

    Le Peuple Yougoslave avait comprit son problème et il a trouvé la solution. Le Peuple Yougoslave à procédé à la SCISSION de la Yougoslavie.

    Les nouveaux Etats nés de la disparition de l’Etat Yougoslave à l’image de la Croatie se portent mieux.

    L’Unité des Peuples : Tékés, NGala et Kongo sur un seul et même sol a causé la destruction du Peuple Kongo. Ce Peuple souffre aujourd’hui à cause de cette Unité imposée par le Colon.

    Les trois(3) Peuples : Téké, NGala et Kongo n’ont été que contraint de vivre ensemble.

    L’affaire Georges YAMBO, la guerre NORD/SUD de Février 1959 sont les événements révélateurs sur nos réelles différences culturelles qui du reste dépendent de nos appartenances ethniques.

    Depuis ces évènements, les Congolais vivent :

    • de conflits guerriers en conflits guerriers,

    • de Coups d’Etats en Coups d’Etats,

    • de tueries en tueries. Tout ceci, pour le Pouvoir.

    Il n’y a pas de tranquillité. Tout le monde est inquiet. Vous-même y compris.

    Le Peuple Kongo ne veut plus vivre ces drames. Le SUD est détruit juste à cause d’un Pouvoir que le NORD tient à posséder et à conserver.

    Le Peuple Kongo a désormais compris que sa Paix et son Avenir sont conditionnés par la SCISSION du pays.

    Au moment où je vous adresse la présente lettre, tous vos enfants, neveux et autres filles ou fils du NORD qui prétendent à votre succession sont tous aux aguets.

    Vous avez autours de vous, des gens qui vous font allégeance malgré tout ce qu’ils peuvent vous reprocher.

    Et pourtant nul n'ignore qu’avant l’arrivée du Colon, ces trois (3) Peuples vivaient chacun sur son Territoire avec ses Lois et Règlements qui garantissaient la quiétude et la tranquillité sagement assurées par les Rois et autres chefs de Tribus.

    Seuls les échanges commerciaux et autres occasions leurs permettaient de se rencontrer. Ces rencontres se passaient dans le Strict Respect des Coutumes des uns et des autres.

    En résumé, avant la fabrication du CONGO par le Colon, la vie était bonne à vivre dans nos Territoires respectifs.

    Monsieur le Président,

    Durant la période coloniale, le Colon était le seul garant de l'intégrité territoriale du CONGO. Le Colon était aussi le seul à maintenir la quiétude entre les différents Peuples vivants sur son territoire.

    Or c’est dès 1945, année des premières élections démocratiques au CONGO, que va s'afficher le clivage NORD/SUD d’une part et d’autre part celui entre les trois groupes ethniques.

    Le regroupement autour de Jean Félix TCHICAYA pour le SUD et autour de Jacques Luc Napoléon OPANGHAULT pour le NORD en sera l’illustration.

    Ce regroupement n'est pas une invention de la démocratie. Il est justement l’expression de notre sentiment sur nos réelles appartenances. C'est-à-dire qu'avant d'être devenu Congolais, on était avant tout : Téké, NGala et Kongo. Au moment où je vous écris, cette réalité est toujours présente en chacun de nous.

    Plusieurs autres faits nous ont servi de rappel sur nos appartenances ethniques.

    - l'élection d’André MILONGO comme Premier Ministre

    - votre élimination dès le 1er tour en 1992

    - l'élection de Pascal LISSOUBA

    - en 2002, tout le NORD qui n'a qu'un seul Candidat : Denis SASSOU-NGUESSO. Alors que le SUD en présente 9

    - il y a des innocents qui disparaissent au Beach et d'autres qui sont tués et brûlés au Palais du Peuple

    - la configuration de la Mandature de LISSOUBA et la structuration de votre Régime qui laissent perplexe.

    Tous ces faits sont révélateurs d'un mal très profond auquel un courage et une honnêteté seront nécessaire pour y mettre un terme définitif.

    Monsieur le Président,

    Aucun Congolais n’ignore que le Fief électoral de tout candidat originaire du NORD est trop faible. Cette faiblesse rend impossible son accession au 2éme tour d’une élection présidentielle. A ce sujet, les preuves existent.

    Et pourtant, l'enfant du NORD doit aussi diriger le CONGO. Mais comment ? Voilà la question qui justifie les Coups d'Etats aux conséquences très désastreuses.

    L'affaire Georges YAMBO en 1958 et l'alliance entre l'UPADS et le PCT en 1992 nous ont démontré les limites de l'exercice démocratique.

    Ambroise Edouard NOUMAZALAYE avait déjà exprimé sa préoccupation et son inquiétude sur la faiblesse démographique du NORD.

    Monsieur le Président,

    Je voudrais après ce rappel des faits, vous poser la question de savoir si : les Peuples NGala, Téké, Kongo ont encore un intérêt commun à suivre, ou s’ils étaient réellement fait pour vivre ensemble ?

    Le seul espoir sur lequel réside la poursuite d’une vie commune reste le respect de l’Accord signé en Mai 1997 à Paris. Encore qu’il faudra laisser à l'ONU toute l'organisation du processus électoral et de la tenue de l'ensemble des élections.

    Si le recours à cet Accord vous semble impossible, alors la solution suivante nous permettra de mettre un terme définitif à l'usage des Coups d'Etats et aux tueries inutiles.

    Cette solution est la SCISSION du pays.

    Cette SCISSION va permettre la création de trois(3) nouveaux Etats indépendants. Nous allons faire au cœur de l'Afrique ce que le Peuple Yougoslave a fait au cœur de l'Europe.

    En effet tous les Congolais y compris vous-même sont très inquiets sur leur sécurité physique et sur celui de leur bien matériel. Tout le pays est sous le règne d’une très faible minorité aujourd’hui au Pouvoir et qui détient les armes et l’argent.

    Ce climat de vie dans lequel sont plongé les Congolais est très regrettable. Il faut y mettre un terme définitif. 

    Alors soyons des hommes courageux et repartons d'où nous venons. C'est là, la clé de notre mieux vivre dans le Respect et avec Dignité.

    Le développement économique et social autrement dit le Progrès de chacun de nous se trouve dans cette décision à prendre. Cette décision est un salut pour : les NGalas, les Kongos et les Tékés.

    Monsieur le Président,

    Les conséquences qui ont suivi la disparition de la Compagnie des Potasses du Congo (CPC) de Holle dont l’usine était à Makola sont restées un cauchemar pour les populations de tous les villages environnants.

    Aujourd’hui l’argent du pétrole qui devrait servir à construire au minimum le Barrage du Kouilou à Sounda est entrain de remplir des comptes et les poches des individus qui n’ont aucun lien avec le Royaume Loango dont l’exploitation des richesses de son sous-sol aurait pu contribuer à sa modernisation et à son industrialisation.

    Or à ce jour, la région du Kouilou est entrain de se détruire. Le désordre règne dans le Kouilou. Rien n’est fait pour construire cette région qui pourtant est le premier pourvoyeur de l’économie du pays.

    Il est sûr et certain qu’une fois le pétrole fini, seules les populations du Kouilou continueront d’y vivre avec toutes les conséquences que cette exploitation aurait engendrées. C’est pourquoi, il est temps que la population du Kouilou prenne la décision de se ressaisir.

    La construction du barrage du Kouilou est désormais entre les seules mains de tous les enfants de cette région.

    La SCISSION du CONGO est aujourd’hui la seule solution équitable pour chacun des trois Peuples. Prenons tous ensemble dès maintenant, le courage de regarder la vérité en face.

    N’ayons peur de rien.

    Monsieur le Président

    Faisons-le tous ensemble pour la tranquillité et la vie paisible des futures générations. Arrêtons enfin d’être des hypocrites. Cessons de faire semblant. Faisons-le dans toute la sérénité possible afin que les Coups d’Etats s’arrêtent définitivement.

    La démocratie ne pourra jamais résoudre les problèmes dus à nos appartenances Ethniques.

    Je dirais d’ailleurs, que la démocratie nous a rappelé nos appartenances ethniques.

    Et, n’oublions jamais que nous sommes et restons avant tout : Téké, Kongo et NGala. C’est notre héritage et notre identité. L’Unité n’a été jusqu’ici qu’un maquillage.

    C’est le Colon qui nous a mis dans un même « panier ». Nos ancêtres ne l’auraient jamais fait. Nos Ancêtres étaient très sages et ils savaient que l’individu dans la société reste toujours attaché à son cordon ombilical.

    Les Coups d’Etats sans fin et ce depuis l’Affaire Georges YAMBO et la guerre de Février 1959 en sont les conséquences tragiques.

    La SCISSION du pays va enfin nous permettre de résoudre cet épineux problème du Pouvoir.

    NB : Le 10 Juin 1991 n’a servi à rien puisque des enfants Kongos ont disparus au Beach et que d’autres ont été tué et brûlé au Palais du Peuple. Pourquoi ? C’est la grande question à laquelle je vous laisse répondre.

    Voilà comment moi, Honorable Robert POATY PANGOU, justifie la SCISSION du CONGO. Et le Peuple Kongo est aujourd’hui très inquiet de son avenir.

    Veuillez, Monsieur le Président croire à mon intime conviction et daignez apporter avec efficacité votre très sincère contribution.

    Fait à Paris, le 16 Juin 2011

    Honorable Robert POATY PANGOU

    Ancien Membre du Conseil Supérieur de la République

Texte libre
  •  

    La République du Congo actuelle est un pays d'Afrique centrale, parfois appelé Congo-Brazzaville pour le différencier d'avec la République démocratique du Congo (appelée Congo-Kinshasa pour la même raison). La République du Congo a aussi été connue sous le nom de République populaire du Congo de 1969 à 1992 avant de reprendre son nom d'origine.

    carte cong

Me suivre sur
Photos aléatoires
Newsletter

« Un père a deux vies, la sienne, et celle de son fils ».  Jules Renard

Le titre n’est pas d’une grande originalité, je le concède volontiers. Il n’en demeure pas moins qu’il met en relief  le plus désarçonnant des défis qu’aura à relever l’opposition congolaise qui,  pinaillant à satiété,  s’attèle exclusivement à mettre  toutes ses forces dans la bataille pour le respect de la constitution de Janvier 2002.

 Rappelons-le, s’il en était encore besoin, que même sans la modification de cette funeste  constitution, avec Kiki Nguesso comme seul candidat du PCT  en 2016,  le problème sera presque entier, cetirus paribus.  Cependant, face à un peuple déterminé, qui ambitionne  de rompre avec  ce système moribond, les moyens de contournement de cet écueil, si tant est qu’il en soit un,  sont divers et variés.

Disons le sans circonlocutions : «  Sassou redoute plus une détérioration des relations  avec la France, que d’un printemps congolais ». Des propos saisissant de réalisme d’un fonctionnaire du Quai d’Orsay, féru  des ressorts de la Françafrique. Oui, le cadavre bouge encore !

De fait,  les dernières gesticulations organisées par le PCT  «  Touche pas à mon Président » (sic)  ne visaient nullement à engager un affront avec la France- comme jadis le Rwanda  qui avait rompu les relations diplomatiques avec la France-, mais  une autre occasion  pour s’adonner à ce qu’ils savent mieux faire : saigner impunément  le trésor public au seules fins de se remplir les poches sur le dos du peuple congolais. Sassou et ses supporters payés  n’ont ni l’audace, ni les moyens d’une telle avanie.

Dans  les faits, les officines de Mpila et d’Oyo savent  que  l’engagement d’un ostensible bras de fer  avec  la France, jusque-là  subliminal ;  sera  à maints égards  suicidaire pour eux. La modification de la constitution, aux seules fins de se succéder à lui-même, sera bien évidemment mal perçue par Hollande, qui ne s’était pas empêché de le lui rappeler.  Tout naturellement, et conformément aux principes fondamentaux de séparation de pouvoir, chers à la patrie des droits de l’homme, l’Elysée n’érigera aucune entrave à l’intensification des investigations  relatives  aux  «  biens mal acquis » ; bien plus,  elle accordera assez de marge de manœuvre aux juges en charge de la douloureuse affaire des  «  disparus du Beach » pour  entendre  tous ceux qui y sont impliqués,  de loin ou de près.

Sous les airs d’apparente sérénité, Sassou  est plus que jamais préoccupé par l’après 2016. Comment arrêter l’épée de Damoclès, suspendue sur sa tête, de s’abattre sur lui et sur clan, dès qu’il aura quitté le pouvoir ?  Hypothèse d’école : dans l’impossibilité de modifier la constitution ;  comment son fils, Kiki Nguesso pourrait-il  hériter du fauteuil présidentiel, et constituer ainsi,  à tout point de vue, un imparable bouclier face aux  innombrables périls judiciaires, oscillant comme des pendus, au gré des humeurs des juges français?

 

Premier acte : en politique, rien de grand ne peut être entrepris sans avoir une mainmise sur les partis politiques.  Pour réaliser une telle vilenie, Sassou est en train de parachever avec maestria son travail de démolition de tous les partis de l’opposition. Jusqu’à preuve du contraire,  le MCDDI et la DRD  sont des alliés incontestables du PCT au sein de l’URMP ; même s’ils ont refusé de participer aux meetings organisés par le PCT pour soutenir Sassou face aux  déboires judiciaires qui pointent à l’horizon. Leur base ne les aurait jamais pardonnés de trahir les mémoires des «  disparus du Beach » essentiellement originaires du Pool, sur l’autel de leurs intérêts égoïstes. Sans états d’âme, ils ont empoché les millions de FCFA, prévus pour  ce « délire ».  Par ailleurs, malgré les velléités de liberté de ton  d’un Mavoungou Mabio, le RDPS est toujours  sous l’envoûtement du PCT qui le cantonne  dans ce rôle ingrat et dérisoire de Parti satellite.

 

Quant à l’UPADS, seul grand parti de l’opposition qui aurait pu inventer de nouveaux axes pour de nouvelles perspectives visant la construction d’un véritable projet politique national, qui puisse écraser et remplacer ce  système rétrograde  dont le moins à dire est qu’il n’élèvera jamais notre pays au point de satisfaire les  aspirations de nos populations à un mieux-être. Ce parti disais-je, peine à se reconstruire, englué dans  une superflue guerre des égos de ses dirigeants  et qui l’ont définitivement scindé en deux entités, aux idéaux diamétralement opposés.

 

Deuxième  acte : Il sied de rappeler opportunément  qu’il n’y a rien d’anormal que Christel  Sassou Nguesso aspire à succéder  à Ngolo  à la tête du parti de son père,  le  PCT. Les partis politiques étant  en fait des associations privées. Cela est courant en Inde et aux Etats –Unis. Par contre, succéder à son père dans une République est un véritable scandale, le pouvoir n’étant nullement attaché à une personne ou à une  famille comme dans une Monarchie.

 

Troisième acte : dans une élection présidentielle anticipée avant 2016,  prenant l’opposition de court ;  Kiki aurait des sérieuses chances de l’emporter  dès le premier tour. La rumeur d’une collusion de tous les opposants congolais avec le pouvoir de Sassou, est bien répandue à dessein. Elle vise à discréditer  toutes les forces vives de la nation dans l’opinion nationale. La portée de leurs revendications s’amenuise ainsi comme peau de chagrin. Alors que Kiki sera le seul candidat du pouvoir, Sassou s’appliquera  à multiplier le nombre de candidats dans l’opposition, à coup de milliards de FCFA, pour bien émietter  les suffrages. Reconnaissons-le, c’est une machination   qu’il réussit avec brio.

 

Elevé dans la culture de jouissance pernicieuse, sur fond d’un environnement où l’excellence, le goût de l’effort n’ont jamais été portés sur les fonts baptismaux,  Kiki a en réalité peu de mérite. En tout cas, peu de mérite qu’un Karim Wade par exemple, diplômé en Ingénierie Financière  de la Sorbonne. Malheureusement, son passé sulfureux, aux antipodes de la bienséance, l’a rattrapé.   Désormais, il file  un mauvais coton.  Toutes proportions gardées, la gabegie, le népotisme, le détournement des biens publics, la corruption, la fraude,  la luxure et autres antivaleurs  peuplent les rêvent de notre Kiki national.

 

 Quel type de Président pourrait être un monsieur qui jette, sans coup férir, chaque jour que Dieu fait, un million  cinq cent mille francs CFA de chemises sur-mesure  à la poubelle. Quel amour envers son peuple pourrait avoir  une personne enivrée dans la folie des grandeurs au point de susciter  la nausée aux policiers qui ont répertorié sa collection d’une bonne centaine de montres d’une valeur se situant entre 50 000 et 150 000 € ,  les autres  dépassant les 500 000 € l’unité ? (1).

Pour lui, comme pour son père, l’argent est l’arme qui permet d’atteindre toutes sortes d’ambitions ; plus saugrenues les unes des autres.  Ils en disposent pour eux, narguant délibérément un peuple digne, manifestement  plus méritant qu’eux, les  maîtres de l’intrigue, les adeptes de la laideur morale. Toujours en embuscade pour passer à la postérité.  Kiki après Sassou sera la seule manière pour continuer à instrumentaliser les universaux qui devaient constituer le socle de notre nécessité de vivre ensemble. Kiki ou son père, c’est du pareil au même.

Il urge donc de procéder à plus de diligence dans la mise en  place d’une structure  neutre qui organiserait toutes les élections, pour combattre la fraude, l’achat des consciences. C’est une question d’approche ! Il s’agit moins de s’épier méchamment pour satisfaire une jalousie malsaine que de veiller à ce que ce qui nous appartient à tous, le Congo, soit  exclusivement au service de tous,  pour que ceux qui concourent à la magistrature suprême aient les mêmes atouts. Nous devons surtout, en toute lucidité et sérénité, veiller à la justice, à l’équité et à l’impartialité.

Parce qu’il est urgent de travailler à l’inversion des tendances lourdes et préjudiciables de la gouvernance actuelle de notre pays, tous les patriotes doivent s’engager à assumer le combat politique et à mobiliser toutes les intelligences nationales, où qu’elles soient,  pour opposer à ce système un projet national assis sur des politiques de dignité et de meilleures perspectives pour le Peuple du Congo. Arrivera alors le  temps des ruptures et des alternatives véritables.


 Nous devons nous arrêter sur nos comportements, sur nos agissements, mais surtout sur nos devoirs face à un pays en souffrance.  Nous ne pouvons plus continuer à jouer aux pantins sur la  scène du théâtre national avec les mêmes acteurs qui n’ont comme seule ambition que de s’accrocher au sommet de l’Etat, en se relayant de père en fils ou  en se renouvelant au sein du clan. Sachons anticiper, débusquer l’ennemi, le piéger.

 

La vérité est que le ver est bien  dans le fruit. Les nématodes sont encore dans les structures. Envoyons sans tarder ce système mortifère aux mille diables, en l’empêchant de se reproduire. En tout état de cause, nous devons impérativement nous interroger sur la finalité de tous nos combats politiques, sur leur efficacité pour que nous soyons, somme toute,  condamnés à implorer  un despote  à ne pas modifier une constitution que nous avons tant décriée. Que s’est-il passé en définitive, pour nous retrouver, une fois de plus,  tel Sisyphe devant le rocher «Congo», au bas de la montagne ?

(1) Lire notamment, les articles  en ligne  de Rigobert OSSEBI,  « Dans les couloirs de Sassou Nguesso »  et de Médiapart  « A Paris, le shopping de la corruption du clan Sassou Nguesso »

Djess dia Moungouansi    La plume du Congo-Libre

Vice- Président du Cercle de Réflexion «  La Rupture »

Blog de Djess :  http://demainlecongo.kazeo.com

Mardi 29 Octobre 2013 à 16h53 dans AccueilPoster un commentaire

x

 Hausman: LE DIABLE AU CHAUDRON (HAUSMAN11)

 

Horizon 2016: le chaudron du diable à la sauce Sassou.

 

«La différence entre l’homme politique et l’homme d’Etat est la suivante : le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération» - James Freeman Clarke.

 

En développant la théorie de la relativité, Albert Einstein a débarrassé l’Humanité des préjugés qu’elle avait du temps et de l’espace et qui plongeaient la communauté scientifique dans les ténèbres de la valeur constante de la célérité (vitesse) de la lumière. La relativité est en toute chose. Cette réalité bien assimilée, aurait  permis aux flagorneurs du « Chemin d’Avenir » qui nous chantent à tue-tête  la pseudo paix ; de comprendre  qu’il ne s’agit point de comparer  le taux de croissance du PIB ou de multiplier les municipalisations accélérées (sic). Il est plutôt question de mettre en exergue les occasions ratées par le Congo, faute d’alternance. Tout est donc relatif.  

 

A l’approche de l’échéance  électorale pour le moins   périlleuse de 2016,  Sassou  fourbit  ses armes ; au sens propre comme  au  figuré.  De  ses officines lugubres, il a sorti le chaudron du diable. Avec sa longue cuillère, il y fait macérer les pires ingrédients aux tentations crapuleuses : les pétrocfa, l’impudence, la corruption, l’achat des consciences.  Le tourbillon n’épargne aucun parti politique : le cupide et le corrompu disputent la vedette à l’ambitieux et au parvenu. Les têtes ont commencé à  tomber. Tels Jules César et les Romains de cette époque ;  en prélude à la célébration des plaisirs étranges du grand empereur, Sassou et son clan se pâment d’aise  de voir les gladiateurs être dévorés par les lions ou bien s’entretuer.

 

La goinfrerie du pouvoir de Sassou tourne au ridicule. C’est le moins qu’on puisse dire. Il n’est pas besoin de rappeler  que Nelson Mandela ne s’est pas encombré de prétextes aussi sournois et fallacieux que des chantiers à terminer. De même, Madiba  n’a jamais mis  en avant une devise manichéenne du genre «  C’est lui (Sassou) ou le chaos ». Sorti de vingt sept  ans de prison, il n’a fait qu’un seul mandat. N’empêche, il est devenu une icône mondiale.

 

Dès qu’il aura réussi à mettre la constitution de Janvier 2002  sur le lit de Procuste, il passera à l’étape supérieure de son cacochyme projet. Ses sbires planchent depuis un moment  sur un changement de régime qui aura selon eux, deux avantages. A l’issue d’un référendum aux dés pipés, l’actuel  régime Présidentiel se muera en régime semi-présidentiel.  Non seulement le semi-présidentiel  contenterait tout le monde ;  en plus, il fera sauter la clause limitative du nombre de mandats et de limitation d’âge. Un règne eternel garanti pour  Saint- Dénis !

 

Un plan de gratification  de tous les malfrats politiques qui ont fait torpiller la marche inéluctable  de notre pays vers la démocratie, sera mis en branle. Un membre de l’UPADS sera nommé vice- Président et la primature reviendra au MCDDI de Brice Kolelas ou au (Dynamique républicaine pour la démocratie)  DRD de Hellot  Mampouya.

 

La mise en orbite de son secret d’Alcôve  est tributaire de sa capacité à mettre au service exclusif de ses intérêts égoïstes, tout le marigot politique congolais, encore dubitatif dans son ensemble. Des géantes  campagnes de distraction baptisées « Colloques sur l’unité nationale » vont être organisées à travers tout le pays pour détourner l’attention des congolais des vrais  enjeux  électoraux.  A terme, la manœuvre politicienne consistera à non seulement conquérir tout le Nord, qui est loin d’être homogène ; en plus, il devra mettre le Pool dans sa poche, ce qui n’est pas une sinécure. Le gros morceau reste à n’en point douter, le Grand Niari et sa machine électorale : l’UPADS.

 

Un rapide passage en revue  de cette stratégie nous édifie sur  l’articulation d’un schème, où le subjectif se mêle à un fétichisme irrationnel. Déconcertant. Dans la partie septentrionale;  après avoir réduit à néant les velléités déstabilisatrices  des « Katangais », le dernier carré de résistance se trouve concentré entre les grandes figures  tékés. Contre toute attente, les certitudes de Sassou ont été ébranlées  par les révélations de ses féticheurs qui  on vu  les tékés succéder allègrement à son  long et infécond règne. Reprenant à son compte les inepties de Jacques OKOKO « Même les tékés veulent diriger  ce pays ?», il s’applique désormais à conjurer  ce funeste destin.

 

Il avait cru à tort,  bien sûr,  que les complicités  de  Florent TSIBA et d’un André OBAMI ITOU auraient suffi pour anéantir la menace téké, la réalité est plus subtile que ça. Méthodiquement, il attache du plomb dans l’aile de  quelques tékés susceptibles de contre carrer ses projets monarchiques de 2016. Sans coup férir,  l’ex- insaisissable  OKOMBI SALIISSA  est subitement frappé de disgrâce. Sa machine de guerre, le CADD-MJ est  tout bonnement dissout et remplacé par la FMC. L’époque où il se distingua dans le rôle de  redoutable chef Cobra au service de Sassou est révolue. Autre temps, autres mœurs et même autres alliés.

 

Autre caillou dans ses chaussures : Mathias DZON. Sassou a usé de toutes les turpitudes pour  le priver  de tout mandat public. Sans élus, il a de la peine à traduire dans l’opinion, son véritable poids politique. L’épisode mémorable de Gamboma où il  fut déclaré battu alors que les électeurs de sa circonscription  lui avaient accordé leurs suffrages, en dit long sur l’animosité que le satrape d’Oyo éprouve à son  l’égard ;  occultant au passage son apport dans le financement de la guerre du  5 juin 1997.

 

Le tonitruant colonel TSOUROU a quant à lui  appris à ses dépens  que le rôle de spadassin était  le plus ingrat et qu’il ne pouvait aucunement servir de bouclier contre  un assoiffé du pouvoir, prêt à tout. De fait, un dictateur n’a qu’une passion : lui-même, et une religion : le pouvoir.

 

Ce foyer de tension téké, une fois  définitivement anéanti-au moins en apparence- il fallait   s’assurer que l’OPA réalisée jadis  sur le MCDDI de Bernard Kolelas pouvait bien être mise au service de ses ambitions de 2016. Mais surtout,  ôter de façon définitive, toute envie aux deux entités politiques issues du MCDDI, de chercher à proposer une alternative à la politique calamiteuse du PCT. Rien de contradictoire, d’autant plus que  le nouveau parti DRD de Hellot Mampouya s’inscrit également  dans la majorité présidentielle  et ne compte pas se couper de la main nourricière de Mpila.    

 

L’UPADS  aura du mal à se purifier  du profond  avilissement  qui s’est abattu sur elle en organisant un congrès financé par celui-là qu’ils sont censés combattre. Ceux qui sont dans le collimateur de Sassou pour accomplir sa sale besogne, connaissent son  cahier de charge. Ils doivent  animer  -le moment venu -  la commission d'élaboration de l'avant-projet de loi portant nouvelle Constitution. Une Constitution qui instituera les postes de vice-président de la République et de premier Ministre. Les 400 millions de FCfa  de Sassou ont fini par tracer la ligne de partage entre ceux qui comptent composer avec le pouvoir pour assurer la pérennisation de leur « boukoutage » et ceux là qui estiment qu’on ne peut combattre ce régime qu’en refusant de transiger avec les règles élémentaires de l’éthique politique.

Notre planète  abrite encore des dictatures, ainsi je ne peux qu'aimer et vouloir la démocratie avant tout. Cette envie anesthésie le temps que je perdrais à comprendre et à critiquer tous ceux qui feront fi de cette grande avancée humaine. Il nous incombe donc de conjurer ce tragique destin qui semble enfermer notre pays dans une histoire trop difficile dans laquelle nous ne serons plus maîtres. Avec Sassou,  le Congo n’avancera jamais, il ne recule même pas. Car on avance ou on recule en surface, de façon horizontale. Le mouvement du Congo, sous le règne de Sassou Nguesso, est vertical, mais dans le mauvais sens : le pays s’enfonce. Inexorablement.

Djess dia Moungouansi    « La plume du Congo- libre ».

Vice- Président du cercle de Réflexion «  LA RUPTURE)

Le blog de Djess

http://demainlecongo.kazeo.com

 

  

Vendredi 05 Juillet 2013 à 16h20 dans AccueilPoster un commentaire

La diaspora congolaise de France et le syndrome de Stockholm (1) 

Ayant éteint  le tocsin de la clameur publique, le pouvoir de Brazzaville s’est livré à des manœuvres avilissantes et irrespectueuses qui ont définitivement chosifié  certains membres de la diaspora congolaise de France. Après avoir vampirisé les pans entiers de l’économie;  la prostitution politique, l’achat des consciences et autres pratiques dégradantes sont devenues les seules perspectives que  Sassou et son clan ont l’outrecuidance de  proposer aux jeunes qu’ils ont poussés à l’exil économique.  Férus aux turpitudes, il se susurre qu’ils auraient payé  un  séjour parisien à près de deux cent cinquante Congolais venus tout droit d’Ollombo  pour Orly, aux seules fins de  donner l’illusion d’un « bâtisseur infatigable »(sic)  aimé par un peuple qu’il martyrise.

 La dignité au ras de pâquerettes de certains individus, suffit-elle  pour comprendre  ces comportements étranges. Mais que leur reste-t-il quand leur amour-propre  est à la merci d’une personne qui n’en a cure ? 

Plus que de l’affliction, on ne peut qu’exprimer  une grande  préoccupation quant aux ravages que  le  syndrome de Stockholm  laisse au sein de la diaspora congolaise de France. Un despote devenu pour un temps, l’objet d’amour et d’admiration et que l’on doit s’interdire de critiquer ou de haïr. Se touillant à la flétrissure, la cupidité finit  par éclater dans toute son horreur. Le talent de certains artistes ou écrivains congolais,  se noie tout bonnement  dans l’apologie abjecte !

En toute modestie, j’avoue mon amertume, tant les raisons d’un ras-le-bol s’amoncèlent chaque jour dans ma boite de déception. Fondamentalement, je suis déçu.

Déçu de voir des êtres humains se transformer en bêtes politiques, à commencer par Sassou , qui, il faut le dire, est à l’origine de tout ce qui se passe ou de tout ce qui ne se passe pas. Il est vrai que c’est trop lui accorder d’importance, en le considérant ainsi, comme un «Dieu», mais force est de constater, qu’en fin de compte, un homme à lui seul peut bel et bien pourrir la vie de plusieurs. L’histoire de l’Humanité en regorge. Mais ce qui est le plus décevant, comme avec tous les personnages du genre de Dénis Sassou Nguesso, c’est qu’on l’a regardé faire, et il ne s’en est pas privé. Il fait ce que bon lui semble. Il distribue de l’argent de gauche à droite, sans qu’on lui demande de rendre des comptes. Il nomme, gomme et dégomme qui il veut sans que l’on se pose des questions. Il manie et remanie le gouvernement comme un jouet et on est là, à le regarder faire. Tout le monde est à genou devant lui. Mais, au nom de quoi ou de qui ? Quand les êtres humains prennent pour «Dieu» un autre être humain, tôt ou tard, ils s’en mordront les doigts.

Déçu de voir des êtres humains se transformer en bêtes tout court, quand pour quelques Euros, on se laisse entasser comme des sardines dans des cars pour aller  applaudir le satrape d’Oyo à Orly. Par une manifestation de l’inconscient,  certains congolais de la diaspora sont poussés par le premier  but de l’être humain : la survie. Même en terre étrangère. Dans leurs fantasmes, en s’attirant la sympathie du dictateur, les oppressés se croient hors du danger, croyant contrôler, même inconsciemment, les émotions du dictateur. On gagne par cette même occasion le passeport d’aller dans son propre pays sans être inquiété. Ce qui  leur vaudra peut-être l’épargne de leur  vie au profit d’une pacification pouvant être poussée à une fraternisation. En réalité, c’est de l’angoisse que ces Congolais se protègent, car le danger est toujours réel.


Déçu de voir des êtres humains, confisquer et emprisonner la vérité dans leur camp, croyant et disant que dans l’autre camp, il n’y a que mensonges et errements. Tous les historiens reconnaîtront que toutes les dictatures sont nées de cette seule prétention de détenir la vérité à l’exclusion de tout le monde, et de vouloir commander en son nom. Le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple, est une véritable arnaque  au Congo, quand un pouvoir s’applique à plonger ce peuple dans l’errance, dans l’obscurantisme, dans la servitude, dans l’aliénation.


Déçu de voir des individus jouer avec le feu, alors que cela n’en valait pas la peine. Quand on fait dans la provocation, une bévue est très vite commise.  Comment dans ce pays peut-on à plusieurs reprises laisser des individus en pick-up se pavaner et intimider des citoyens, en toute impunité ? Quand on joue avec le feu !


Déçu de voir tout un peuple se laisser emprisonner dans des bavardages futiles et inutiles qui ne tournent qu’autour des fastes du clan d’Oyo, des  « mabangas » dans les zaïroiseries. Comme le disait un sage de chez nous, ces personnes que vous adulez, ne vous sont d’aucune utilité et ne vous sont jamais venues en aide pour quoi que ce soit. Alors pourquoi perdre son temps pour elles ?


Déçu de voir qu’un peuple, au passé glorieux, qui a su vaillamment relever les grands défis qui s’imposaient à lui, soit  assujetti au rôle marginal que lui impose un pouvoir minoritaire, sans réelle légitimité. Pourquoi ne pas exhumer la ferveur  des journées  insurrectionnelles du 13-14-15 Août 1963 qui entrainèrent la chute deYoulou ?  Et ne l’oublions pas, l’avènement de la CNS n’était pas une sinécure,  car,  rien n’était gagné d’avance.  Il a fallu se battre sur tous les plans et l’apport de la diaspora congolaise de France dans le succès de ces assises était déterminant. Nous avons tous en mémoire celle de l’ex-Zaïre, phagocytée par les manœuvres dilatoires de Mobutu. Après 12 mois de tergiversations, elle n’avait accouché que d’une …souris.

Que s’est -il passé entre-temps pour que nulle clameur ne vienne dissuader les chantres du « Chemin d’avenir » qui rivalisent désormais d’imagination dans la manipulation et dans  la corruption ?

Cet ensemble de signes cliniques liés au syndrome de Stockholm  ne sont pas l’apanage de la diaspora congolaise en France;  le foyer de propagation reste le Congo. Cependant, avec l’émergence d’un nouveau type de congolais qui réclame plus de considération et de respect ; plus personne n’acceptera que ses libertés individuelle soient grugées au profit du clan au pouvoir et de la bureaucratie gouvernementale. C’est le peuple qui donne le pouvoir et cela, les Congolais  l’ont compris.

 

C’est de notoriété publique, un syndrome peut en cacher un autre. Pour l’instant, la grande priorité reste sans nul doute, la réduction des injustices entre le clan au pouvoir et le reste de la population; ceci en  sonnant le glas du tribalisme maladif de Sassou, au risque de voir arriver un autre syndrome plus nocif. Rwandais, celui-là.

 

Djess Dia Moungouansi   « La plume du Congo-Libre »

 

Vice-Président du Cercle de Réflexion La Rupture

 

Le Blog de Djess :

http://demainlecongo.kazeo.com

 

  1. Ce syndrome explique l’apparente empathie qu’éprouvent certains compatriotes de la diaspora en France envers celui qui est à l’origine de leur exil. L’Otage qui défend son geôlier. 

 

  

Jeudi 11 Avril 2013 à 16h33 dans AccueilPoster un commentaire

L’OYOCRATIE  OU  LE  FESTIVAL  DES  HYENES.

Il faut l’admettre, le Congo  est devenu  un pays où les sujets les plus sérieux font l’objet de galéjades dans les salons feutrés, les salles de rédaction, mais également hélas, à travers certaines déclarations gouvernementales. Le salmigondis gouvernemental sur  le  drame du 4 mars 2012 nous a suffisamment édifiés sur cette légèreté ambiante, presque maladive. Par conséquent, conjurer l’estocade que Sassou et son clan entendent porter sur les pans entiers de l’économie congolaise ;  suppose que l’on se fasse violence  en bravant la  paresse intellectuelle pour ce qui est du cognitif et la résignation pour ce qui relève du combat sur le terrain, sous  toutes ses formes. C’est peu dire que la pérennité  de l’idée noble  de la   construction d’une   nation congolaise, devient de plus en plus   tributaire de notre capacité  à  résoudre les contradictions majeures qui s’imposent obstinément à nous.

 Comble d’effronterie ! Depuis un certain temps, les paradis fiscaux  et  les milliers de comptes bancaires disséminés à travers le monde ne suffisent plus pour planquer l’argent volé par le clan Sassou au peuple congolais. Persécutées dans les démocraties occidentales,  les hyènes  du «  Chemin d’avenir  » rivalisent d’impudence ; et mues par une cacochyme  imagination, elles se mettent à   thésauriser leurs magots dans des tombes.

Au Congo, le festival des hyènes fait rage. La probité morale est mise en  congé ad vitam aeternam. Tous les secteurs d’activité économique y sont conviés. Les avocats ont tourné le dos à la veuve et à l’orphelin, et ne voient que le montant du chèque qu’on leur tend ; les journalistes sont devenus des adeptes de l’éloge panégyrique à l’endroit du monarque d’Oyo; les médecins ont depuis longtemps remisé leur serment d’Hippocrate pour l’appât du gain ; les hommes d’affaires, tous complices dans les affaires de détournement de deniers publics, ils se  bousculent nonchalamment  au portillon de la « municipalisation accélérée » ; les dirigeants syndicaux mus par des intérêts personnels ; les chefs de sectes ( l’opium du peule),  plus préoccupés des choses d’ici-bas que de l’au-delà ; les ONG ne sont que des officines de l’étranger.  La société civile, qui se pose en sentinelle de la Bonne Gouvernance, a un rôle crucial à jouer pour aider à fissurer ce mur de défiance en aidant  à séparer le bon grain de l’ivraie.

Fondamentalement, c’est des béances inhérentes à un tel système que se nourrissent les prédateurs sans vergogne. Ils s’appliquent à dépecer la bête. Ils se servent et servent leurs proches avec frénésie, en entretenant un système de corruption, d’accaparement et de népotisme qui s’alimente  de l’Etat et exclut le grand nombre des honnêtes citoyens  des circuits de production et de distribution de la richesse nationale. Louant le Dieu Dénis, ces hyènes  dévorent à qui mieux mieux le cadavre Congo. Triés sur le volet, ces prédateurs appartiennent essentiellement  à deux catégories.

- D’une part ;  ceux de l’espace de pouvoir. Il n’est pas superflu, sans doute, afin de mettre en exergue l’étendue des dégâts,  de  répertorier  les acteurs du clan familial (enfants,  neveux, cousins  déclarés et non déclarés du satrape d’Oyo). Tour à tour,  il y a le plus médiatique « Le Golden Boy »  Christel Sassou NGuesso, le Trader en chef de l’aval pétrolier,  l’homme par qui passent les 80 % des recettes d’exportation du Congo ! Claudia Lemboumba, qui alimente régulièrement la rubrique people des médias,  par sa personnalité immorale, authentique  muse des chanteurs zaïrois qu’elle paie au prix fort ; Willy NGuesso PDG de SOCOTRAM  qui a un salaire de  50 millions de FCFA /mois (75 000€/mois), soit trois fois plus que le PDG du FMI ( 27 000 €/mois) !;  Edgard NGuesso, l’inamovible Directeur du domaine Présidentiel à qui on associe l’achat de luxueuses demeures en France; Maurice N’GUESSO « Le patriarche », DG  de MNTV et ses luxueux appartements dans de beaux quartiers de Paris.  

 

Les  « élus » de cet  espace arborent sans gêne,  les antivaleurs en bandoulière. Ils sont  les plus redoutables, car, ils sont le cancer  qui empoisonne l’avenir et le développement du Congo. Leur voracité n’a d’égale que le mépris qu’ils ont  à l’égard du peuple congolais. Désormais, la patience et la générosité légendaires de notre peuple sont mises à rude épreuve. Ils collectionnent des scandales de toute nature, sur le dos d’une population  qui croupit à plus de 70 % dans le dénuement total.    Huit millions  d’Euros ( 5, 2 Milliards de FCFA) en espèce retrouvés récemment  dans un  hôtel particulier  à Neuilly chez l’ une des filles de Sassou  NGuesso, Julienne dite Juju,  épouse du Franco-Togolais Guy Johnson. Il y a peu de temps, l’énorme magot présidentiel se serait envolé, dérobé, volé. Près de 240 milliards de Francs CFA, environ 500 millions de dollars !

 

- D’autre part; ceux de l’espace politique,  occupé essentiellement par le PCT et ses partis satellites (MCDDI, RDD,  CLUB 2000 etc..). En bonne place, l’éternel ministre Henri DJOMBO, surnommé « Le parrain », par sa capacité à détruire la forêt congolaise, à son seul profit ; Gilbert Odongo, ministre du Finances dont son épouse fut arrêtée à Roissy le 1er octobre 2011 avec des malles contenant la bagatelle somme de 50 milliards de Fcfa ;  Okombi Salissa et Oscar Otoka  qui ont réussi l’exploit de se faire voler, l’un et l’autre  près de 1 Milliard de Fcfa dans leur village respectif. Le plus grand livre du monde, «  Le meilleur de la pensée universelle »(1) n’est pas suffisamment volumineux pour contenir les  frasques  des uns et des autres.

 

Une telle ambiance aboutit à tout le moins à une curieuse atmosphère. Les citoyens sont démobilisés et incités à l’apathie politique ou éventuellement mobilisés suivant les canaux exclusifs et contraignants qui les condamnent à la médiocrité. Et comme un vol de feuilles mortes, tributaire de la puissance du vent, l’avenir du Congo est intimement lié aux caprices d’un seul homme: Sassou.

 

Des pays moins nantis,  qui avaient le même niveau de développement que le nôtre à l’époque des indépendances,  sont aujourd’hui des pays émergents et  nous dament  le pion  au passage. Ils ont eu le courage, la vision de rompre les consensus et les pactes  politiques et sociaux profondément incapacitants, improductifs et rétrogrades. Le système qui a pignon sur rue au Congo, exacerbe  « le paradoxe Congolais » : un peuple qui végète dans les affres de la pauvreté et du sous-développement, alors que le pays devient de plus en plus riche avec un budget de plus de 4000 milliards de Fcfa cette année.

 

Disons-le sans circonlocutions : Sassou veut faire de notre pays un véritable far West oyocratique, en bonne et due forme. Une géante marionnette dont il serait le seul à actionner les  ficelles décisionnelles. Seuls, ceux qui ont leur  cordon ombilical enterré au voisinage  des deux rives de l’Alima, continueront à tirer leur épingle du jeu. Non satisfait d’animer déjà les réunions avec le haut commandement militaire en langue mbochie, Sassou pousse très loin le bouchon tribaliste.  La  «  prime à la médiocrité » sur fonds de tribalisme, est devenue la norme et la promotion de la vertu et de la compétence,  renvoyée aux calendes grecques.

 

Les mauvaises  habitudes ont la vie dure. Le « ledza lenua », véritable institution de la médiocrité,  inhibe les esprits animaux (2).  De même,   une société qui veut aller de l’avant doit entreprendre des actions, peut-être déchirantes, qui lui permettront de jouer le  rôle qu’elle doit jouer, afin que le progrès social ne soit plus une simple vue d’esprit, exclusivement réservé aux hyènes du «  Chemin d’avenir », mais aussi pour les laisser-pour- compte qui attendent une hypothétique amélioration de leur existence.

 

L’effritement du tissu social est à la base de la perte des valeurs qui inexorablement conduisent les congolais vers un matérialisme frénétique dans la recherche du bien-être. Ceux qui s’enivrent des abondantes recettes pétrolières sont malheureusement incapables de créer de la richesse, seule l’opulence reste leur seul programme de société.
 

Certes, le paquebot Congo flotte toujours, malgré les décennies de houle sociale, et cette pérennité plaide pour qu’on prenne la pleine mesure des antagonistes qui courent au sein de la société congolaise. Ce qui mettrait un coup d’arrêt définitif à trois décennies de gabegie  afin que, le Congo pays de cocagne ne se transforme pas en géhenne.

 

Le 18 avril 1980, le président de la Tanzanie, Julius Nyerere, s’adressant au   dictateur Robert Mugabe avait dit: «Vous héritez d'un bijou, prenez-en bien soin!». Il est temps que le peuple congolais à l’unisson dise à Sassou et à son clan « Vous avez suffisamment abîmé ce bijou, remettez-le aux vrais patriotes; syndrome de Stockholm aidant, il se pourrait que le peuple congolais vous pardonne  une fois de plus, de  l’avoir plongé dans la misère alors que le pays s’enrichit scandaleusement ». Nous sommes les seuls maîtres de notre destin, battons le macadam, élevons la voix, parlons haut ! Nous ne pouvons pas, nous ne devons pas rester passifs.

 

Djess Dia Moungouansi    «  La plume du Congo-libre »

Vice-Président du Cercle de Réflexion « LA RUPTURE »

 

  1. Ce livre record  de 3,50 m de long et pèse 250 kg exposé à Cuba en 2012 compile  les aphorismes et pensées de quelques  2.000 personnes célèbres, de Confucius et Shakespeare à Gandhi et Mère Teresa
  2.  
  3.  Keynes pour décrire les sentiments et les émotions humaines qui influencent le comportement des agents économiques (consommateurs, investisseurs, producteurs, etc.)
Vendredi 15 Mars 2013 à 11h53 dans AccueilPoster un commentaire

                                        

De meilleures universités, si on peut espérer un CONGO émergent d’ici …2050

Quand on évoque l’Université Marien NGouabi, il vient plus à l’esprit des  amphi théâtres sans climatiseurs, des Facs sans toilettes ( Bayardelle)  et le niveau minable de l’enseignement. Bref, tout sauf ce qu’on devrait penser quand on songe à des universités de qualité. Et comme aucune action n’est entreprise - personne n’osant ou ne voulant prendre ses responsabilités -, c’est l’avenir de toute une jeunesse qui est gâché et quand l’avenir de toute une jeunesse est gâché, c’est le futur d’une Nation qui est compromis, les jeunes ne seront-ils pas demain les leaders de la Nation ? N’est-il pas venu le temps de siffler la fin de la récréation et les élèves de retourner en classe?

Aujourd’hui, le Congo  se trouve dépassé par des Nations qui étaient dans la même situation que lui ou pire, dans une situation plus inconfortable au moment des indépendances. Dans les années 60, la situation de l’Asie du Sud-Est ne présageait en rien de ce que de­viendront aujourd’hui les Na­tions qui la composent, des Nations compétitives avec des industries et services innovants qui n’ont rien à envier au monde Occidental. Pen­dant ce temps, le Congo stagne. Ces Nations aujourd’hui avancées – Corée du Sud, Taïwan, Singa­pour... – ne disposent pas de ressources naturelles – le contraire du Congo, pays béni des Dieux, qui aurait pu être le pays de Cocagne. Comment ont-elles avancé aussi prodigieusement? Elles formèrent leur population, - ce qui attira les investisseurs - dans des tâches subalternes d’abord puis apprivoisèrent progressivement les techniques les plus modernes pour les utiliser à leur tour. Et sans une population compétente, cela ne serait pas possible.


Le livre, « La richesse révolutionnaire » -écrit par Alvin et Heidi Toffler- relate brièvement l’histoire de leur développement. Sur la couverture de ce livre, il est écrit : «La connaissance est le pétrole de demain.» Et le Congo  la néglige, et en la négligeant, il compromet son développement. Aujourd’hui, une remise à pied de l’université est une nécessité, pour parler com­me l’économiste Joseph Schum­­peter, amorcer un processus de «destruction créatrice».

Djess

 

Mardi 04 Décembre 2012 à 15h05 dans AccueilPoster un commentaire
EDITO
  •  

     

      «Comme le despotisme est l'abus de la royauté, l'anarchie est l'abus de la démocratie -Voltaire . »                                                                             044



        

    UN ESPRIT LIBRE

        PREND DES LIBERTES

        MEME A L’EGARD

        DE LA LIBERTE
       

        

        


     

       Ce blog  "PERSPECTIVES  CONGOLAISES"  a pour vocation d'abriter les publications de  Djess dia Moungouansi,LE COMBATTANT DE LA PLUME

    Certains articles , en conformité avec la ligne éditoriale de ce blog, seront les bienvenus.

     

    Ni l'apologie aveugle d'un acteur  politique, ni la diabolisation  ennuyeuse de ceux qui tirent notre pays dans les abysses de la médiocrité.

    L'analyse, la réflexion, la distance et un zeste d'humour pour jeter un énorme pavé dans les douves de la politique congolaise, tout en proposant des pistes qui permettraient à notre pays de reprendre la place qu'il mérite  dans le concert des nations.

    Djess                                                              

Horloge
Moteur de recherche
Statistiques
  • 1 connecté(s)
    Total de 146 927 visiteur(s)
    Site créé le 28/03/2007