• Prémonition

    Introduction

    Cette rubrique donne un nouveau regard que certains analystes congolais se font sur l'évolution de la société congolaise. En effet sous la pression de la mondialisation, nous sommes en train de vivre un véritable changement de paradigme. Le monde des Etats-nations faiat place à un autre monde, où le fédéralisme fournit la meilleure réponse politique à la diversité et à la complexité de la réalité actuelle.

    Ainsi, je vous proposerai de temps en temps quelques articles publiés par nos compatriotes sur ce sujet.

    Djess

    ..........................................................

     

    Prémonition, par Paul Tsouares, porte-parole du mouvement congolais pour le renouveau

    Si nous voulons fonder une relation juste avec notre pays, nous devons forcer l'Etat congolais à changer de forme. Parce que je me rends compte que le Congo est à l'image de l'homme ...

    (1)- Si nous voulons fonder une relation juste avec notre pays, nous devons forcer l'Etat congolais à changer de forme. Parce que je me rends compte que le Congo est à l'image de l'homme politique qui l'a produit.

    De Stanley, et tous les personnels politiques qui sont venus avec l'indépendance jusqu'aux actuels coopérants et experts de la banque mondiale et du fonds monétaire international qui prétendent que l'ajustement macro-économique finirait par permettre à notre pays de trouver le chemin de la prospérité et du désendettement.

    ( 2 ) – Le pouvoir centralisé. Les promesses non tenues. L'absence de rescription dans tous les services de l'administration et la disparition du contrôle parlementaire des recettes de l'Etat . Le péculat . Le clan du chef de l'Etat qui accapare toutes les richesses du pays.

    L'arbitraire policier. La pauvreté qui continue de ruiner tout progrès dans nos dix régions.

    La quasi totalité de gens qui croit qu'un de leur ethnie au gouvernement y est, ou y serait pour les représenter. Sauf que le gouvernement congolais a toujours refusé le droit et la justice dans tous les processus de production et de répartition des richesses. Autrement dit, il refuse de solliciter la participation active de tous les congolais à la vie politique du pays.

      ( 3 ) Ajouter : 50 ans de fausse unité nationale ont passé, suivant trois siècles de traite et un siècle d'occupation coloniale. Tous les catéchismes sur le développement nous ont été enseignés sans nous révéler la réussite économique et sociale dans nos dix régions. C'est qu'il y a eu erreur historique.

      ( 4 ) – Le Congo est rassasié de paroles. Il connaît tous ses orateurs : leur discours d'hier et celui d'aujourd'hui. Ou encore, la pratique sociale d'une fraction quelconque de nos dirigeants pour qui, le seul moyen d'arriver au sommet de la société est le coup d'état, l'intrigue et la magouille . Il suffit de s'organiser entre parents ou amis d'un même quartier, d'un même village, d'une même doctrine, ou d'une même couleur de chemise, …

    Une fois au pouvoir, ils se nomment mutuellement à la tête de tous les services et organes de fonctionnement de l'Etat congolais, pour le conserver. Ils mettent un, chef de la police, un autre, au trésor, à la mairie, au parlement, et même un, à l'opposition. Ainsi, c'est-à-dire avec ce mode de prise du pouvoir, la bande occupe tous les hauts lieux de la République et puise l'argent, mais vraiment tout l'argent, du trésor public. Et personne ne dit rien. Tout cela y est, et se passe comme si nous étions devenus des yeza dans notre propre pays.

    Et pis, la mauvaise pratique sociale d'une fraction quelconque de nos dirigeants devenus une bande de délinquants politiques, connue de tous : : soit elle a créé des entreprises où tout est propriété de l'Etat , alors qu'elle sait que l'Etat est entre ses mains. Soit elle est devenue un peloton d'hommes et des femmes d'affaires utilisant les prébendes politiques pour développer leurs activités non compétitives et onéreuses. Il est temps de prendre conscience que notre démocratie n'est pas un état normal.

      ( 5 ) – Ce qu'il lui faut, ce sont des actes de justice contre l'impunité et l'absence de responsabilité administrative, contre l'exclusion des uns par les autres, contre le port d'armes dans les rues, contre la guerre qui ruine les paysans et les commerçants, contre le chômage et l'échec scolaire, toutes ces choses qui font que le Congo, au lieu d'avancer, il recule. C'est le sens que donne la grève de tout travailleur congolais qui luttent pour de nouveaux droits, genre de luttes que nous soutenons sans faille.

      ( 6 ) Pratiquement, les congolais veulent que tous les partis politiques le fassent . Et que la nouvelle assemblée élue aux prochaines élections donne de nouvelles institutions, pour compléter la déclaration des droits de l'homme, en y ajoutant à la liberté des individus, celle de nos dix régions à recouvrer leurs états désignés en retard, alors qu'ils le sont à cause de ce qui se passe à B/ville.

    ( 7 ) Qu'il existe un gouvernement central pour gouverner et non pour voler. Qu'à l'échelle de chaque région, il y ait une assemblée délibérative, et une loi congolaise à quatre articles. Le premier reste le principe fondamental de la formation et de la mise en place de cette assemblée qui règlerait par ses délibérations les affaires de la région. Article 2 : Le président de cette assemblée serait l'organisme exécutif de la région. Article 3 : Le représentant de l'Etat congolais dans la région est nommé par décret en conseil de ministres. Article 4 : La région prend en charge les frais de réalisations des infrastructures de base et des travaux de remise à neuf de tous les anciens ouvrages publics. Ces fonds doivent être trouvés sur le produit des impôts locaux que les agents de l'Etat ne versent pas. En fait, des fonds ne tenant pas compte de la donation de l'Etat pourtant inscrite dans la constitution actuelle, mais jamais tenue.

    Que la justice soit la même pour l'homme de la rue et les dirigeants : les chefs politiques, au sommet de l'Etat, ne doivent pas être au-dessus de la loi. Sinon, il n'y a pas équilibre.

    Que le travail soit correctement rémunéré. Qu'il y ait le plein - emplois pour les jeunes. Que la carte d'identité soit délivrée à tous : qu'on arrête de parler de la carte d'électeur qu'au dernier moment. Que ce pays redevienne à nous tous. Et vous verrez, en moins de temps, nos quartiers et nos villages, entreprendre, l'émergence d'une grande nation, la construction d'un pont sur le Congo, et l'idée de retrouver justice et équité en se tournant non pas vers le passé de nos ethnies, mais vers leur avenir.

    Continuer à revitaliser la vie régionale, discuter d'importantes questions de la politique et de l'économie régionales en particulier, les projets de coopération entre les régions dites plus pauvres que les autres, tel est le programme du mouvement fédéral que nous voulons créer comme alternative à l'Etat unitaire actuel qu'à quelques uns, aujourd'hui. Et si ce problème congolais est sans solution, c'est qu'il est mal posé, comme le dirait Albert Einstein.

     

    Paul Tsouares,

    porte-parole du mouvement congolais pour le renouveau.

    Tél : 06 17 59 79 96


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :