KaZeo
+
djes
Follow me
Join now
23 Octobre 2014, St J. de Capistan
DJESS A AFRICA24
  • Djess dia Moungouansi- Invité Principal à AFRICA-24

     

     
     
     

    L'Africa News Room

    AFRICA NEWS ROOM, le pemier Talk Show News dédié à l'Afrique...

    Chaque soir, Africa 24 vous fait vivre au rythme de l'actualité Africaine et mondiale avec l'AFRICA NEWS ROOM.

    Du lundi au vendredi, à 17H30 gmt, pendant 1 heure, Marie Angèle Touré et Khadija Sfar décrytpent les temps forts de l'actualité quotidienne.

    L'AFRICA NEWS ROOM, vous propose des grandes signatures d'éditorialistes africains et des chroniqueurs. l'AFRICA NEWS ROOM vous fait partager une approche constructive et positive de l'actualité sur le continent Africain mais aussi dans le monde.

    Chaque semaine, l'AFRICA NEWS ROOM vous offre un voyage instructif sur chaque pays du continent à travers des thématiques précises - Ecomonie, Politique, Education, Santé et Société.

    L'AFRICA NEWS ROOM, c'est tous les soirs, 1 heure - en Direct - de décryptages, de débats et d'analyses de l'actualité avec pour unique objectif, la valorisation d'une Afrique en pleine expansion.

    L'AFRICA NEWS ROOM est un rendez-vous en exclusivité sur AFRICA24 !

MANIFESTATION DU 08/04/2013
  •  

    MANIFESTATION DES PATRIOTES DU 08/04/2013

    Des patriotes congolais ont battu le macadam ce jour du 08/04/2013 pour exprimer notre indignation suite à la venue du satrape d'Oyo en terre des droits de l'homme .

Contenu
  • Implantation du Cercle LA RUPTURE au CONGO

    LE CERCLE LA RUPTURE AU CONGO

    Extrait d'une réunion publique - Octobre 2012 - à Loudima (Congo Brazzaville), commenté par Djess dia Moungouansi - Décembre 2012, Vice-Président du Cercle la Rupture, chargé de l'organisation. Djess y revient aussi sur le débat autour de la tenue ou non des Etats généraux de la nation

     

Première journée Politique Congolaise
  • PREMIERE JOURNEE POLITIQUE CONGOLAISE 

    Le Cercle La Rupture a organisé le samedi 27 octobre 2012, à la Mairie du 2è à Paris, la 1ère journée politique congolaise, sous le thème: Quelle alternative pour le Congo?


    Cette journée a bénéficié du soutien d'Europe-Ecologie-Les-Verts

Contenu
  • L'intervention de KOVALIN TCHIBINDA à la journée politique congolaise organisée par LE CERCLE LA RUPTURE

Contenu
  • LE TRIBALISME  SELON ELIKIA MBOKOLO

     

Contenu
  •  

    Une jeune écrivaine congolaise KETSIA BOUANGA , présente son nouveau livre " L'ennemi du noir c'est le noir, l'ennemi de l'Africain, c'est l'Africain"

L'ecomomie congolaise
  • L'ECONOMIE CONGOLAISE

Contenu
  •  Comment comprendre la crise actuelle, le hold up des banques...

    C’est très long, et vous n’êtes pas obligés de voir cette vidéo en une seule fois

    EN réalité, aujourd'hui des prêteurs prêtent aux états à des taux négatifs. En fait, ils spéculent sur la chute de l'Euro. Si l'Euro chute les pays reviendront à leur ancienne monnaie. Pour certains pays, ce sera la catastrophe. Pour d'autres pays comme par exemple l'Allemagne, revenir à l'ancienne monnaie sera une bénédiction et là les prêteurs négatif feront une énorme plus value.

    Cliquez  ci-dessous

    Interview de Djess /Autopsie de la crise financière actuelle

     

Contenu
  •  DJESS CHEZ BERNARD DEBRE

    Lors d'une séance travail au domicile du député de la 15e circonscription de Paris et ancien Ministre de la coopération , le Professeur Bernard Débré, j'ai fustigé la politique africaine de Sarkozy qui est à mille lieues de la rupture qu'il avait prônée lors de son élection en 2007. Ma plume et les contacts humains sont les biais par lesquels, j'essaie de véhiculer mes analyses sur un monde où, si on n'y prend garde, les dés seront définitivement pipés. Vous en avez une illustration à travers cette vidéo : regardez et écoutez :

Contenu
  •                                               

    new_083

     

      YOUSS BAND LA DICTATURE

     

     QUITTE LE POUVOIR de TIKEN JAH KAFOLY

     

     MON PAYS VA MAL DE TIKEN JAH FAKOLY

     

     

     

.
  •  

     

    INFO - INFO - INFO

     

    Congo : 26% des enfants de moins de 5 ans touchés par la malnutrition

    BRAZZAVILLE (Xinhua) - En République du Congo, 26% des enfants de moins de 5 ans sont touchés par la malnutrition chronique, 14% par l'insuffisance pondérale et 7% par la maigreur, selon des statistiques communiquées lors d'un séminaire d' adaptation des "Directives et instructions" pour la mise en oeuvre du Paquet essentiel d'interventions en nutrition (PEIN), en milieux institutionnel et communautaire, tendu mardi et mercredi à Brazzaville.

     

    Au cours de ce séminaire organisé par le ministère congolais de la Santé et de la Population en collaboration avec l'UNICEF, les participants issus du ministère de tutelle, des médias, des confessions religieuses et des communautés de base, ont élaboré des plans de communication adaptés au PEIN, respectivement dans les Centres de santé intégrés (CSI), dans les hôpitaux et dans les communautés de base, en vue de mieux sensibiliser les femmes enceintes et les mères allaitantes sur l'allaitement maternel précoce et exclusif.

    Ces plans de communication, a-t-on indiqué, vont permettre aux agents de santé dans les différentes structures sanitaires du pays, de bien assimiler et vulgariser  les notions essentielles et fondamentales sur l'alimentation de l'enfant de 6 à 59 mois et la lutte contre les carences en vitamines et minéraux, ainsi que sur le dépistage et la prise en charge communautaires de la malnutrition.

    Ces documents de référence du PEIN, précise-t-on, visent à promouvoir l'allaitement maternel précoce et exclusif, une alimentation adéquate de l'enfant de 6 à 59 mois et une amélioration du dépistage et de la prise en charge de la malnutrition aiguë chez les jeunes enfants. 

    Source: AFRIQUINFOS

TELE RUPTURE
  • Cliquez ci-dessous

    TELE RUPTURE 

    Vous pouvez aussi regarder cette télé sur Real Player.

    La chaîne étant à l'essai, nous vous invitons à nous faire part de toute éventuelle difficulté de reception. A noter qu'à certaines heures de la journée la chaîne peut être indisponible pour des raisons de maintenance

    AMEDEE KETI, Manager principal et Directeur des programmes

    Cercle La Rupture

Texte libre
  • La grande nausée

    Comme à l’accoutumée, dès que le pouvoir de Brazzaville, désormais  dans le collimateur de la communauté internationale,  est sérieusement  ébranlé;  la meute oyocratique  rivalise des mâles propos dans la fustigation des trouble-fêtes. A coups de divagations, les unes plus insipides et plus abjectes que les autres, elle prétend pourfendre  «  les ennemis de la nation ». 

    A la faveur de « l’affaire des mallettes »(1), menée tambour battant par Robert Bourgi, les griots du « Chemin d’Avenir » n’ont pas dérogé à la règle. Dans  un abyssal déficit de sincérité, le Porte parole du Gouvernement, Bienvenu Okiémys’est une fois de plus illustré  dans l’esquive et la tangente; des arts qu’ils manient, somme toute,   comme sa langue maternelle. Pour nous gaver de pestilences, il a osé affirmer avec emphase que des sommes colossales ne pouvaient aucunement  être soustraites  du Trésor public congolais par son « Propriétaire » Sassou Nguesso, sans que cela ne puisse susciter  une levée de boucliers. Les procédures y seraient scrupuleusement respectées. Un véritable scoop. C’est vraiment nouveau, si se servir dans « l’épicerie familiale »( dixit Ngouolondélé) devenait répréhensible !  Mais de qui se moque-t-il ce Ministre?

    Evitons toute circonlocution : le spectaculaire dédouanement d’Abdoulaye Wade et de son fils Karim par Bourgi, n’absout nullement Sassou Nguessoet feu Omar Bongo, deux piliers de la Françafrique. D’ailleurs, alors que Maître Wadeet son fils menaçaient vigoureusement de porter plainte pour diffamation, Brazzaville et  Libreville sont dans une assourdissante torpeur. 

    Là où le bât blesse, au point de susciter une grande nausée c’est  le toupet de ce pouvoir  qui  estime que cette affaire serait exclusivement franco-française, et que seuls les relents colonialistes  justifieraient  que l’honneur  et la souveraineté du Congo soient -comme dans l’affaire des « Biens mal acquis »-  mis à mal.  Il feint d’ignorer que la postérité ne rendait à tout un chacun qu’un honneur qu’il méritait  et que toute  souveraineté était une authentique et perpétuelle conquête.

    D’ailleurs, de quelle souveraineté nous parle-t-on quand les fondements d’un Etat républicain et indépendant  sont chaque jour si joyeusement jetés aux orties ? 

    Aucun pays, sur ce vaste planisphère, ne peut soutenir la comparaison avec le nôtre, à cause de la singularité des comportements de nos dirigeants. Aucun pays ne cultive le culte de la dépendance autant que le nôtre. Aucun pays ne méprise ses habitants autant que le nôtre. Aucun pays ne croit à la puissance des forces extérieures, au détriment des forces internes dans le processus de développement, ou dans la gestion du pouvoir au­tant que le nôtre. Oui, nos dirigeants mal  élus ou pas du  tout élus, refusent  toute «normalité», ils redoutent, d’être sevrés de toute dépendance, même  encombrante et infâme. Ils n’ambitionnent pas du tout  d’être à la table des hommes et femmes qui font l’Histoire en construisant leur monde.   La franc-maçonnerie, la Françafrique, le FCFA  sont des impedimenta  que nos dirigeants font peser comme un boulet sur les épaules de notre pays, accentuant chaque jour notre vassalisation  et notre extraversion.

    Le plus important dans cette affaire n’est pas dans le contenu des mallettes que transportait, dans le clair-obscur,  Robert Bourgide Sassou  et/ou de Bongoà Chirac; celles-ci ne constituent que des détails d’une vaste et ruineuse es­cro­querie accomplie par ces deux satrapes  et leurs complices Français. Comment peuvent-ils avoir l’outrecuidance de se livrer à des pratiques d’une telle laideur morale, sachant que leurs populations respectives sont exposées aux affres inimaginables ? Une autoflagellation justifierait –t-elle une telle conduite ? Ces questionnements en appellent d’autres:   Que se passe-t-il derrière ces mallettes ? Elles garantissent quoi ? Elles protègent qui ? Elles protègent contre quoi ?  Les réponses coulent de source...Un véritable secret de polichinelle.

    Nous avons tous en mémoire, l’hystérie qui s’était emparée de Jacques Chirac  quand il  congratula ostensiblement, Dos Santosd’avoir envoyé ses militaires à Brazzaville, pour -officiellement –mettre un terme aux souffrances des congolais empêtrés dans une guerre civile sans merci. Il fallait se rendre à l’évidence et ne pas  se faire d’illusions.  Seuls les bornes politiques pouvaient croire à un soudain et désintéressé attachement  du Président Français  au peuple congolais, martyrisé par ses dirigeants.

    Alexis de Tocquevillel’avait relevé très tôt : « la France reste spécialiste des règles dures et des applications molle». Et à son contemporain le Général De Gaullede renchérir : «  La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts ». L`hypocrisie de la rhétorique diplomatique d`aujourd’hui est tout bonnement mise à nu. Les lois et les principes vantés dans ce pays sont bons quand ils s’appliquent aux autres, notamment aux pays africains francophones. Les dirigeants Africains putschistes ou non élus, sous perfusion politique, « Grands maîtres » et Représentants locaux  de la franc-maçonnerie, principaux acteurs de la nébuleuse Françafrique, sont à la merci  des humeurs de leurs protecteurs hexagonaux. 

    En conséquence, nos analystes politiques, nos journalistes et notre «  opposition »,  à la lumière des dénonciations de Robert Bourgi, au lieu de se contenter d’être les relais des médias français, ont des questions fondamentales à se poser, sur le fonctionnement de nos économies, sur nos politiques culturelles, sur le pacte colonial, sur l’état de la démocratie dans nos pays, car l’existence de la Françafrique, avec son économie, sa diplomatie parallèles; avec sa politique culturelle, et l’utopie de bâtir des régimes démocratiques, dans les mêmes pays, sont antinomiques. Elle est et demeure ce qu’elle est, quelle que soit la nature du régime politique à la tête de l’Etat français. Que ce régime soit de droite avec Charles de Gaulle, Georges Pompidou, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, de centre avec Giscard d’Es­taing, de gauche avec François Mit­ter­rand, la Françafrique ne renonce pas à ses manœuvres criminelles.

    Tout le génie de Foccartest ici : son monument échappe à toute éthique et à toute idéologie politique. C’est là un des aspects de l’exception africaine dans la politique française et dans le comportement de ses élites et de ses médias. S’il y a Françafrique il ne peut y avoir de démocratie, qu’il ne faut pas confondre avec le multipartisme; la Françafrique constitue plutôt de confortables nids pour les dictatures. Et s’il y a démocratie, il ne peut y avoir de réseaux criminels et «voyous» comme ceux de la Fran­çafrique.  La coexistence des deux phénomènes est impossible.

    Après tant de crimes, il est normal que Robert Bourgitienne à «soulager sa conscience», si tant est qu’il en avait une. Les pratiques nauséeuses, qui sont du reste un frein d’une puissance insoupçonnée contre le progrès social et le développement, ne seront éradiquées  qu’avec un véritable assainissement de la vie politique. Sur ce, nous devons œuvrer pour un système qui nous offre la possibilité de se rebeller contre le fatalisme en conspirant un avenir désiré. C'est cet esprit de résistance face à l'adversité et d'action militante pour la conquête du futur qui nous permettra de faire florès. A l'inverse, s'endormir sur la rente pétrolière ( qui du reste, ne profite qu'à Sassou, à  son clan et ses protecteurs) et se résigner à subir les changements, ne peuvent conduire qu'à l'implosion irréversible de notre cher Congo.

     

    Djess dia moungouansi   La plume libre au service du peuple

    (1)           Lire à ce propos le dernier ouvrage  de Pierre Péan : « La république des mallettes »- Septembre 2011- Editions Mille et une nuit

    Blog de Djess

    http://demainlecongo.kazeo.com

Djess sur Radio Forum
  •           DJESS SUR   RADIO DES DROITS DE L'HOMME

    Réaction au discours du 12 août 2011 de Sassou Nguesso selon Djess dia Moungouassi la croissance économique congolaise serait une véritable escroquerie :

    POUR  ECOUTER DJESS  -CLIQUEZ ICI

     


    En réagissant au Discours dit de l'Etat de la Nation prononcé par le Président Denis SASSOU NGUESSO, le vendredi 12 août 2011, le numéro 0033631072180 a enregistré l'appel de nombreux congolais dont Djess dia MOUNGOUANSI un internaute analyste économique et politique des tribunes africaines. Il estime que:

    "Les laudateurs du « Chemin d’Avenir » auraient dû tempérer la frénésie née de la croissance annuelle du Produit Intérieur Brut(PIB) qui était de 10.20% en 2010 et même de 8.4% attendue pour 2011(1). Ils auraient dû avouer au peuple que même un piètre dirigeant, pour un pays nanti comme le Congo, aurait pu au minimum réaliser de tels taux de croissance. Dont acte !
    Cette croissance appelée « Croissance incursive » est pauvre en création d’emplois, mais surtout inappropriée pour la mise en oeuvre de stratégies de réduction de la pauvreté (SRP). Mal gérée, elle peut même être contre-productive".

CRISE DE L'UPADS
  •  

    INTERVIEW DE PASCAL TSATY MABIALA

    SECRETAIRE GENERAL DE L'UPADS

     

     

     
     
     
     
     
     
CAHIERS DE BRAZZAVILLE

  • LES CAHIERS DE BRAZZAVILLE N°8- CLIQUEZ CI-DESSOUS

                               CAHIERS DE BRAZZA

     

             

FACEBOOK
SCISION DU CONGO
  • HUMEUR : PROJET DE SCISSION DU CONGO

    Face aux dérives du pouvoir actuel qui a élaboré comme projet l'accaparement des richesses nationales au seul profil de la famille Sassou et de ses sbires, certains congolais estiment qu'il devient impossible de vivre ensemble.

    Je vous propose la réaction du député Robert POATY PANGOU,, tirée du Blog de mon ami Kovalin.

    Djess

    .............................................................................................................

                                        Robert Poaty pangou

                                                     LETTRE A SASSOU NGUESSO

    Paris, le 16 Juin 2011

    Honorable Robert POATY PANGOU A Monsieur Denis SASSOU-NGUESSO

     

    Objet : La SCISSION du CONGO est désormais évidente.

    Monsieur le Président,

    J’ai l’honneur de vous adresser la lettre dont la teneur suit.

    « Il est au vu et au su de tous, que vous prenez le CONGO pour un BIEN personnel et/ou élargi à tout membre du Peuple NGala et dont l’héritage est à transmettre à votre famille et/ou à tout originaire du NORD. Pourvu que le Pouvoir soit conservé au NORD ».

    C’est le Plan que tout le Peuple NGala a arrêté. La candidature unique de tout le NORD en 2002 en est la preuve irréfutable sur l’unité du NORD.

    Le Peuple Kongo l’a bien compris. Quant au Peuple Téké, je n’en sais rien. Je ne sais s’il voit ce qui se passe.

    Le Peuple Kongo demande que les choses se fassent au clair et demande la SCISSION du pays. Le Peuple Kongo demande cette SCISSION pour une raison toute simple et pourtant profonde.

    Le Peuple Kongo tient à protéger seul, les vies des membres de son groupe ethnique. Il doit faire éviter des nouveaux massacres à ses membres.

    Il veut reconstruire seul son avenir et réparer seul tout ce qui lui a été détruit. Il en est capable. Il l’a prouvé dans le passé.

    N’oubliez pas, Monsieur Denis SASSOU-NGUESSO et tout le monde le sait, que vous êtes entrain de préparer un nouveau Coup d’Etat à travers la révision de votre propre Constitution de 2002. Vous savez très bien pourquoi vous tenez à faire cette révision.

    Monsieur le Président,

    Vous allez certainement dire que le Peuple Kongo demande la SCISSION du pays. NON. Ce n’est pas le Peuple Kongo qui le veut. Même si c’est effectivement le vœu qu’exprime désormais l’homme du SUD.

    Le Peuple Kongo a tout simplement fait le constat suivant :

    En effet le Peuple NGala dont vous êtes au fond le représentant aujourd’hui, est arrivé au Pouvoir par la force des Coups d’Etats ce depuis Marien NGOUABI.

    Le Peuple NGala s’est accaparé de la gestion de toutes les richesses du pays. Et pour en avoir la maîtrise totale sur toutes ces richesses et mieux conserver le Pouvoir, le Peuple NGala s’est très lourdement armé.

    Voilà pourquoi tirant la leçon sur ce qu’il a subit du fait de ces Coups d’Etats à répétition, le Peuple Kongo pense qu’il faut procéder à la SCISSION du pays.

    Mais la fuite en avant sur cette question ne sera plus acceptée. Le 18 Mars 1977, nous avons tous entendu dans les rues de Brazzaville que : « Ba Kongos ba bomi Marien ».

    La suite de cette phrase fut le massacre du Cardinal Emile BIAYENDA, d’Alphonse MASSAMBA-DEBAT et des pauvres innocents.

    Depuis 1992, année de l’élection de Pascal LISSOUBA, la démocratie n’existe plus. La corruption a détruit tous les Partis Politiques à l’image de l’UPADS, le MCDDI, le PCT, l’UDR-Mwinda, le RDPS, le RDD et j’en passe.

    Or malheureusement pour le Pouvoir que vous incarné, les militants de ces différents partis sont conscients et ils sont restés fidèles malgré tout.

    L’impossibilité de faire usage de la démocratie à travers les partis politiques dans le vivre ensemble à cause de nos appartenances ancestrales comme unique moyen pour accéder à la Magistrature Suprême, nous oblige à revenir en arrière afin de rechercher la véritable solution en mettant autour d’une même « Table Ronde » les Peuples ; Kongo, NGala et Téké.

    Car les partis politiques ne pourront jamais trouver la solution nous permettant de nous libérer de cette « Nasse » dans laquelle le Colon nous a enfermé. Faute de quoi, nous allons finir par nous entre bouffer jusqu’à notre disparition totale.

    Depuis Février 1959 à Juin 2011, voici plus de 42 ans que nous nous entre tuons pour le Pouvoir.

    D’ailleurs la Loi sur les partis politiques exige une représentation ethnique. Ce qui démontre à suffisance qu’il existe un malaise entre les différentes composantes ethniques du pays.

    Le Peuple Yougoslave avait comprit son problème et il a trouvé la solution. Le Peuple Yougoslave à procédé à la SCISSION de la Yougoslavie.

    Les nouveaux Etats nés de la disparition de l’Etat Yougoslave à l’image de la Croatie se portent mieux.

    L’Unité des Peuples : Tékés, NGala et Kongo sur un seul et même sol a causé la destruction du Peuple Kongo. Ce Peuple souffre aujourd’hui à cause de cette Unité imposée par le Colon.

    Les trois(3) Peuples : Téké, NGala et Kongo n’ont été que contraint de vivre ensemble.

    L’affaire Georges YAMBO, la guerre NORD/SUD de Février 1959 sont les événements révélateurs sur nos réelles différences culturelles qui du reste dépendent de nos appartenances ethniques.

    Depuis ces évènements, les Congolais vivent :

    • de conflits guerriers en conflits guerriers,

    • de Coups d’Etats en Coups d’Etats,

    • de tueries en tueries. Tout ceci, pour le Pouvoir.

    Il n’y a pas de tranquillité. Tout le monde est inquiet. Vous-même y compris.

    Le Peuple Kongo ne veut plus vivre ces drames. Le SUD est détruit juste à cause d’un Pouvoir que le NORD tient à posséder et à conserver.

    Le Peuple Kongo a désormais compris que sa Paix et son Avenir sont conditionnés par la SCISSION du pays.

    Au moment où je vous adresse la présente lettre, tous vos enfants, neveux et autres filles ou fils du NORD qui prétendent à votre succession sont tous aux aguets.

    Vous avez autours de vous, des gens qui vous font allégeance malgré tout ce qu’ils peuvent vous reprocher.

    Et pourtant nul n'ignore qu’avant l’arrivée du Colon, ces trois (3) Peuples vivaient chacun sur son Territoire avec ses Lois et Règlements qui garantissaient la quiétude et la tranquillité sagement assurées par les Rois et autres chefs de Tribus.

    Seuls les échanges commerciaux et autres occasions leurs permettaient de se rencontrer. Ces rencontres se passaient dans le Strict Respect des Coutumes des uns et des autres.

    En résumé, avant la fabrication du CONGO par le Colon, la vie était bonne à vivre dans nos Territoires respectifs.

    Monsieur le Président,

    Durant la période coloniale, le Colon était le seul garant de l'intégrité territoriale du CONGO. Le Colon était aussi le seul à maintenir la quiétude entre les différents Peuples vivants sur son territoire.

    Or c’est dès 1945, année des premières élections démocratiques au CONGO, que va s'afficher le clivage NORD/SUD d’une part et d’autre part celui entre les trois groupes ethniques.

    Le regroupement autour de Jean Félix TCHICAYA pour le SUD et autour de Jacques Luc Napoléon OPANGHAULT pour le NORD en sera l’illustration.

    Ce regroupement n'est pas une invention de la démocratie. Il est justement l’expression de notre sentiment sur nos réelles appartenances. C'est-à-dire qu'avant d'être devenu Congolais, on était avant tout : Téké, NGala et Kongo. Au moment où je vous écris, cette réalité est toujours présente en chacun de nous.

    Plusieurs autres faits nous ont servi de rappel sur nos appartenances ethniques.

    - l'élection d’André MILONGO comme Premier Ministre

    - votre élimination dès le 1er tour en 1992

    - l'élection de Pascal LISSOUBA

    - en 2002, tout le NORD qui n'a qu'un seul Candidat : Denis SASSOU-NGUESSO. Alors que le SUD en présente 9

    - il y a des innocents qui disparaissent au Beach et d'autres qui sont tués et brûlés au Palais du Peuple

    - la configuration de la Mandature de LISSOUBA et la structuration de votre Régime qui laissent perplexe.

    Tous ces faits sont révélateurs d'un mal très profond auquel un courage et une honnêteté seront nécessaire pour y mettre un terme définitif.

    Monsieur le Président,

    Aucun Congolais n’ignore que le Fief électoral de tout candidat originaire du NORD est trop faible. Cette faiblesse rend impossible son accession au 2éme tour d’une élection présidentielle. A ce sujet, les preuves existent.

    Et pourtant, l'enfant du NORD doit aussi diriger le CONGO. Mais comment ? Voilà la question qui justifie les Coups d'Etats aux conséquences très désastreuses.

    L'affaire Georges YAMBO en 1958 et l'alliance entre l'UPADS et le PCT en 1992 nous ont démontré les limites de l'exercice démocratique.

    Ambroise Edouard NOUMAZALAYE avait déjà exprimé sa préoccupation et son inquiétude sur la faiblesse démographique du NORD.

    Monsieur le Président,

    Je voudrais après ce rappel des faits, vous poser la question de savoir si : les Peuples NGala, Téké, Kongo ont encore un intérêt commun à suivre, ou s’ils étaient réellement fait pour vivre ensemble ?

    Le seul espoir sur lequel réside la poursuite d’une vie commune reste le respect de l’Accord signé en Mai 1997 à Paris. Encore qu’il faudra laisser à l'ONU toute l'organisation du processus électoral et de la tenue de l'ensemble des élections.

    Si le recours à cet Accord vous semble impossible, alors la solution suivante nous permettra de mettre un terme définitif à l'usage des Coups d'Etats et aux tueries inutiles.

    Cette solution est la SCISSION du pays.

    Cette SCISSION va permettre la création de trois(3) nouveaux Etats indépendants. Nous allons faire au cœur de l'Afrique ce que le Peuple Yougoslave a fait au cœur de l'Europe.

    En effet tous les Congolais y compris vous-même sont très inquiets sur leur sécurité physique et sur celui de leur bien matériel. Tout le pays est sous le règne d’une très faible minorité aujourd’hui au Pouvoir et qui détient les armes et l’argent.

    Ce climat de vie dans lequel sont plongé les Congolais est très regrettable. Il faut y mettre un terme définitif. 

    Alors soyons des hommes courageux et repartons d'où nous venons. C'est là, la clé de notre mieux vivre dans le Respect et avec Dignité.

    Le développement économique et social autrement dit le Progrès de chacun de nous se trouve dans cette décision à prendre. Cette décision est un salut pour : les NGalas, les Kongos et les Tékés.

    Monsieur le Président,

    Les conséquences qui ont suivi la disparition de la Compagnie des Potasses du Congo (CPC) de Holle dont l’usine était à Makola sont restées un cauchemar pour les populations de tous les villages environnants.

    Aujourd’hui l’argent du pétrole qui devrait servir à construire au minimum le Barrage du Kouilou à Sounda est entrain de remplir des comptes et les poches des individus qui n’ont aucun lien avec le Royaume Loango dont l’exploitation des richesses de son sous-sol aurait pu contribuer à sa modernisation et à son industrialisation.

    Or à ce jour, la région du Kouilou est entrain de se détruire. Le désordre règne dans le Kouilou. Rien n’est fait pour construire cette région qui pourtant est le premier pourvoyeur de l’économie du pays.

    Il est sûr et certain qu’une fois le pétrole fini, seules les populations du Kouilou continueront d’y vivre avec toutes les conséquences que cette exploitation aurait engendrées. C’est pourquoi, il est temps que la population du Kouilou prenne la décision de se ressaisir.

    La construction du barrage du Kouilou est désormais entre les seules mains de tous les enfants de cette région.

    La SCISSION du CONGO est aujourd’hui la seule solution équitable pour chacun des trois Peuples. Prenons tous ensemble dès maintenant, le courage de regarder la vérité en face.

    N’ayons peur de rien.

    Monsieur le Président

    Faisons-le tous ensemble pour la tranquillité et la vie paisible des futures générations. Arrêtons enfin d’être des hypocrites. Cessons de faire semblant. Faisons-le dans toute la sérénité possible afin que les Coups d’Etats s’arrêtent définitivement.

    La démocratie ne pourra jamais résoudre les problèmes dus à nos appartenances Ethniques.

    Je dirais d’ailleurs, que la démocratie nous a rappelé nos appartenances ethniques.

    Et, n’oublions jamais que nous sommes et restons avant tout : Téké, Kongo et NGala. C’est notre héritage et notre identité. L’Unité n’a été jusqu’ici qu’un maquillage.

    C’est le Colon qui nous a mis dans un même « panier ». Nos ancêtres ne l’auraient jamais fait. Nos Ancêtres étaient très sages et ils savaient que l’individu dans la société reste toujours attaché à son cordon ombilical.

    Les Coups d’Etats sans fin et ce depuis l’Affaire Georges YAMBO et la guerre de Février 1959 en sont les conséquences tragiques.

    La SCISSION du pays va enfin nous permettre de résoudre cet épineux problème du Pouvoir.

    NB : Le 10 Juin 1991 n’a servi à rien puisque des enfants Kongos ont disparus au Beach et que d’autres ont été tué et brûlé au Palais du Peuple. Pourquoi ? C’est la grande question à laquelle je vous laisse répondre.

    Voilà comment moi, Honorable Robert POATY PANGOU, justifie la SCISSION du CONGO. Et le Peuple Kongo est aujourd’hui très inquiet de son avenir.

    Veuillez, Monsieur le Président croire à mon intime conviction et daignez apporter avec efficacité votre très sincère contribution.

    Fait à Paris, le 16 Juin 2011

    Honorable Robert POATY PANGOU

    Ancien Membre du Conseil Supérieur de la République

Texte libre
  •  

    La République du Congo actuelle est un pays d'Afrique centrale, parfois appelé Congo-Brazzaville pour le différencier d'avec la République démocratique du Congo (appelée Congo-Kinshasa pour la même raison). La République du Congo a aussi été connue sous le nom de République populaire du Congo de 1969 à 1992 avant de reprendre son nom d'origine.

    carte cong

Me suivre sur
Photos aléatoires
Newsletter

SASSOU NGUESSO , GRAND FRANC MACON AFRICAIN AU VATICAN

 

SASSOU NGUESSO , GRAND FRANC MACON AFRICAIN AU VATICAN

 

Image d'archives

DÉCLARATION SUR L’INCOMPATIBILITÉ ENTRE L’APPARTENANCE À L’ÉGLISE ET LA FRANC-MAÇONNERIE

On a demandé si le jugement de l’Eglise sur les associations maçonniques était changé, étant donné que dans le nouveau Code de droit canonique il n’en est pas fait mention expresse, comme dans le Code antérieur.

Cette Congrégation est en mesure de répondre qu’une telle circonstance est due au critère adopté dans la rédaction, qui a été suivi aussi pour d’autres associations également passées sous silence parce qu’elles sont inclues dans des catégories plus larges.

Le jugement négatif de l’Eglise sur les associations maçonniques demeure donc inchangé, parce que leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l’Eglise, et l’inscription à ces associations reste interdite par l’Eglise. Les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte communion.

Les autorités ecclésiastiques locales n’ont pas compétence pour se prononcer sur la nature des associations maçonniques par un jugement qui impliquerait une dérogation à ce qui a été affirmé ci dessus, dans la ligne de la déclaration de cette Congrégation du 17 février 1981 (cf. AAS 73, 1981, p. 240-241:DC 1981, n° 1805,p. 349. Voir aussi la déclaration de l’épiscopat allemand du 12 mai 1980, DC 1981, n° 1807,p. 444-448).

Le Souverain Pontife Jean-Paul II, dans l’audience accordée au cardinal préfet soussigné, a approuvé cette déclaration, qui avait été délibérée en réunion ordinaire de la Congrégation, et en a ordonné la publication.

Sassou Nguesso, l'homme qui n'a jamais respecté sa propre constitution, pourtant taillée sur mesure, n'en a cure de la doctrine de l'église

Djess

Le mercredi 04 mai 2011 à 16h20 dans News
Poster un commentaire
Pseudo :
Email (facultatif) :
Adresse site (facultatif) :
Votre message :
Voulez-vous suivre le fil de la discussion ?
Aucun commentaire
EDITO
  •  

     

      «Comme le despotisme est l'abus de la royauté, l'anarchie est l'abus de la démocratie -Voltaire . »                                                                             044



        

    UN ESPRIT LIBRE

        PREND DES LIBERTES

        MEME A L’EGARD

        DE LA LIBERTE
       

        

        


     

       Ce blog  "PERSPECTIVES  CONGOLAISES"  a pour vocation d'abriter les publications de  Djess dia Moungouansi,LE COMBATTANT DE LA PLUME

    Certains articles , en conformité avec la ligne éditoriale de ce blog, seront les bienvenus.

     

    Ni l'apologie aveugle d'un acteur  politique, ni la diabolisation  ennuyeuse de ceux qui tirent notre pays dans les abysses de la médiocrité.

    L'analyse, la réflexion, la distance et un zeste d'humour pour jeter un énorme pavé dans les douves de la politique congolaise, tout en proposant des pistes qui permettraient à notre pays de reprendre la place qu'il mérite  dans le concert des nations.

    Djess                                                              

Horloge
Moteur de recherche
Statistiques
  • 1 connecté(s)
    Total de 152 562 visiteur(s)
    Site créé le 28/03/2007