•                                                       

    Burkina/Italie:Révélations italiennes sur l’assassinat de Thomas Sankara

    0-pictureUn documentaire de la chaîne publique italienne RAI3 met en cause Américains et Français aux côtés de Blaise Compaoré. « Ombres africaines », documentaire en trois parties de Silvestro Montanaro diffusé du 15 au 29 juillet en seconde partie de soirée a recueilli des témoignages de personnalités libériennes connues ou de l’ombre qui restent sans équivoque. Le site dédié à la mémoire du révolutionnaire, www.thomassankara.net, a « retranscrit fidèlement les propos dans l´ordre où ils ont été montés pour le film par le réalisateur. »Lire l’intégralité du document.

    Vous pouvez également visionner la version italienne sur le site http://www.thomassankara.net/spip.php?article786 ou

    http://www.rai.tv/dl/RaiTV/programmi/media/ContentItem-bf528d64-3c0d-44c2-bffb-70baf051624d.html?p=0 (Durée: 00:52:36)

    La suite

    http://imagazinefr.wordpress.com/2009/08/11/burkinarevelations-italiennes-sur-l%E2%80%99assassinat-de-thomas-sankara/

     



    votre commentaire
  •                                                        
    <xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell>Vous pouvez consulter les différentes contributions à travers les liens ci-dessous

    DEBAT SUR LA TRIBALITE  ACCUEIL  - Cliquez ICI


    <o:p></o:p>

    VOIR  LES CONTRIBUTIONS<o:p></o:p>

                                                    
    <xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell><o:p>
    </o:p>


    </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml> </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml>

    votre commentaire
  • <xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell> </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument>
    </xml><body><marquee behavior="scroll" direction="left" scrollamount="3" scrolldelay="60"><xml> <w:latentstyles deflockedstate="false" latentstylecount="156"> </w:latentstyles> </xml> Toutes nos pensées vont vers le peuple frère d’Haïti, ce vaillant peuple durement touché par les aléas de la nature </marquee></body></w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml><xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell><xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell>

    <xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell>

    <xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell>

    </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml> </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml> </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml> </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml>

    votre commentaire
  • <xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell><v:shapetype id="_x0000_t75" coordsize="21600,21600" o:spt="75" o:preferrelative="t" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" filled="f" stroked="f"><v:stroke joinstyle="miter"><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"><v:f eqn="sum @0 1 0"><v:f eqn="sum 0 0 @1"><v:f eqn="prod @2 1 2"><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"><v:f eqn="sum @0 0 1"><v:f eqn="prod @6 1 2"><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"><v:f eqn="sum @8 21600 0"><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"><v:path o:extrusionok="f" gradientshapeok="t" o:connecttype="rect"><v:shape id="_x0000_i1025" type="#_x0000_t75" alt="COTRADE ORG" style="width: 448.5pt; height: 382.5pt;"> </v:shape></v:path></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:formulas></v:stroke></v:shapetype></w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml><xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell>

    Regardez cette vidéo de J-F Pobtz
    </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml><xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell> </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml><xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell>http://www.wat.tv/video/jean-francois-probst-traite-1xf4s_kuue_.html                                               

    <xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell><v:shapetype id="_x0000_t75" coordsize="21600,21600" o:spt="75" o:preferrelative="t" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" filled="f" stroked="f"><v:stroke joinstyle="miter"><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"><v:f eqn="sum @0 1 0"><v:f eqn="sum 0 0 @1"><v:f eqn="prod @2 1 2"><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"><v:f eqn="sum @0 0 1"><v:f eqn="prod @6 1 2"><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"><v:f eqn="sum @8 21600 0"><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"><v:path o:extrusionok="f" gradientshapeok="t" o:connecttype="rect"><v:shape id="_x0000_i1025" type="#_x0000_t75" alt="COTRADE ORG" style="width: 448.5pt; height: 382.5pt;">                                 </v:shape></v:path></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:formulas></v:stroke></v:shapetype></w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml>               
    <xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell><v:shapetype id="_x0000_t75" coordsize="21600,21600" o:spt="75" o:preferrelative="t" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" filled="f" stroked="f"><v:stroke joinstyle="miter"><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"><v:f eqn="sum @0 1 0"><v:f eqn="sum 0 0 @1"><v:f eqn="prod @2 1 2"><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"><v:f eqn="sum @0 0 1"><v:f eqn="prod @6 1 2"><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"><v:f eqn="sum @8 21600 0"><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"><v:path o:extrusionok="f" gradientshapeok="t" o:connecttype="rect"><v:shape id="_x0000_i1025" type="#_x0000_t75" alt="COTRADE ORG" style="width: 448.5pt; height: 382.5pt;">LA GESTION CLANIQUE DU PETROLE  CONGOLAIS

    D’après la dernière livraison de « LA LETTRE DU CONTINENT » du 07/01/2010, une guerre sans merci serait déclenchée entre Mbochi d’Ollombo et Mbochi de Boundji sur fond de gestion du pétrole congolais, depuis la dissolution de la Cotrade.


    D’un côté il y a Blaise Elenga ( d’Ollombo) qui serait soutenu par Claudia sassou et Bouya, de l’autre, Denis Gokana ( Boundji) qui aurait le soutien de Rodolphe Adada.

    C’est le Congo actuel, où un clan de mafieux s’empare de la principale ressource du pays. A la fin, notre pays en ce début de 2010 ressemble à l’Angleterre du XIXe siècle où la paupérisation augmentait alors que globalement, le pays s’enrichissait. Les recettes pétrolières crèvent le plafond et les congolais n’arrivent même plus à se soigner.




    Djess
    <xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell><v:shapetype id="_x0000_t75" coordsize="21600,21600" o:spt="75" o:preferrelative="t" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" filled="f" stroked="f"><v:stroke joinstyle="miter"><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"><v:f eqn="sum @0 1 0"><v:f eqn="sum 0 0 @1"><v:f eqn="prod @2 1 2"><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"><v:f eqn="sum @0 0 1"><v:f eqn="prod @6 1 2"><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"><v:f eqn="sum @8 21600 0"><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"><v:path o:extrusionok="f" gradientshapeok="t" o:connecttype="rect"><v:shape id="_x0000_i1025" type="#_x0000_t75" alt="COTRADE ORG" style="width: 448.5pt; height: 382.5pt;"><xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell><o:p> </o:p>                                                 </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml></v:shape></v:path></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:formulas></v:stroke></v:shapetype></w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml></v:shape></v:path></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:formulas></v:stroke></v:shapetype>
    </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml><xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell><v:shapetype id="_x0000_t75" coordsize="21600,21600" o:spt="75" o:preferrelative="t" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" filled="f" stroked="f"><v:stroke joinstyle="miter"><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"><v:f eqn="sum @0 1 0"><v:f eqn="sum 0 0 @1"><v:f eqn="prod @2 1 2"><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"><v:f eqn="sum @0 0 1"><v:f eqn="prod @6 1 2"><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"><v:f eqn="sum @8 21600 0"><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"><v:path o:extrusionok="f" gradientshapeok="t" o:connecttype="rect"><v:shape id="_x0000_i1025" type="#_x0000_t75" alt="COTRADE ORG" style="width: 448.5pt; height: 382.5pt;"><xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell><v:shapetype id="_x0000_t75" coordsize="21600,21600" o:spt="75" o:preferrelative="t" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" filled="f" stroked="f"><v:stroke joinstyle="miter"><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"><v:f eqn="sum @0 1 0"><v:f eqn="sum 0 0 @1"><v:f eqn="prod @2 1 2"><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"><v:f eqn="sum @0 0 1"><v:f eqn="prod @6 1 2"><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"><v:f eqn="sum @8 21600 0"><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"><v:path o:extrusionok="f" gradientshapeok="t" o:connecttype="rect"><v:shape id="_x0000_i1025" type="#_x0000_t75" alt="COTRADE ORG" style="width: 448.5pt; height: 382.5pt;"><xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell><xml><w:worddocument><w:punctuationkerning><w:validateagainstschemas><w:compatibility><w:breakwrappedtables><w:snaptogridincell><v:shapetype id="_x0000_t75" coordsize="21600,21600" o:spt="75" o:preferrelative="t" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" filled="f" stroked="f"><v:stroke joinstyle="miter"><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"><v:f eqn="sum @0 1 0"><v:f eqn="sum 0 0 @1"><v:f eqn="prod @2 1 2"><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"><v:f eqn="sum @0 0 1"><v:f eqn="prod @6 1 2"><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"><v:f eqn="sum @8 21600 0"><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"><v:path o:extrusionok="f" gradientshapeok="t" o:connecttype="rect"><v:shape id="_x0000_i1025" type="#_x0000_t75" alt="COTRADE ORG" style="width: 448.5pt; height: 382.5pt;">

    <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    </v:shape></v:path></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:formulas></v:stroke></v:shapetype>
    </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml></w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml></v:shape></v:path></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:formulas></v:stroke></v:shapetype>
    </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml></v:shape></v:path></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:f></v:formulas></v:stroke></v:shapetype>
    </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml> </w:snaptogridincell></w:breakwrappedtables></w:compatibility></w:validateagainstschemas></w:punctuationkerning></w:worddocument></xml>

    votre commentaire
  • Plainte contre BNP Paribas, Denis GOKANA, Christel Sassou Nguesso pour blanchiment d’argent en bande organisée


    A Monsieur le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Paris


    Plainte



    1) Monsieur Brice Nzamba...........

    2) Monsieur Jean Pierre Ibouanga.........

    3) Madame Gertrude Goma Dibango née Malalou-Koumba..............



    Ont l’honneur de vous exposer les faits suivants


    Depuis de très nombreuses années, plusieurs observateurs avertis des relations entre la BNP PARIBAS et certaines personnalités à la tête des sociétés pétrolières du Congo Brazzaville, parmi lesquelles, Denis GOKANA et Christel SASSOU NGUESSO, ont fait état des indices graves et concordants rendant plausible la commission de l’infraction de blanchiment en bande organisée.

    Les citoyens congolais soussignés, à la suite de différentes enquêtes qu’ils ont réalisés ou en collationnant des informations recueillies par des observateurs avertis, ces dernières années, ont pu établir comme suit la preuve, ou en tous les cas, la très grande probabilité, de la réalisation sur le territoire parisien, des éléments participant à la caractérisation de l’infraction de blanchiment en bande organisée.

    Il est de jurisprudence qu’en matière d’abus de biens sociaux, il est admis que des fonds sociaux prélevés par le dirigeant social, l’ont nécessairement été dans son intérêt personnel s’il n’est pas justifié qu’ils ont été utilisés dans le seul intérêt de la société.

    CASS CRIM 11 JANVIER 1996, N° 95-81.776

    Ce raisonnement peut être retenu dans le cas de dissimulation de détournement public des revenus pétroliers Congolais orchestrés par des dirigeants des sociétés pétrolières du Congo Brazzaville, avec le concours de la BNP PARIBAS.
    Dissimulation prenant la forme des transferts des revenus pétroliers dans des comptes des sociétés basées dans des paradis fiscaux et qui servent en grande partie à financer les besoins personnels des dirigeants de ces sociétés.


    Il est rappelé que le blanchiment aggravé est prescrit et réprimé par l’article L 324-2 du Code Pénal qui énonce que :

    « Le blanchiment est puni de dix ans d’emprisonnement et de 750 000 euros d’amende :
    1° Lorsqu’il est commis de façon habituelle ou en utilisant les facilités que procure l’exercice d’une activité professionnelle ;
    2° Lorsqu’il est commis en bande organisée.
    »

    Le blanchiment étant défini et réprimé par l’article L324-1 du Code Pénal qui énonce que :

    « Le blanchiment est le fait de faciliter, par tout moyen, la justification mensongère de l’origine des biens ou des revenus de l’auteur d’un crime ou d’un délit ayant procuré à celui-ci un profit direct ou indirect.
    Constitue également un blanchiment le fait d’apporter un concours à une opération de placement, de dissimulation ou de conversion du produit direct ou indirect d’un crime ou d’un délit.
    Le blanchiment est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 375 000 euros d’amende. »


    Les soupçons manifestés par les soussignés ne sont pas le fruit d’une agitation militante, mais sont corroborés par des documents recueillis auprès des observateurs sérieux, et motivés par le seul souci de savoir, en qualité de citoyens congolais, la part de responsabilité des soupçonnés dans la disparition des milliards d’euros du Trésor public Congolais, alors que la quasi totalité de nos concitoyens congolais croupissent dans la misère la plus abjecte.

    C’est ainsi Monsieur le Procureur de la République, que sont portés à votre connaissance les faits suivants:

    Monsieur Denis GOKANA a travaillé au sein de la société nationale des pétroles du Congo ( SNPC) avant de décider de la quitter en Avril 2001.

    Suite à ce départ, il décide de créer un petit groupe de sociétés pétrolières dont une des sociétés basées à l’étranger participerait à des transactions pétrolières.

    Ainsi, Sphynx Bermuda et Sphynx UK ont été juridiquement constituées les 15 février 2002 et 7 février 2002 respectivement ( pièce 1- Xavier Harel- Afrique pillage à huis clos-p27).

    Une autre société, l’Africa Oil and Gas Corporation (AOGC), a été créée en janvier 2003 dont l’objectif déclaré était de traiter avec les fournisseurs de pétrole, de produits pétroliers et de gaz, Monsieur Denis GOKANA en était l’actionnaire à hauteur de 90%. (Pièce 2-Xavier Harel –Afrique Pillage à Huis Clos)

    Sphynx UK, d’après le jugement « Kensington » de la Royal Court of Justice de Londres en date du 28 Novembre 2005, n’a « touché aucun revenu depuis sa création, mais n’existe clairement pour aucune autre raison que pour servir de société de prestation de services pour Sphynx Bermuda. »

    En plus, ce jugement de la Royal Court of Justice précise que « Monsieur Denis GOKANA a été le seul à avoir le contrôle des comptes bancaires et des activités commerciales de Sphynx Bermuda et de l’AOGC. »

    Il est constant que ces sociétés étaient sous le contrôle de Denis GOKANA comme le souligne encore le jugement de la Royal Court of Justice « AOGC et Sphynx Bermuda étaient, tout comme COTRADE, sous le contrôle de Monsieur Denis GOKANA ».

    C’est dans ces circonstances qu’intervient en janvier 2005, la nomination de Monsieur Denis GOKANA, à la fonction de président de la société nationale des pétroles de Congo.

    C’est durant cette même période, en janvier 2005, que Monsieur Christel SASSOU NGUESSO est nommé à la présidence de la société dénommée, la Congolaise de Trading ( COTRADE), une filiale de la SNPC créée en juillet 2003 pour commercialiser le pétrole Congolais, cumulant avec son poste de directeur général adjoint d’AOGC.

    C’est ainsi, que les sociétés contrôlées par Monsieur Denis GOKANA (Sphynx Bermuda, AOGC, COTRADE, SNPC), ont signé avec la BNP PARIBAS des contrats de préfinancement d’achat de pétrole avec des montages financiers et juridiques des plus complexes.

    Ces préfinancements étaient souvent accordés à des sociétés sous-capitalisées, alors que celles-ci achetaient à la société nationale des pétroles du Congo, le baril du pétrole à un prix inférieur à celui du marché (pièce3-Xavier Harel-Afrique pillage à Huis Clos-)

    Il en est ainsi au cours de l’année 2003, Sphynx a payé le pétrole Congolais à la SNPC en moyenne 9,6 dollars de moins que le prix fiscal officiel congolais ( pièce 4- tableau de ventes de pétrole de la SNPC).

    Il ressort des rapports d’un cabinet d’audit « KPMG », qu’en 2003, environ 20 millions de Dollars ont étés perdus suite aux ventes réalisées avec Sphynx plutôt qu’avec des acheteurs qui auraient payé le juste prix du marché.( Pièce 5- l’enigme du Sphynx de Global Witness).

    Ainsi, entre 2003 et 2005, près d’un milliard de dollars de revenus pétroliers se sont mystérieusement évaporés du trésor public Congolais (pièce 6- Xavier Harel, Afrique pillage à Huis Clos, Page 152).

    C’est dans ces circonstances que Monsieur Denis Christel Sassou Nguesso, dirigeant de la COTRADE, de la société LIMITED LONG BEACH, et directeur adjoint de l’AOGC, a dépensé 35 000 dollars en Août 2006 sur des articles de marque comme Louis Vuitton et Roberto Cavalli ( pièce 7- communiqué de presse de Global witness en date du 26 juin 2007).

    Il apparaît que le solde de la carte de crédit de Denis Christel Sassou Nguesso a été payé avec des fonds provenant d’une compagnie basée dans le paradis fiscal d’Anguilla, notamment LONG BEACH LIMITED (pièce 8- solde de la carte de crédit de Christel SASSOU NGUESSO).

    La LONG BEACH LIMITED, société appartenant à Monsieur Denis Christel Sassou Nguesso recevait via d’autres sociétés écrans, des fonds liés à la vente du pétrole Congolais (pièce 9).

    Ces fonds apparaissent comme le produit des transferts d’argent à LONG BEACH LIMITED procédant d’un paiement de 150 000 dollars en date du 12 avril 2005 en référence à la cargaison GENMAR SPARTIATE (pièce 10) et d’un paiement de 322 000 dollars en date du 21 mars 2005 en référence à la cargaison TANABE. (pièce 11)

    Ces transferts de fonds destinés à LONG BEACH LIMITED ont été réalisés sur la vente des cargaisons de pétrole dont la BNP PARIBAS était destinataire ( pièce 10 et 11).

    C’est dans ce contexte que Monsieur Denis Christel Sassou Nguesso, propriétaire de la société LONG BEACH LIMITED (pièce 12), a pu s’acheter un logement de 10 pièces à 1 600 000 euros acquis en 2005 à Paris. (pièce 13- le monde du 31 janvier 2008).

    Monsieur Denis GOKANA pour sa part, a pu s’acheter un logement aussi important à Bordeaux, et créer une société civile immobilière dont la dénomination sociale serait « PRESTIGES ».

    Il est constant que la BNP PARIBAS a participé à plusieurs reprises, et de façon habituelle, à des montages juridiques et financiers complexes au bénéfice apparent de la société nationale des pétroles du Congo, mais au bénéfice réel des sociétés écrans intermédiaires.(pièce 14)

    C’est ainsi qu’en 2004, la BNP PARIBAS s’accorde avec l’Etat Congolais pour préfinancer à 45,5 millions de dollars le rachat de la dette de la société nationale d’électricité de la république du Congo( SNE) à l’égard de la société nationale d’électricité (SNEL) de la république démocratique du Congo.

    La BNP PARIBAS déloquera 45,5 millions de dollars au profit de la société ELIDORVO PROPERTIES INC basée aux îles vierges britanniques, au bénéfice de sa filiale CONSULTCO qui a racheté la dette d’électricité de la république du Congo à 32,696 millions de dollars.

    Au final, CONSULTCO empochera une commission de près de 11 millions de dollars, après avoir reversé à la société nationale du Congo au nom de laquelle la dette de 45,5 millions avait été contractée, à peine 1,842 millions de dollars. (pièce 15- Xavier Harel-Afrique pillage à Huis Clos-)

    Il est constant que ce préfinancement gagé sur le pétrole Congolais a plus profité à CONSULTCO dont la société mère est basée dans un paradis fiscal qu’à la société nationale des pétroles du Congo, débitrice de la BNP PARIBAS.

    Le 12 février 2004, quelques jours avant la transaction au bénéfice de CONSULTCO, le siège parisien de BNP PARIBAS effectua un transfert de 3 911 428,88, d’euros, soit 5 millions de dollars, à la direction de la société nationale d’électricité de la république démocratique du Congo pour le compte de TRAFIGURA BEHEER N.V, société dont CONSULTCO est la filiale. (Pièce 16-Xavier Harel-Afrique pillage à Huis Clos-)

    Ce transfert qui visait à faire patienter les autorités de la république démocratique Congolaise menaçant de revendre leur créance à l’égard de la SNE à une autre société, était justifié comme étant le paiement d’une facture numérotée 000403 alors qu’il n’existait aucun contrat de prestation de services entre la BNP PARIBAS et la société nationale d’électricité de la république démocratique du Congo. (pièce 17-Facture n° 000403)

    La BNP PARIBAS est intervenue en 2003 dans une opération financière permettant à une société de droit Congolais, la « LIKOUALA SA » de racheter la participation de l’Etat Congolais dans l’exploitation d’un gisement pétrolier, à elle cédée par la société TOTAL.

    Une fois encore, le rachat de ce gisement à l’Etat Congolais a été financé grâce à un prêt de la BNP PARIBAS de 72 millions de dollars à la « LIKOUALA SA », société entièrement contrôlée par Montrow International Ltd, elle même contrôlée par un trust domicilié sur l’île de jersey, en contrepartie du nantissement de sa participation dans ce gisement au bénéfice de la BNP PARIBAS.

    Il en résulte que les revenus générés par l’exploitation de ce gisement n’ont jamais été enregistrés au Trésor public Congolais ( pièce 18- Afrique Pillage à Huis clos, page 69).

    La BNP PARIBAS a accordé à la SNPC entre février 1999 et janvier 2004 au moins treize préfinancements, d’une valeur de 650 millions de dollars pour une valeur des cargaisons utilisées en nantissement, dépassant 1,4 milliards de dollars.

    Ainsi, il apparaît sur le connaissement du Genmar Constantine que la BNP Paribas était la destinataire des 560 000 barils de Yombo,.

    La BNP PARIBAS apparaît aussi sur le connaissement de l’Atlantic Property, comme destinataire de 950 000 barils de pétrole.

    Il est constant que les chargements de barils du pétrole, ci-dessus indiqués ont été payés à des prix largement inférieurs à ceux du marché.

    Il apparaît des indices graves et concordants de blanchiment d’argent en bande organisée constitué par les montages financiers et juridiques accomplis par la BNP PARIBAS concourant à dissimuler et à convertir les détournements publics des revenus du pétrole Congolais par l’entremise des sociétés écrans gérées par Denis GOKANA et Christel SASSOU NGUESSO.


    Il y a blanchiment en bande organisée lorsque plusieurs personnes, en connaissance de cause, entendent justifier par tout moyen l’origine délictuelle des liquidités.

    Les moyens justificatifs peuvent constituer de manière générale en toutes sortes d’actes de complaisance faisant accroire au caractère licite de l’argent.

    Il est constant que l’empilement qui est une des phases du blanchiment consiste à éloigner les fonds de leur source délictuelle à travers une série de transactions plus ou moins complexes, pouvant prendre la forme des montages juridiques ou financiers des plus complexes.

    En espèce, Monsieur Denis GOKANA, alors président directeur général de la société nationale des pétroles du Congo, recevait des prêts( préfinancements) de la BNP PARIBAS qui exigeait une hypothèque (nantissement) sur les cargaisons de pétrole.

    Ensuite, Monsieur Denis GOKANA au nom de la société nationale des pétroles du Congo, vendait son pétrole à bas prix à des sociétés écrans (AOGC, COTRADE, SPHYNX BERMUDA), contrôlées aussi bien par lui-même que par Christel Sassou Nguesso.

    Ces sociétés prélevaient une commission pour elles-mêmes, et reversaient à la BNP PARIBAS sa commission, les couvertures contre les variations du cours du pétrole, et les intérêts du préfinancement.

    Enfin, la BNP PARIBAS reversait le solde à la Société nationale des pétroles du Congo, dirigée par le même Denis GOKANA.

    Il est constant que les montages, aussi bien juridiques que financiers assurés par la BNP PARIBAS au profit de la SNPC, servaient en définitive à faciliter et à couvrir des détournements de fonds de Denis GOKANA et de Christel SASSOU NGUESSO, respectivement responsables de SPHYNX BERMUDA, DE L’AOGC, et de LIMITED LONG BEACH.

    Les détournements multiformes des revenus du pétrole Congolais, la multiplication à l’infini de la dette Congolaise, ne pouvaient se faire qu’avec la complicité des grandes banques, qui ont elles-mêmes multiplié les filiales dans les paradis fiscaux, BNP PARIBAS a été en pointe depuis plus de deux décennies dans les montages financiers dette-hydrocarbure, elle ne pouvait pas ne pas savoir qu’une grande partie des préfinancements accordés, ainsi que des revenus pétroliers étaient détournés.

    Aussi, il ressort clairement une intelligence d’action entre, la BNP PARIBAS, Denis Gokana, et Christel Sassou Nguesso dans la dissimulation et la conversion des produits issus des détournements des revenus du pétrole Congolais.

    Il a été jugé que la répression du blanchiment du produit direct ou indirect d’un crime ou d’un délit n’impose pas que des poursuites aient été préalablement engagées ni qu’une condamnation ait été prononcée du chef de crime ayant permis d’obtenir les sommes d’argent blanchies.
    CASS CRIM 25 FÉVRIER 2008 ( Gaz.Pal. 5 mars 2009).


    il apparaît que les montages financiers réalisés par la BNP PARIBAS ont permis à des sociétés intermédiaires, de racheter le pétrole du Congo à des prix inférieurs à ceux du marché ou prix fiscal, pour le revendre à des prix du marché, et détourner une bonne partie des revenus de cette vente, en les transférant dans des comptes offshore.

    Ill en est ainsi, le 16 juin 2004, lorsque la société TRAFIGURA a payé chaque baril d’une cargaison de pétrole Congolais, à 5,94 dollars, en dessous de son prix fiscal.

    Le 28 novembre 2005, la Chambre commerciale de la Cour Royale de Londres, après avoir constaté que Sphynx Bermuda, société dirigée par Monsieur Denis GOKANA, au capital de 12.000 euros seulement, achetait du pétrole à la SNPC, en dessous des prix du marché pour le revendre au prix du marché, a conclu qu’il n y avait « aucun lien entre les espèces qui transitaient par ses comptes bancaires et les sommes d’argent qu’elle aurait dû recevoir en contrepartie du pétrole qu’elle vendait. »

    En août 2006, Christel SASSOU NGUESSO, dirigeant de la COTRADE, filiale de la SNPC chargée de commercialiser le pétrole Congolais, et responsable important au sein de l’AOGC, a dépensé à Paris, sur des articles de marque comme Louis Vuitton et Roberto Cavalli, 35 000 dollars.

    L’audition dans une affaire de justice à Hong Kong a révélé que le solde de la carte de crédit de Christel Sassou Nguesso avait été payé avec des fonds provenant de la société LONG BEACH LIMITED, basée dans le paradis fiscal d’Anguila, dont il assurait la direction.

    Cette société (LONG BEACH LIMITED) recevait de la part des sociétés écrans Congolais (Sphnyx Bermuda, AOGC) des fonds tirés de la vente du pétrole Congolais.

    Ces fonds qui sont le produit de la vente du pétrole Congolais, ont atterri dans des comptes offshore, en passant par les sociétés écrans ci dessus mentionnées, et ont servi pour régler les soldes de carte de crédit de Monsieur Christel SASSOU NGUESSO.

    Deux cargaisons spécifiques sont repertoriés dans les transferts bancaires à LONG BEACH LIMITED : un paiement de 150 000 dollars du 12 Avril 2005 faisant référence à la cargaison GENMAR SPARTIATE, vendue le 17 janvier 2005 par le Congo, et un autre paiement de plus de 322.000 dollars, faisant référence à une autre cargaison embarquée sur le TANABE le 21 mars 2005.

    Or, il apparaît clairement des connaissements en date du 12 Avril 2005 et du 17 janvier 2005 que la BNP PARIBAS était la destinataire des cargaisons de pétrole ayant donné lieu aux transferts bancaires au bénéfice de la société LONG BEACH LIMITED, dirigée par Christel SASSOU NGUESSO, et qui ont servi au final à des achats personnels de ce dernier.

    Par conséquent, la BNP PARIBAS ne pouvait pas ne pas savoir que les montages financiers auxquels elle participait activement, concourrait à la dissimulation et la conversion des détournements des revenus du pétrole Congolais dans des comptes offshore aux seuls profits de certaines personnalités congolaises dont Christel SASSOU NGUESSO et Denis GOKANA.

    Il est constant que la BNP PARIBAS, à travers ces montages financiers et juridiques au bénéfice des sociétés dirigées par Denis GOKANA et Christel SASSOU NGUESSO, a justifié de façon mensongère, la légalité de toute la chaîne de transactions faisant intervenir des sociétés écrans, alors que cette chaîne concourrait à des détournements massifs des revenus du pétrole Congolais.

    Le blanchiment est établi lorsqu’il existe une justification mensongère des liquidités et que, parallèlement, son bénéficiaire a commis un crime ou un délit et en a obtenu profit, sans qu’il existe nécessairement une corrélation entre cette activité criminelle et les fonds dont l’origine a été mensongèrement justifiée.

    Ce faisant, les montages financiers et juridiques de la BNP PARIBAS ont justifié, ou à tout le moins couvert, au bénéfice de Denis GOKANA et de Christel SASSOU NGUESSO, le délit de détournement dont ils ont tiré profit comme l’atteste leurs acquisitions en France.

    L’intention de la BNP PARIBAS de participer à la dissimulation des détournements des revenus pétroliers Congolais au profit de quelques personnalités politiques s’évince de ces circonstances factuelles objectives.

    Dans tous les cas, le blanchiment est constitué par toute tentative visant à participer à une transaction monétaire qui met en jeu des biens d’origine illicite.

    Par ailleurs, Denis GOKANA à lui-même admis dans son témoignage, avoir profité des ventes, malgré le fait que ses sociétés n’apportaient aucune valeur aux transactions et ne prenaient aucun risque commercial ( Témoignage de Denis GOKANA dans l’affaire Kensington international contre la République du Congo, à la haute cour de justice de Londres, 4ème jour d’audience, jeudi 27 octobre 2005,page 44 de la transcription).

    Dans ce même témoignage, il affirme que la société LONG LIMTED BEACH avait reçu un paiement de centaines de milliers de dollars provenant de AOGC en 2004.

    Il est constant que les contrats conclus entre la COTRADE, AOGC et Sphynx Bermuda étaient factices et visaient à interposer des sociétés écrans entre la société nationale des pétroles Congolais et la bénéficiaire finale de la vente.

    Les parties prenantes à ces montages juridiques et financiers complexes, ne pouvaient pas ne pas savoir que la finalité de tout ce mécanisme était entre autres de dissimuler le détournement des revenus de pétrole Congolais et de les convertir dans des circuits économiques licites.

    Conversion qui se constate par l’achat d’une villa de 10 pièces à 1 600 000 euros acquis en 2005 par Monsieur Christel Sassou Nguesso, se situant au 20 bis, rue Jean Giraudoux, Paris 16eme.

    Conversion qui se constate aussi par la création d’une société civile immobilière dont la raison sociale est « PRESTIGE » par Monsieur Denis GOKANA à Paris.


    La BNP PARIBAS, Denis GOKANA, Christel SASSOU NGUESSO, étaient tous intentionnellement mus par la volonté de dissimuler des détournements des revenus pétroliers du trésor public du Congo.

    Détournements établis par la disparition entre 2003 et 2005 , de près d’un milliard de dollars de revenus pétroliers.

    Cette intention explique pourquoi la BNP PARIBAS acceptait d’émettre des lettres de crédit à des sociétés intermédiaires, aussi faiblement capitalisées comme c’est le cas de Sphynx Bermuda ou de la société Quantic ( le principal actionnaire de cette société étant Monsieur Samy Maroun, proche du président Sassou Nguesso) pour des montants jusqu’à 225 millions de dollars.

    Cette intention explique aussi pourquoi la BNP PARIBAS persistera à accorder des montages juridiques et financiers importants à des sociétés qui rachètent le pétrole Congolais à un prix très en dessous de celui du marché pour les revendre au prix du marché, et transférer ensuite les produits de cette vente à des comptes bancaires offshore.

    Il est constant que l’élément intentionnel des acteurs cités dans cette plainte est établi par les circonstances de fait ici évoquées.

    Ces faits, en ce qu’ils visent à faciliter la justification mensongère de l’origine des biens ou revenus de l’auteur d’un crime ou d’un délit ayant procuré à celui-ci un profit direct ou indirect, constitue l’infraction de blanchiment accompli en bande organisée.

    Ces agissements caractérisent le blanchiment d’argent en bande organisée, tels que définis par l’article L 324-2 du code pénal.



    En conclusion, la démonstration est faite aux termes de la présente plainte et des pièces annexées de :

    1) L’existence des montages financiers et juridiques complexes réalisés par la BNP PARIBAS concourrant à l’achat du pétrole Congolais par des sociétés intermédiaires (SPHYNX Bermuda, AOGC, COTRADE ).
    2) La sous capitalisation de ces sociétés intermédiaires (Sphynx Bermuda, AOGC, LONG BEACH LIMITED) dirigées par Denis GOKANA et Christel SASSOU NGUESSO, et le rachat à des prix inférieurs à ceux du marché du pétrole Congolais.
    3) La dissimulation des détournements des revenus du pétrole Congolais à travers des transferts de ces revenus dans des comptes bancaires offshore.
    4) La conversion de ces revenus détournés dans l’achat des biens meubles et immeubles en France.

    Du reste, le parlement Français est actuellement en train d’examiner un projet de loi visant à insérer l’infraction de blanchiment dans la catégorie des procédures pénales dérogatoires concernant les crimes organisés.

    Cette volonté de la France répond à la nécessité de lutter contre des crimes économiques internationaux qui ont des conséquences les plus graves pour des pays d’Afrique.

    En effet, les conséquences du blanchiment de ces détournements massifs des revenus pétroliers du Congo, est l’appauvrissement de sa population, l’absence des infrastructures sanitaires de base, et la condamnation des Congolais à la famine et à l’immigration.

    Les plaignants sont tous citoyens Congolais, et de ce fait, ont qualité et intérêt à agir contre ce blanchiment en bande organisée qui leur cause aussi bien un préjudice personnel ( impossibilité pour eux d’avoir en tant que citoyens congolais, des infrastructures économiques et sanitaires viables au Congo) que moral ( souffrance morale de voir autant des revenus du pétrole disparaître alors que les congolais vivent à peine avec 1 euros le jour.)

    Le délai de prescription du blanchiment aggravé ne peut commencer à courir qu’à compter de la prescription du délit originaire de détournement d’argent public constitué par les détournements des revenus pétroliers.

    Or ce délit originaire, en ce qu’il a été commis dans l’opacité et n’était pas encore connu, sa prescription ne saurait courir qu’à partir de sa connaissance.

    Par conséquent, l’infraction de blanchiment en bande organisée cours encore, en tout cas , elle a été réalisée depuis temps non prescrit.

    Cette infraction en ce qu’elle a été accomplie à Paris, notamment dans l’octroi des concours à travers les montages financiers et juridiques complexes de la BNP PARIBAS, les achats des biens meubles et immeubles pour convertir le fruit de ce blanchiment aggravé, emporte la compétence du procureur de la république de Paris.

    Par ailleurs, les sieurs Denis GOKANA et Christel SASSOU NGUESSO, disposent des résidences en France, le dernier à Paris même.

    La BNP PARIBAS dispose de son siège social à Paris aussi.

    Il en résulte que la résidence d’au moins une des personnes soupçonnées à Paris, la réalisation des éléments constitutifs de l’infraction de blanchiment à Paris, à travers les montages financiers et juridiques, et la conversion des fruits de ce blanchiment, toujours à Paris, emportent la compétence du procureur de la république de Paris.

    C’est dans ces conditions que les citoyens Congolais soussignés ont l’honneur, Monsieur le Procureur de la République, de déposer plainte entre vos mains, en l’état, du seul chef de blanchiment en bande organisée, délit vu et réprimé par l’article L324-2 du code pénal, contre les sieurs Denis GOKANA , Christel SASSOU NGUESSO et la BNP PARIBAS


    Fait à Paris le 27 novembre 2009



    Brice Nzamba

    Jean pierre Ibouanga

    Gertrude Dibangou-Goma née Malalou Koumba





































































































































































































































    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique