• Les deux documents accusateurs

     

    POUR  VOIR  LES IMAGES DE MARIEN NGOUABI :CLIQUEZ ICI


    Qui était Marien Ngouabi: Cliquez ci-dessous

    http://marien.ngouabi.free.fr/marien2.htm

    L’avenir d’un pays, ne doit pas ou ne peut pas être entièrement prisonnier des précédents. Mais s’affranchir du passé peut être la meilleure ou la pire des choses : la meilleure quand elle consiste à éliminer de l’analyse les éléments périmés pour régler l’action sur les éléments actuels ; la pire quand elle équivaut à une amnésie béate face aux leçons de l’histoire, ce qui entraîne la répétition d’erreurs déjà commises

    Ne pas saisir que l’on se trouve dans une situation nouvelle est une faute pour un dirigeant. Mais ne pas reconnaître une situation ancienne, dans laquelle il s’est déjà trouvé à ses dépends, constitue une faute encore plus impardonnable.

    Dans tous les cas, il est toujours important de scruter le passé d’autant qu’il nous livre des trésors d’informations inépuisables. Aimé CESAIR nous rappelle très justement que « la voie la plus courte vers l’avenir passe par l’approfondissement du passé ».

    En dépit du grand travail abattu par « la commission Assassinats » de la CNS dirigé par MASSENAT, j’avoue que d’innombrables zones d’ombres perdurent sur les circonstances de l’assassinat du Commandant Marien NOUABI.

    C’est pourquoi, je vous propose deux documents :

    - un document sonore, qui sont des confidences d’un agent secret français ayant connu Marien NGouabi et qui nous donne sa version qui semble être tirée des mémoires de Jacques FOCCART
    Dans ce document, un certain Monsieur X, nous fait des révélations fracassantes , il dit clairement que le coup fatal a été porté par le Capitaine KIKADIDI, comme semblait le conclure Jacques OKOKO le Procureur Général du pseudo procès . Ce document ne manque pas d’intérêt, tant il nous renseigne sur les hobbies du commandant défunt, sur son patriotisme, mais également sur son amour pour l’énergie nucléaire .

    Ecoutez :

    %20%20%20%20%20%20%20%20%20%20%20%20%20%20" target="_blank">

    - un autre document écrit, et qui est le fruit de la commission assassinats » de la CNS.
    Le lien de ce document intitulé « L’énigme du 18 Mars 1977 » est le suivant :

    http://www.congovision.com/forum/enigme_brazza.html

    Dans ce document que tout un chacun a pu lire, l’auteur nous dit, sans ambages, la chose suivante :

    Citation:

    A l'intérieur, Ngouabi se retrouve devant un groupe d'hommes dont il reconnaît Anga, son ennemi juré, Carlos le médecin cubain qui rôde toujours dans la résidence présidentielle et Mouassiposso. L'effet est total, le piège implacable. En une fraction de seconde, il comprend qu'il est tombé dans un traquenard, et demande à Lekoundzou qui se tient debout à la porte en montrant du doigt Anga : « Mais qu'est-ce que ce fou fait ici… ? »
    Il esquisse un geste pour dégainer son pistolet, mais trop tard, ses assaillants lui tombent dessus pour le maîtriser, tandis qu'Anga fureur saisi d'une démoniaque sort son poignard et l'enfonce à la hauteur du cou du Ngouabi en hurlant :
    « … Je t'avais prévenu. Je ne suis pas un fou et tu ne le répèteras plus jamais… ». Le sang gicle en Anga emporté comme un véritable fou continue à poignarder Ngouabi dans le dos en dépit de l'instruction formelle reçue de le prendre vivant. Les autres assaillants surpris par la rapidité de l'agression de Anga n'ont pu intervenir. Ngouabi gît au sol dans une flaque de sang, blessé mortellement. Son agresseur s'étant retiré dans un coin pour ruminer encore sa colère et savourer à la fois sa vengeance.



    En fait, d’après le récit, pour piéger Ngouabi, on lui a fait croire que son protégé Motando avait eu un accident sur le champ de tir, et qu’il se trouvait dans un état critique à l’Hotel Mistral. Le tour est joué, les comploteurs ont eu raison de Ngouabi . Ce document nous revèlent les identités de ceux qui voulaient de la peau du commandant Marien NGOUABI . Il s’agit de : Assemekang , Mouassiposso , Anga, Sassou Nguesso, Okoko jacques, Ibara Denis, Ebaka Jean-michel et Engobo Bonaventure …
    Lekouzou était également dans le coup, puis que c’est bien lui qui l’avait accueilli au Mistral le jour du Sacrifice suprême. Que voulait dire ce concept d’ailleurs ?

    Ecoutez le premier document, et lisez le second, mais surtout qu’en pensez-vous en définitive ? Lequel paraît être plus proche de la réalité ? .

    L’Histoire se répète parfois sous forme de farce disait Marx, et celle du Congo, obéira –t-elle à cette règle ?

    Djess

    ................................................................................

    PS:

    Mes amis de Congopage en avaient déjà débattu il y a quelque temps. Voici le lien:

    http://www.congopage.com/phpBB/viewtopic.php?t=8965&view=next&sid=7476becf8e7f69d4b904b65c8889cff2

    Je vous propose également ce 3ème document de notre ami Zenga-Mambu.com . Un témoignage de Pierre Anga qui était aux abois, traqué par son ex-complice SAssou.  Quelle crédibilité y accorder ?

    En tout cas, il a son intérêt. Regarder le

    Qui est Sassou Nguesso "par le Capitaine Pierre Anga"
    Auteur: www.zenga-mambu.com
     

    Le Capitaine Pierre Anga fut ancien membre du Comité Militaire du Parti (CMP).

    Fils du pays et rebelle contre le pouvoir de Sassou alors président, il fut abattu par l'Armée Populaire Nationale (APN) à la suite d'une chasse à l'homme sanglante, avec au passage des massacres parmi les populations civiles, des ravages d'habitations, des villages entiers incendiés...

    Ce fut la guerre d'Ickongono, près d'Owando.


    Il nous dit dans cet extrait de son testament, qui est Sassou Nguesso
    .

    http://www.wat.tv/video/anga-denonce-coup-etat-17bev_kuue_.html

     
       
     

    Pour le "Plein écran" faites un double click sur la vidéo.

     


  • Commentaires

    1
    djes
    Mercredi 6 Juin 2007 à 14:15
    C'est un commentaire qu'un ami m'a envoyé, je voudrais vous le faire partager
    .....................................................

    Djess
    >
    >
    > Bonjour,

    J'étais sur ton blog où j'ai pû consulter les documents relatifs à l'assassinat de Marien NGOUABI. Même si la quasi-totalité des faits sont plus ou moins connus, je pense pour ma part que les acteurs de ce crime sont liés par un pacte
    non écrit de leur omerta. Si non, pour quelles raisons les langues ne se délient pas?
    Par ailleurs, je pouffe de rire en écoutant RFI s'agissant du procès de TAYLOR.
    Comment juger un ex-président pour des faits commis en dehors de son pays, et qui a quitté le pouvoir à l'issue de la signature d'un certain nombre d'accords?

    Une fois encore, le peuple africain se fait avoir par cette parodie de justice voulue par les américains. A la question de savoir quels sont les dictateurs
    africains qui seraient susceptibles d'être jugés à l'avenir, RFI et ses pseudo spécialistes répondent en choeur: Hissène ABRE, MEGISTU, oubliant
    SASSOU, BONGO, COMPAORE,DEBY et j'en passe.

    Bonne journée.
    >
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :