• La nécessité d’une mise à mort de L’UPADS.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p>    </o:p>

    <o:p>                                                  <o:p></o:p></o:p>

    <o:p>                                              </o:p>

    La nécessité d’une mise à mort  de L’UPADS.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Sous ce titre barbare  se cache probablement  l’ultime alternative viable qui s’offre à l’UPADS. L’affirmation de Pablo Picasso est d’ailleurs porteuse d’enseignements: « Tout acte de création est d’abord un acte de destruction ». La pérennité du rêve du Professeur Pascal Lissouba  est  tributaire d’une  courageuse remise en cause, de fond en comble,  de cette désuète  machine électorale.

    <o:p> </o:p>

    Il faut se rendre à l’évidence : un à un, tous les partis post-CNS rendent l'âme pour des raisons qui tiennent à leur inadaptation à la nouvelle donne. Le MCDDI de Bernard  Kolelas et le RDD de Yhombi  ont été victimes d’une OPA en bonne et due forme de la part du PCT, l’URD -Mwinda  est dans une situation périlleuse, les incessants coups de boutoirs du pouvoir ont eu raison de la détermination de certains leaders de ce parti. Quant à l’UPADS, le coma profond perdure. Réduit  à un simple décorum du paysage politique congolais,  il nous rappelle le cycliste  Alfred Jarry qui continuait à pédaler alors qu’il était déjà mort.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Ces partis construits autour de l'ethnie s'essoufflent quand ils ne disparaissent pas, surtout quand ils ne sont plus au pouvoir. Le « big bang » déclenché par <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on" ProductID="la CNS">la CNS</st1:PersonName> n’a pas donné les résultats escomptés. On a malheureusement assisté à un retour insidieux de l’ethnie. Cette ethnie qui, une fois  au pouvoir,  organise un système de prédation de l'Etat avec un engouement qui frise l'hystérie. Par conséquent, à l’exception du parti au pouvoir,  seuls ceux qui sont nés des dynamiques démocratiques ont la souplesse d’adaptation nécessaire qui leur permettrait de survivre à leurs créateurs respectifs. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nous sommes à la fin d’un cycle,  le contexte d’accession de Lissouba au pouvoir n’est plus le même, et il serait aujourd’hui illusoire de conjurer la désintégration  de l’UPADS par des concepts incantatoires tels  «  la refondation » , ni « la rénovation ». Un parti, c’est une histoire, des corps, mais aussi des mémoires et des idées incarnées.  Et quand il ne représente  plus rien de tout ça,  il ne provoque plus que colère et exaspération.

    <o:p> </o:p>

    En tout état de cause, il n’y a plus rien en commun entre l’UPADS de MBéri et Moukouéké d’une part et de l’autre l’aile de Tsaty Mabiala.  Au grand désarroi de leur électorat, ces leaders se départissent de leur conviction, sans état d’âme. Toute honte bue, et dans une démarche qui ne consiste qu’à promouvoir  leur carrière, Mbéri, Tamba-Tamba et Moukouéké  ont appelé à voter pour Sassou  lors des dernières présidentielles. L'amphigourique    Kignoumbi kia Mboungou, a simplement explosé le couvercle de l'ignominie en allant le premier féliciter  Sassou pour une  victoire qu'il venait de voler au peuple congolais.

    <o:p> </o:p>

     Grace à  la constance de ses idéaux, Moungounga Nkombo Nguila est susceptible de jouer un rôle capital pour enclencher le processus aboutissant à un nouveau parti qui rompra avec la machine à perdre actuelle. Cependant, la refondation qu’il prône n’a aucune chance de trouver un écho favorable auprès des autres.  Les divergences des intérêts entre ces leaders, et même le choc des ego, auraient eu au moins la vertu de faire éclater les contradictions abyssales qui, seules, génèreraient le débat. Il n’en est rien, ils ne poursuivent  malheureusement que leurs intérêts  personnels. Les conséquences de leurs actes seraient moins graves si cela ne concernait qu’eux, mais il s’agit de l’alternative à la politique désastreuse de Sassou, de l’espérance de tout un peuple.  On a rarement vu des politiques mettre autant d’énergie à s’autodétruire.

    <o:p> </o:p>

    Ayant  totalement perdu tout ce qui lui restait d’âme,  l’acte de décès de l’UPADS doit  être dressé  très rapidement. Une refondation serait inopportune, seule d’une dislocation pure et simple créerait une véritable renaissance. Ce n’est pas antinomique de changer  le nom du parti et de se reconnaître dans le lissoubisme.  Emergera alors une personnalité charismatique, avec des ambitions claires, susceptible de rassembler  l’électorat acquis aux idées du Professeur qu’il faudra impérativement mettre à jour.  Le talent et la probité morale comme critères de sélection conjureraient une succession héréditaire. Un électorat potentiel ne suffit pas à concevoir un parti de gouvernement : tout parti s’identifie à un chef qui imprime son empreinte par sa capacité de mobilisation et sa force de proposition. Cette façon de faire aura le mérite de faire sauter  la chape de plomb qui empêche de penser, d’imaginer et évidemment de reconstruire. En somme, réduire la confusion  tout en renouant avec l’essentiel.

    <o:p> </o:p>

    Loin d’avoir joué  le rôle d’exutoire qui aurait permis de mettre sur table les grands problèmes qui minent ce parti depuis l’indisponibilité du Professeur,  le congrès de Décembre <st1:metricconverter w:st="on" ProductID="2006 a">2006 a</st1:metricconverter> porté au paroxysme  ces divisions notamment, en vouant aux gémonies la fameuse «  bande des quatre ». Dans cet imbroglio, la candidature d’Ange Edouard Poungui, mal ficelée, est allée droit dans le mur de l’invalidation. La conquête du pouvoir, qui est l’objectif de tout parti digne de ce nom  a été renvoyée aux calendes grecques, sans autre forme de procès. Sans moyens financiers conséquents sans  programme clair, mais surtout sans  personnalité charismatique devant animer  cette grosse machine, toute entreprise sera vouée à l’échec.

    <o:p> </o:p>

    Seule une formation politique qui épouse l’air du temps pourrait  allier  volonté de changer un peu le monde en redonnant à la politique ses lettres de noblesse. La dialectique qui a coutume  de faire ses enfants dans le dos des acteurs de l’Histoire est à l’œuvre. Assurément, elle érigera  demain sur les cendres de l’actuelle UPADS, et avec  le concours de ceux qui feront le Congo de demain,  un nouveau parti, moderne et réinventé. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Djess dia Moungouansi<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le blog de Djess<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    http://demainlecongo.oldiblog.com<o:p></o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :