• L’aliénation culturelle au Congo

    Mise au point.

    Chers amis, une erreur monumentale s'est glissée sur les site Congoinfos lors de la publication de cet article dont je ne suis pas l'auteur. Je vous le recommande quand même. Voici mon message.

    ...................................................................................................................................

    Cher Webmaster  de CONGOINFOS

    Je viens de constater avec stupéfaction que vous avez par erreur associé ma photo ( Djess dia Moungouansi) à l'article intitulé "

    http://www.congoinfos.com/article-l-alienation-culturelle-au-congo-78556784.html

    "L'aliénation culturelle au Congo" dont l'auteur est bel et bien Alexis Bouzimbou et non Djess dia Moungouansi.

    Par conséquent, pour des raisons d'honnêteté intellectuelle,  je vous saurai gré de retirer ma photo et la remplacer par une quelconque image proposée par l'auteur de cet article.

    Très cordialement

    Djess dia Moungouansi

    ...............................................................................................................................

    djess grand

     

    “L’aliénation est l’asservissement de l’être humain, dû à des contraintes extérieures(économiques, politiques et sociales), et qui conduit à la dépossession de soi, de ses facultés, de sa liberté”. La culture quant à elle, est “l’ensemble des formes acquises de comportement dans les sociétés humaines”.

    L’aliénation culturelle crée une dualité dans le fonctionnement psychologique de chaque congolais. Ce mal ronge nos consciences et engendre complexe d’infériorité, mimétisme, frustration et violence (J.Philippe Omotundé, discours afro-centriste sur l’aliénation culturelle).

    La permanence de la présence française au Congo a largement influencé et façonné le comportement socioculturel des congolais. L’école, tout en favorisant l’ouverture vers d’autres cieux a contribué au mimétisme culturel des congolais. Le mode de vie et de pensée du français est reproduit par le biais de la formation, de l’éducation, de l’habillement, et l’impact considérable des médias(radio et télévision par Canal France International).

    La colonisation, tout comme la présence portugaise dans le royaume Kongo au XVème siècle, a servi de porte d’accès aux influences étrangères. Au fil des années, le colonialisme culturel a servi de levier à l’impérialisme économique, et devient un moyen qui aboutit à une dépression: la culture envahie ne se saisit plus elle-même à travers ses propres catégories, mais plutôt a travers celle de l’autre. Cette culture envahie n’a plus de désirs propres, mais uniquement le désir de l’autre. Ceci se justifie par le fait que la culture véhiculée par le colonisateur a absorbé celle du pays qui se défait lentement sous l’effet dominateur et destructeur de la culture étrangère.

    Sur le plan de la superstructure et de l’infrastructure, l’organisation administrative politique et économique, ainsi que les règles et principes de fonctionnement, sont le résultat d’un décalque de la France, puissance colonisatrice. L’aliénation culturelle est également omniprésente dans l’appareil juridico-institutionnel congolais.

    La colonisation a occasionné l’aliénation culturelle au Congo par le biais de l’enseignement, de l’information, et de la langue française.

    L’enseignement parce qu’ayant un caractère général et inadapté au contexte socio-économique du pays. Il est au rabais et basé sur le complexe. L’européen est de race et d’essence supérieures. La langue française quant à elle, instituée comme langue officielle du pays, pénètre par l’école et favorise l’acculturation de la jeunesse congolaise. En imposant le français comme langue officielle, le colonisateur a réussi à anéantir les langues nationales locales qu’il appelle dialectes.

    Il est vrai que dès l’indépendance, l’éducation avait bénéficié d’une grande priorité avec l’ouverture de nombreuses écoles, afin de répondre à la pressante demande des cadres formés en nombre croissant pour participer au développement. Malheureusement, faute d’avoir reçu de nouvelles finalités, l’éducation n’est pas un véritable instrument d’affirmation de l’identité culturelle, ni le levier d’un développement endogène qui puiserait son essence dans les réalités nationales, et mobiliserait chacun pour le bien-être de tous. Les programmes scolaires ont été peu modifiés.

    S’agissant de l’information, 90% des fréquences utilisables appartiennent aux pays industrialisés. Quatre grandes agences se partagent le monopole de l’information à travers la planète: AFP(France), Reuter (Grande Bretagne), AP ((États-Unis) et Tass (Russie). Le Congo ne compte que pour un demi pour cent dans le chiffre mondial de l’information.

    Dans les années 1960, dans l’euphorie des indépendances, Haïlé Sélassié, avait proposé aux pays africains la création d’une agence africaine de presse et de diffusion. Ce projet échoua, rendant l’Afrique dépendante des grandes agences étrangères pour ses sources d’information. De même, la création de la PANA(Agence panafricaine de l’information) fut un échec. Et, par voie de conséquence, l’orientation imprimée aux mentalités et aux réflexes est telle que, tout ce qui vient d’ailleurs est sublimé.

    Le 30 janvier 1944, lors de la réunion de Brazzaville, sur une proposition de René Pleven et du gouvernement de Félix Eboué, le général de Gaulle définissait la nouvelle politique coloniale française. Elle se concrétisait dans “l’affirmation de la vocation civilisatrice de la France“, que la loi-cadre de juin 1956 amplifiait l’application. Il s’agissait d’associer les congolais à l’œuvre française. Cette voie excluait toute dissidence et verrouillait d’emblée toute volonté d’indépendance.

    Il ne s’agit pas pour les congolais de s’occidentaliser, mais de préserver nos valeurs, tout en nous ouvrons au monde. Il faut, comme le dit si bien le doyen Jacques Loubélo: “Penser à partir de notre propre expérience“.


    Alexis BOUZIMBOU

    Cercle de réflexion pour des idées nouvelles

    www.congo-liberty.com


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :