• COTE D'IVOIRE : LES PHOTOS DE L'HORREUR

          

     

    1
    COTE D'IVOIRE : LES PHOTOS DE L'HORREUR ET LE CRI D'ALARME D'AMNESTY INTERNATIONAL !!!!


    FRCI trônant fièrement dans le salon présidentiel à la Résidence de Cocody-Ambassades, où les forces spéciales françaises leur ont livré le président, sa famille et tous ses collaborateurs
    2
    Presque tous les militaires présents à la résidence de SEM. Laurent Gbagbo ont été abattus de sang-froid par les rebelles. Pourtant, tous avaient retiré les munitions de leurs armes et les ont remises aux soldats français de la Licorne venus capturer le Président de la République.
    Tous les parents, collaborateurs et amis du couple présidentiel ont été faits prisonniers et sérieusement bastonnés par les FRCI
    3
    Kuyo Téa Narcisse, en sous-vêtement, est le chef de cabinet du Président de la République. Il a été sérieusement bastonné, de même que le commissaire Monnet de la garde rapprochée du Président Laurent Gbagbo, ensanglanté sur la photo. A côté de lui, à sa gauche en pantalon noir, le ministre de la justice Yanon Yapo. En dehors d'un coup d'Etat, peut-on ainsi traiter les cadres et autorités d'une République?
    Le général Dogbo Blé, commandant de la Garde Républicaine, trahi et livré aux FRCI par les forces françaises
    4
    Voici le tunnel par lequel les marsouins et légionnaires français sont passés pour avoir accès au domicile du président ivoirien. Ce tunnel a été construit par Félix Houphouët-Boigny et reliait la Résidence présidentielle ivoirienne à l'ambassade de France. Il avait été fermé par SEM. Laurent Gbagbo mais a été dynamité par les artificiers français, le 11 avril 2011. Les forces spéciales françaises ont pu ainsi aisément entrer dans la Résidence présidentielle et capturer le chef de l'Etat ivoirien qu'ils ont ensuite livré aux forces pro-Ouattara.
    Dans le hall de l'Hôtel du Golf, les soldats pro-Ouattara se défoulent sur les prisonniers, comme ils l'ont fait, au même endroit, sur Monsieur Jean-Jacques Béchio.
    5
    Le monsieur en sang est le commissaire Monnet. C'est le neveu du ministre Léon Emmanuel Monnet. Il faisait partie de la garde rapprochée du président Laurent Gbagbo et on est sans nouvelle de lui depuis.
    Des civils sans défense tués de sang-froid, malgré la reddition de la maisonnée
    6
    Camps de concentration des forces pro-Ouattara, des mouroirs en plein coeur d'Abidjan: Des hommes sont détenus dans des stations d'essence depuis bientôt 10 jours. Parmi eux de nombreux adolescents.
    Les pro-Gbagbo persécutés jusqu'à leur domicile. Vive la réconciliation!
    7
    Exécution de civils à Abidjan par les FRCI, les forces pro-Ouattara. Comment va-t-on à la réconciliation avec ça! On dit une chose devant les caméras et on fait tout autre chose dans les rues de nos villes. Vive la pensée unique et vive la Côte d'Ivoire nouvelle, recolonisée et asservie!
    Au lieu de quoi, nous avons eu droit à cela:
    Le président Laurent Gbagbo et la Première Dame Simone Ehivet Gbagbo, bastonnés et humiliés
    8
    Les patriotes victimes des bombardements onusiens et de la force française Licorne à la Résidence présidentielle de Cocody-Ambassades
    Un enfant victime des forces pro-Ouattara à Duékoué
    9
    Un innocent enfant tué d'un coup de machette sur le sommet de la tête à Duékoué
    10
    Le cocotier de la cour de l'Eglise UESSO de Duékoué qui a servi à l'exécution des pro-Gbagbo
    La maternité de l'Eglise UESSO de Duékoué mitraillée et vidée de son monde. Ici, l'une des chambres.
    11
    Des rescapés de l'épuration ethnique des forces pro-Ouattara à Duékoué pris en charge par Médecins Sans Frontières
    Une femme ayant succombé aux blessures à elle infligées à Duékoué par les forces pro-Ouattara
    12
    Un homme, victime des forces pro-Ouattara à Duékoué, gémissant de douleur sur sa couche, près de sa femme décédée
    Le genou d'une femme ouvert à la kalachnikov, à Duékoué. Son seul crime: soupçonée d'être pro-Gbagbo parce que d'ethnie Wê
    Brûlé vif pour son obédience politique (LMP), à Duékoué
    13
    Passés au bûcher parce que pro-Gbagbo, à Duékoué
    Le paysage souillé par les cadavres des victimes de l'épuration ethnique perpétrée par les forces pro-Ouattara, à Duékoué
    14
    Une famille Wê anéantie par les rebelles. Bilan final de l'opération anti-Gbagbo à Duékoué, selon le CICR: 1.237 morts. Mais ce ne sont pas les bons morts, ceux pour qui on ameute le monde entier, la terre entière. Ils sont invisibles pour les médias français, peu dignes d'intérêt pour la presse européenne et américaine. Ce ne sont pas des êtres humains, du moment où ils sont des partisans de Gbagbo. On peut les ignorer. Mais il y a une Justice pour tous les hommes et elle triomphera! Un jour.

     



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :