• Comment organiser sa propre défaite

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    <o:p></o:p> 

    <o:p> </o:p>

    C'est un truisme de dire que le Congo est un pays béni des Dieux avec des ressources naturelles abondantes, c’en est un autre de  se résoudre à accepter qu’on y trouve sans conteste,  l’opposition la plus sclérosée d’Afrique. Depuis un certain temps, les grandes manœuvres politiques semblent désormais être l’apanage du PCT et de ses acolytes. L’opposition congolaise, essoufflée par une espèce d’incapacité   à s’organiser, est assujettie à la conduite des affaires que lui impose le pouvoir. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Dans « <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on" ProductID="La Trag←die">La Tragédie</st1:PersonName> du pouvoir »(1978), Alfred Sauvy écrit : « La démocratie ne consiste pas à s’unir mais à savoir se diviser. L’unanimité, le plein accord, est un mauvais signe. » Par conséquent,  l’opposition a le devoir, autant que faire se peut, de faire plier le régime en place, afin de concevoir de manière consensuelle, les conditions d’une concurrence ouverte pour le pouvoir et qui soient compatibles avec le respect et la promotion de tous les droits de la personne humaine : civils, politiques, culturels, économiques et sociaux.

    Quel que soit le contexte politique ( démocratie ou dictature), l’opposition constitue non seulement un contre pouvoir, mais elle représente aussi la possibilité d’une alternance politique. Enfin, elle permet le renouvellement du personnel politique.

     Au Congo, Sassou et son clan jouent  une partition aisée alors que l’opposition est complètement désemparée, faute d’un projet politique fédérateur. Contre toute attente, on observe une  ruée vers la mangeoire de Mpila, et ceux qui sont censés incarner une véritable alternance rivalisent de médiocrité et d’amateurisme. Or, conquérir un pouvoir ou s’y maintenir, comme on l’a expliqué à maintes occasions, est forcement une question de gestion des rapports de force. Cette gestion repose, sous d’autres  cieux, sur des valeurs qui fondent l’universalité de sa pratique et de son ancrage au sein de la population.<o:p></o:p>

    L’argument qui consiste à dire que l’on souhaite changer les choses du dedans ne prend plus. Seuls ceux qui l’avancent font encore semblant d’y croire, le reste des citoyens a été depuis longtemps édifié sur ces questions. Conséquence, on est en pleine crise de confiance entre ceux qui sont guidés  par le boukoutage éhonté et la partie de l’opposition susceptible d’incarner une véritable alternance. Cette dernière  subit des réguliers coups de  boutoirs de la part du pouvoir  au point qu’elle s’amenuise chaque jour comme une peau de chagrin.

    <o:p> </o:p>

    Tel un enfant conçu  à partir d’un viol, le régime de Sassou né dans la violence, se nourrit exclusivement de cette sève violente. Que l’on prenne en compte la violence ouverte à travers laquelle  Okombi Salissa par exemple, au nom de la victoire contre le peuple congolais et la démocratie, s’autorise d’aller agresser un collègue du gouvernement, ou que l’on examine la violence insidieuse distillée à dose homéopathique au sein de la société, on est édifié sur une chose : comme la constitution de 2002, la terreur est l’allié redoutable, à la hauteur de ses ambitions que Sassou s’est taillé. C’est pour cette raison qu’il s’emploie par des moyens divers à asservir, à faire souffrir, à anéantir  le peuple congolais, car l’ordre établi n’est que la manifestation de cette violence masquée qui ne permet exclusivement que l’exploitation, la répression, voire l’anéantissement des personnes. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

     Il s’applique à diffuser une atmosphère de crainte dans la société avec pour finalité l’étouffement de toutes velléités contestataires.  Cette atmosphère de crainte devient une  ressource stratégique du pouvoir, car, ce régime incapable d’inventer  des politiques de développement efficaces pour le pays, se sert de cette violence comme alibi derrière lequel il se cache pour justifier la frivolité de son action gouvernementale. Quand le peuple  réclamera de façon énergique des élections libres et transparentes, ils brandiront  le spectre de la violence en érigeant la consolidation de la pseudo-paix en objectif prioritaire au détriment d’autres priorités au demeurant plus pressantes.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le peuple congolais, mis dans  l’impossibilité  de lever un seul doigt  dans cette période la plus sombre de son histoire, quand bien même il est soumis  aux affres inimaginables : privé d’eau potable, exposé aux pathologies moyenâgeuses, voué aux coupures quotidiennes d’électricité, aura-t-il les ressources nécessaires pour développer une révolte à la hauteur de ces épreuves méprisantes et vexatoires ?<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    La machine électorale de 2001, bien que rouillée par la corruption et  l’incompétence, est déjà mise en branle pour tenter d’abuser  une fois de plus la confiance des congolais qui avaient fermé les yeux en 2002,  période post-conflit chargée d’incertitudes et de passions. Le clan des marchands de la peur, à la tête duquel se trouvent  Ibovi et Alain Akouala, a repris du service. Ces marchands du cynisme abscons ne sont jamais d’honnêtes citoyens, ils sont de véritables empoisonneurs sociaux. Comme le sentiment de honte est inconnu dans leur univers,  ils nous remettent le découpage électoral inique de 2001 par le biais duquel certaines parties sous-peuplées de notre pays étaient devenues artificiellement plus peuplées que celles à forte densité de population.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Comme beaucoup d’experts, analystes et autres observateurs  attentifs au Congo l’avaient prévu, Sassou ne mettra jamais en place une Commission Electorale Nationale Indépendante  ( CENI), il ne reviendra pas sur le découpage électoral ibovien si on ne l’y contraignait pas. En somme, il n’organisera jamais son propre suicide, son égo est tellement surdimensionné  qu’il refusera  d’être derechef battu à plate couture . Le scénario idéal concocté  dans les officines de Mpila se réalise au grand dam du peuple congolais qui a mis tous ses espoirs sur l’opposition. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Suite à une mise en garde de l’UPADS, lue le samedi 10 février 2007 au cours d'une conférence de presse animée par M. Mouanda-Mpassi, Secrétaire National chargé de <st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Communication">la Communication</st1:PersonName> et des Nouvelles Technologies du parti des Trois Palmiers, s'exprimant au nom de l'opposition congolaise, un des partis  satellites du PCT, « Force Citoyenne »,  par la voix « du Ministre des démentis » a jeté l’anathème sur  l’opposition en qualifiant les principaux acteurs de « pervers » et « vagabonds politiques ». C’est encore avec le  mépris que ce même ministre a répondu à l’article de A. Edouard Poungui qui ne réclamait ni plus ni moins, qu’une mise en place d’une CENI.  La preuve est aujourd’hui faite, qu’il serait illusoire de s’attendre à une organisation consensuelle des élections de la part de  cette race de rapaces qui n’a aucun respect pour l’opposition. Par conséquent, si l’opposition entend jouer un rôle historique dans  l’amélioration des conditions de vie de leurs concitoyens, des actions décisives doivent être entreprises.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Alors que les choses vont à vau-l’eau au Congo, Sassou prend un malin plaisir  à tenir des propos  aux relents nauséeux dans « Jeune Afrique », et dans une insolence méprisante, il  est  presque surpris que les congolais ne se plaignent plus, même quand  il va dilapider - avec l’aide de toute l’Oyocratie-,  l’argent du contribuable congolais dans les Palaces new-yorkais et parisiens. Quel cynisme !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le peuple congolais attend de l’opposition un leader qui se prononce sur les questions essentielles, qui l’éclaire, demeure constant dans ses prises de positions, qui ne tergiverse pas et qui s’est doté de cet art combinant les actions  visant sa marche inéluctable vers le  pouvoir. Aujourd’hui, si celui-là existe, il doit certainement lui manquer des agents capables de porter son projet et d’assurer l’extension de sa pensée.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Comme si notre pays n’a plus des vrais leaders, ceux qui sont censés représenter l’opposition  étalent des catalogues d’idées creuses  aux antipodes   de desseins clairement exprimés. Personne ne songe à mettre en avant  une réelle  stratégie sans laquelle toutes les idées du monde  seraient vaines. Les idées ne servent en effet à  rien sans réelle stratégie. En effet, avant de  réclamer à cor et à cri une Commission Electorale  Nationale indépendante, la priorité consistait de s’attaquer au préalable à la loi inique de 2001 qui a consacré les élections de 2002.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Où sont donc passés ces congolais, amoureux de leur patrie,  capables de concevoir et animer une espèce de « révolution orange » à la congolaise ? L’opposition congolaise a besoin de ce sursaut susceptible de démonter le système en place et venir à bout des préjugés et des peurs entretenus par la propagande du clan de Mpila, afin de sanctionner ce régime politique issu du coup d’Etat du 5 juin 1997.  Ni le mutisme actuel, ni les communiqués laconiques publiés çà et là, n’ouvriront une véritable voie à la réhabilitation du processus démocratique enclenché à <st1:PersonName w:st="on" ProductID="la CNS. Il"><st1:PersonName w:st="on" ProductID="la CNS.">la CNS.</st1:PersonName> Il</st1:PersonName> est urgent  de disposer d’une connaissance pertinente des seules ressources qui comptent à terme : les ressources humaines disponibles pour entreprendre des actions de grande envergure. L’heure n’est donc plus à cette démarche défaitiste qui pousserait au boycott des élections. On ne le dira jamais assez : la politique de la chaise vide n’est pas payante. La question que devrait se poser l’opposition est la suivante : Comment faire pour qu’il en soit autrement ?<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Toutes les victoires majeures des peuples ont été des vraies conquêtes, avec  tout ce qui va avec. Les indépendances conquises ont toujours eu plus de portée que celles reçues en « cadeau » de l’ex-colonisateur. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Peut-être que la conscience de courir à sa perte inspirerait à l’opposition des solutions de sagesse et de bon sens. Pour le moment, il faut le reconnaître, dût notre amour propre en souffrir, l’opposition congolaise ne ménage aucun effort pour le maintien de Sassou aux affaires. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    En réalité, il convient de briser l’aboulie et rétablir un climat de confiance  qui  casserait cette logique de non démocratie générée par la monopolisation du pouvoir par le PCT et  arriver à une dévolution du pouvoir digne des nations modernes. Nous sommes en face d’un pouvoir qui n’a aucune ambition noble pour le pays, il revient donc à tous les congolais de concevoir  un dispositif qui mettrait en avant l’alternance comme  moyen assurant la continuité de l’Etat.. Afin de mettre définitivement le peuple à l’abri des affres des guerres civiles et éviter les bégaiements de l’Histoire à chaque alternance, ce dispositif devra être conçu de manière consensuelle.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

     L’opposition doit prendre ses responsabilités. Elle doit travailler à se ménager un parcours  héroïque et digne dans l’Histoire. En définitive, on ne trompe pas l’Histoire ! On se bat contre, ou, lâche, on se tait, et on se résigne à en être l’esclave.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Djess dia Moungouansi

     

    Cet article a déjà été publié sur http://www.mwinda.org/article/djess6.html 

    <o:p> </o:p>


  • Commentaires

    1
    djes
    Mercredi 18 Avril 2007 à 20:49
    Makola-Ngoma samedi 24 mars 2007, 08:38
    Je me demande souvent si les partis de l'opposition congolaise ne sont pas financièrement soutenus par SASSOU et sa bande.
    Cette fameuse opposition n'a jamais proposé un projet économique et social au pays; elle fait quotidiennement et publiquement comme le pouvoir de SASSOU la preuve de son incapacité à fédérer le peuple congolais pour que ça change vraiment au CONGO notre terre à tous du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest, de la forêt jusqu' à la savane et de la savane jusqu'à la mer.

    bruno samedi 24 mars 2007, 08:48
    Nous ne devons pas nous lasser de répéter, et de répéter encore à nos leaders de la majorité qui veut le changement qu'ils s'y prennent pas très bien... Sont-il un peu fatigués, ne devraient-ils pas laisser des plus jeunes prendre leur place ?

    Makola-Ngoma samedi 24 mars 2007, 09:09
    Mes chers compatriotes, quarante sept après l’accession de notre pays à l’indépendance, force est de constater que le bilan de celui-ci est globalement négatif et ce n’est pas de la désinformation, nous sommes tous d’accord sur ce constat.
    La médiocrité est devenue la principale qualité pour espérer réussir au Congo et, le cancer de la corruption est à l’état de métastase.
    Peu à peu, notre pays a été transformé en Pandémonium par ceux qui se sont succédés au pouvoir de manière non démocratique.
    Plus rien ne fonctionne chez nous et tous les congolais assistent passivement à la longue et lente agonie de notre cher pays, cela doit cesser, nous devrons arrêter ce processus qui conduira inévitable à la disparition de la terre que nous avons héritée de nos ancêtres.
    La souffrance du peuple congolais plante dans mon cœur des milliers de petites épingles ; notre mission est historique, nous devons conduire le Congo vers des cieux paisibles afin de vivre dans la sérénité.


    Makola-Ngoma samedi 24 mars 2007, 09:10
    Mes chers compatriotes, ne nous laissons pas gagner par le découragement et n’oublions pas que les canaux de la démocratie sont encrassés depuis des décennies, c’est notre devoir de les déboucher de manière non violente : le dialogue et la tolérance sont des principes capitaux.
    Pour mettre le Congo sur les chemins des temps nouveaux, pour que revienne la véritable paix des cœurs, nous devons nous débarrasser des miasmes hérités de la démocratie populaire paradigme du mal absolu.


    Makola-Ngoma samedi 24 mars 2007, 09:12
    Toutes les bonnes volontés du pays doivent se ressaisir ainsi nous sortirons le Congo de l’état de déliquescence dans lequel le PC ‘T’ l’a plongé depuis des décennies de pouvoir sans partage ; je me permets de vous rappeller qu’en 1964, le Congo Brazzaville et la Corée du sud avaient le même niveau de vie, quel est le constat quarante trois après ? La Corée est devenue une grande puissance industrielle et économique, notre Congo adoré, zéro, il est en voie de dégradation accélérée.
    Il est donc normal et légitime de penser que le PCT est un petit club de tricheurs ou parti des chantres du tribalo libéralisme, tout pour eux et vraiment rien pour les Congolais.


    Makola-Ngoma samedi 24 mars 2007, 09:16
    Mes chers compatriotes, il faudrait que désormais, l’ombre de la médiocrité cesse de planer sur notre pays, nous n’avons pas le droit de laisser tomber le Congo, il est de notre intérêt de le redresser sinon, les générations futures vont nous le reprocher.
    Nous avons le devoir historique de graver dans la pierre, des pages de lumière pour l’avenir de notre nation qui est à reconstruire.
    Mes chers amis mes frères et sœurs, nous devrons avoir une vision globale de la construction de notre pays, gommer les incompréhensions du passé.
    C’est pour cela qu’ici et maintenant, en terre congolaise, nous devons nous unir, de la forêt jusqu’à la savane et de la savane jusqu’à la mer pour qu’enfin s’achève cette très longue nuit et que se lève ce jour nouveau tant attendu.
    Mes chers compatriotes, nous avons le devoir de mettre notre pays sur les chemins des temps nouveaux, de la modernisation, ne ratons pas le train du développement, nous avons pris beaucoup trop de retard.


    Makola-Ngoma samedi 24 mars 2007, 09:19
    Je fais le rêve qu'un jour, la nation congolaise se lèvera et chassera démocratiquement ceux qui la détruisent depuis des décennies.
    Je fais le rêve qu'un jour, l’unité nationale ne sera plus un vain mot et que du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest bref des quatre points cardinaux, les congolais se donneront la main pour reconstruire le pays, il en va de notre survie et de celle de nos descendants.
    Je fais le rêve que nous habiterons un jour un Congo où nous ne serons plus jugés sur notre appartenance ethnique ou régionale mais, sur notre travail, sur notre probité morale, sur notre valeur intellectuelle, sur notre sens du devoir, sur notre bienveillance réciproque, sur le respect de nos institutions et sur l’amour du pays.


    Makola-Ngoma samedi 24 mars 2007, 09:22
    Nous devrons nous battre pour notre terre, le Congo est un pays que l’on sert et non un pays dont on se sert car, un pays que l’on sert on le respecte et un pays dont on se sert on le méprise, on le pille, on terrorise et on tue sa population.
    N’oublions pas tous les frères morts et toutes nos sœurs mortes à cause de la bêtise de nos prétendus hommes politiques ; assez de victimes expiatoires.
    Nous devrons mener une lutte démocratique et non violente jusqu'au jour où la justice sociale se déversera en flots ininterrompus, et la droiture comme un fleuve puissant sur notre pays pour que nous puissions tous jouir des richesses du pays de nos ancêtres.
    Je pense que ce jour n’est plus si loin, nous sommes maîtres de notre destin, ne laissons pas les incapables nous maintenir dans la misère, l’obscurité et l’insalubrité ; mettons un point final à ces ripailles ethnocentristes qui durent depuis quarante ans : nous méritons mieux.
    Lèves toi courageux peuple congolais, tu n’as pas signé un pacte avec la misère et la pauvreté ; le temps n’est plus aux lamentations mais à la réflexion pour sauver le pays, ne nous demandons pas ce que le Congo a fait pour nous mais, que devons nous faire pour le sortir de sa léthargie.



    Makola-Ngoma samedi 24 mars 2007, 09:24
    A chaque fois, dans la mutation des grandes démocraties, une nouvelle génération s'est levée et a fait ce qu'il fallait faire ; aujourd'hui mes chers amis, le devoir nous appelle. C'est au tour de notre génération de se lever et de prendre démocratiquement la direction du pays afin de transmettre un héritage fructifié aux générations futures.

    Gervais Mboumba samedi 24 mars 2007, 09:25
    L'opposition est en marche,malgré le tribalisme et la haine.La tête de l'opposition c'est l'upads, Que des congolais dignes de ce nom qui croient au changement cessent de se ranger derrière la tribu ou la région.Nous sommes tellement tribalistes et regionalsites au Congo qu'on ne se rend pas compte du temps qu'on perd pour rien.
    Kolélas est allé se prostituer à cause de cette haine qu'il affiche vis à vis de l'upads et ses dirigeants.
    Thystère Tchikaya autant continue à mandier le PCT parce qu'il affiche une haine contre l'upads et ses dirigeants.
    J'invite tous les opposants de faire un front en ayant une stratégie dynamique .
    Que des faux opposants arrêtent de distraire.
    Il faut vraiment encourager maître Malonga dans sa vigueur et sa détermination pour barrer la route à Kolélas,Sassou et Thystère Tchikaya.Ces trois personnages constituent un danger pour la république.
    Congo zobaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!

    Ondai Kocho Kocho samedi 24 mars 2007, 10:43

    Aux phrases du compatriote MAKOLA-NGOMA je dis: AMEN

    le démocrate samedi 24 mars 2007, 10:44
    Pourqu'il y ait la paix en RDC,il leur faut un bon leader comme Sassou.kabila n'est qu'un gamin inexpérimenté.Je me demande s'il faut qu'on leur prête notre cher Otsouémbé pour un moment.

    Ondai Kocho Kocho samedi 24 mars 2007, 10:53

    Au DEMOCRATE ,je dis : Ce n'est pas un OTSOUEME qu'il faut en RDC mais plutot KABILA doit eviter qu'OTSOUEME vienne lui faire la meme betise. Kabila ne doit pas reprendre la faute de LISSOUBA , et pour que SASSOU arrive vite au TPI ,il faut qu'il commette encore la betise de jouer avec la communaute internationale et les vies humaines en soutenant directement ou indirectement ce MBEMBA .
    Mbemba se trompe et s'eloigne du pouvoir en RDC , sauf si les ANGOLAIS et SASSOU viendront reprendre le mauvais film de 1997 pour lui .

    Ondai Kocho Kocho samedi 24 mars 2007, 10:57


    Si LISSOUBA et son equipe avaient commis la faute de laisser un opposant se balader avec les armes dans le pays ,aujourd'hui doit etre avertit pour ne pas recevoir la meme lecon et ce sera TROP IDIOT .

    cherie samedi 24 mars 2007, 11:53
    Très curieux que les gens ne prennent pas en compte l' implication de la Monuc, pour ainsi dire celle de la communauté internationale toute entière dans la résolution de la crise en RDC depuis le processus qui a conduit à mettre fin à la rébellion jusqu' à l' organisation des élections par une commission électorale indépendante sous l' égide de l' Onu. Était-il le cas au Congo-Brazaville ? Très curieux que jusqu' aujourd' hui les révélations lues et entendues partout en ce qui concerne la responsabilité de la France dans les deux guerres qui ont détruit le pays entre 1992 et 1997 ne soient aussi pas prises en compte. Nous nous rappelons justement que la France avait posé son droit de veto contre une force de l' Onu au Congo-Brazzaville...Enfin, puisque c' est cela qu' il faut dire passionnément aujourd' hui suite à la situation en RDC, c' est donc gagné. Mbemba a commencé sa rébellion depuis que Kabila père était au pouvoir et cela s' est poursuivi pendant une bonne partie de la période de gouvernance de kabila-fils, nul n' était la Monuc Mbemba serait encore rebelle. Y a t-il lieu ici de comparer les deux cas.

    Gervais Mboumba samedi 24 mars 2007, 11:58
    Onday .

    Où ramasses-tu ce type d'analyses pleines de cacas ?

    mawaaaaaaaa!
    congo zobaaaaaaaaaaa...........

    cherie samedi 24 mars 2007, 12:23
    Que la passion ne nous téléguide pas à la va vite, c' est aussi notre souhait à tous, croyez moi, que ces derniers réchauffements constituent la fin de la crise en RDC. C' est un continent la RDC, ce pays n' a pas les moyens militaires et financiers de contrôler toutes ses frontières. Avec prêt de 10 états voisins et déjà menacé par Luanda pour une question de terre. Je pense pour ma part qu' il n' y a qu' une solution politique et apaisée qui peut résoudre les crises en Afrique car demain, si ce n' est pas Mbemba qui reprendra la rébellion, un autre le fera. La Monuc ne s' éternisera pas en RDC, déjà les poches de résistance persistent sur le long de l' étendu du territoire. Je ne le souhaite pas, mais cela va sans dire. Tout avait déjà été fait, Kabila a gagné les élections, Mbemba a fini par le reconnaître, pourquoi alors cette violence pour une petite question du nombre de militaires et d' armes si déjà la négociation tripartite à fait ses preuves ?...Bref, je pense qu' en Afrique, pour certains cas la loi ne doit pas être tout de suite appliquée comme en occident vu notre condition, c' est une question d' apaisement vu ce qui a déjà été gagné ensemble. Seul un dictateur peut faire le contraire. Que du gachis !

    cherie samedi 24 mars 2007, 12:35
    Est-ce la présence de la Monuc qui donne cet excès de zèle à Kabila ? Regardons autour de nous en Afrique, il y a le feu partout, même les régimes du Tchad et de la Centrafrique soutenus par la France sont menacés...Et tout ça, ce sont des Africains qui meurent chaque jour...Pourquoi vais je loin ? Sassou soutenu par la France a lui aussi son dada: "Ntumi"...Non mes amis, ce qu' il faut c' est une solution durable pour la RDC et pour l' Afrique entière, une solution négociée surtout après toutes ces réussites en ce qui concerne les élections et la paix. C' est ensemble et seulement ensemble que l' Afrique gagnera, pour cela il faut convaincre.

    Ondai Kocho Kocho samedi 24 mars 2007, 13:36

    Non ,GERVAIS MBOUMBA ,mes analyses ne sont pas pleines de caca , ce sont au contrairee tes mains qui sont tachees de caca et c'est pourquoi l'odeur que tu laisses sur le clavier te revient .
    Aux betises que tu racontes en disant :La tete de l'opposition c'est l'UPADS .et d'autres betises du genre à nous parler de ton UPADS qui au lieu de s'organiser et montrer sa force , tu perds ton temps à chercher les tribalistes de Kolelas et Thystere qui empechent l'UPADS de liberer le Congo.

    Bref les analyses tribalistes et pleines de caca c'est chez toi et non chez moi .
    Fais un effort de trouver un vocabulaire approprie à ceux auxquels tu t'adresses.
    Pour les analyses elles ne sont pas aussi monotones comme chez toi crois moi .

    jjb samedi 24 mars 2007, 13:55
    Et qui va s'occuper de ces deux blesses d'obus kinois a` Brazza? C'est la merde tout ca, vraimant. Que veut Bemba encore???
    En Afrique on ne perd pas d'elections, lorsqu'on les perd, aussitot, le probleme c'est que le vainqueur a triche!!!! voila un Bemba qui mangeait ses sauchis tranquillement mainant se trouve entrain de se cacher comme un petit chat.

    Ondai Kocho Kocho samedi 24 mars 2007, 13:55

    A Gervais MBOUMBA.
    J'ai voulu tout simplement dans mes posts dire que KABILA doit et son entourage doivent s'inspirer de notre malheur en 1997 pour eviter ce qui est arrive au President LISSOUBA qui ne l'a pas fait en son temps . OU est le mal ? Le point de vue peut ne pas etre partage ,et nul n'est besoin de nous parler du caca qui t'indispose .Va te laver les mains et laisse les claviers tranquilles mon frere.

    Gervais Mboumba samedi 24 mars 2007, 14:21
    Onday .

    quel exploit nauséabonde!
    C'est vrai, nous ne sommes que des con-golais.
    Ainsi va la misère morale !
    congo zoba!!!

    Gervais Mboumba samedi 24 mars 2007, 14:32
    Onday
    Tu auras beau déployer plus de sciences et de calculs dans cette justification cavalcadière,tout y est faussement élaboré.
    kabila est sous la protection de ses maîtres qui lui ont donné le pouvoir sur un plateau d'argent.alors que Pascal Lissouba s'est battu seul contre tous.Aussi dois-je te dire que si Pascal Lissouba a jeté sassou en prison,le pouvoir n'arriverait même pas en 1995.Mokoko est celui qui était promu et les pays limitrophes que sont le gabon ,l'angola et le zaïre avaient déjà été corrompus,ce n'est pas Bongo sous la ménace d'un coup d'État au Gabon à cette époque,qui refuserait d'obéir aux ordres des français !
    Continuez à rêver.
    Bon! le congo n'est pas la Côte-d'ivoire.
    Nous ne sommes que des con-golais.
    congo zoba,,,,,,,,

    cherie samedi 24 mars 2007, 15:56
    Mon cher Djess,

    Pour un départ toute l' opposition est d' accord en ce qui concerne une solution pacifique suite à la crise politique que traverse notre pays. Pour reprendre l' expression de Saturnin Okabe lors du déjeuner républicain organisé par le RDD je m' en vais vous poser une question: Est-ce que le pouvoir actuel a mis en place une commission chargée de discuter avec l' opposition sur certaine question concernant le pays ? La réponse est NON. L' opposition unanimement a demandé à maintes reprises de rencontrer Sassou, résultat: refus total de Sassou. Dans ces conditions, si un membre de l' opposition (ou plusieurs) est reçu par Sassou, est-ce que cela veut forcement dire qu' il s' est fait acheter ? Pourquoi ne pas croire que Sassou veut les recevoir séparément pour provoquer et entretenir un climat de méfiance au sein de l' opposition (méfiance qui n' existe pas car je peux le prouver) ? Je citerai le cas de Kolelas, Tamba-tamba, Bita François, Lefouoba...J' en passe. Le gouvernement a été publié, qu' en dites vous ?

    cherie samedi 24 mars 2007, 15:57
    Rappelons nous qu' à la veille de la conférence nationale, Sassou avait reçu en catimini plusieurs leaders ou grandes figures de l' opposition (ou ceux qui se présentaient comme tel, vu que l' opposition est inexistante dans tout système monopartiste). Oniangue ne me contredira pas. À certains il était proposé le postes de premier ministre pour conduire le pouvoir vers la Conférence nationale. Devant ces refus, Louis Sylvain Goma fût choisi. Pourquoi Sassou ne le ferait-il pas aujourd' hui ? Si d' autres vont le voir au grand jour (ce qui est une bonne chose pour rassurer nos populations et effacer le spectre d' un conflit éventuellement violent qui peut se dessiner dans la tête de certains culottés), d' autres le font la nuit et même ceux de l' étranger. Sassou a ses raisons, il sait pourquoi il ne veut pas montrer définitivement qu' il se concerte avec l' opposition. NE RENTRONS PAS DANS SON JEU EN ENTRETENANT UNE PSEUDO MÉFIANCE AU SEIN DE L' OPPOSITION.

    "Ta toko tala bo bena milembo mia niekissa ba niekissa mio".

    Makola-Ngoma samedi 24 mars 2007, 20:48
    L'opposition congolaise n'est pas structurée; dans notre pays nous avons une centaine de partis et associations politiques, comment voulez-vous que les congolais s'y retrouvent.
    Tout le monde s'attribue le qualificatif de démocrate, je doute de la sincérité de beaucoup de nos politiciens.

    Makola-Ngoma samedi 24 mars 2007, 21:13
    Mes amis, mes frères,mes soeurs mes chers compatriotes, respectons nous, banissons l'insulte, la calomnie, nous devons adopter le principe de la bienveillance réciproque.
    Nous devons réagir sur les articles et sur ce qui se passe au pays mais pas nous envoyer des piques via le site de mwinda, je crois que ce n'est pas sa vocation.
    Notre pays est en danger, le peuple congolais verse des larmes de sang, entendons-nous ses cris de désespoir?
    Regardons ce que l'intolérance ,la barbarie,l'irrespect des droits humains et la médiocrité font de notre pays.


    djess dimanche 25 mars 2007, 01:11
    Mon cher ou ma chère Cherie,

    Le contexte actuel n’a rien à voir avec celui qui précédait la CNS. Sassou a su mesurer jusqu’où il pouvait aller dans l’obstination à ne pas vouloir lâcher du lest. Il se dit que les congolais , tétanisés par des décennies de guerre , ne pourront rien tenter, même s’il refusait d’accéder à leur doléances. Il connaît l’état de l’opposition actuelle. Trois ou quatre personnalités pouvaient l’inquiéter. Il s’agit notamment de Kolelas qui a perdu toute marge de manœuvre, puisqu’il est actuellement inféodé à ce pouvoir moribond. Il s’agit ensuite de Moungounga, mais dans un système démocratique, puisqu’il ne dispose ni d’écuries, ni de grandes capacités de nuisances. Il s’agit enfin de Lissouba qui est désormais indisponible. Tsystère est corrompu jusqu’à la moelle.


    djess dimanche 25 mars 2007, 01:12
    (suite)


    Dans ce marigot, il ne reste que des opposants sans envergure, ou d’autres qu’il peut facilement corrompre, parce qu’il les connaît tous.

    Que feraient-ils s’il refusait de mettre en place une CENI ? Pas grand’chose et Sassou le sait.

    Par contre, je suis du même avis que ONDAY quand il fait état de la naïveté de Lissouba qui laissait tranquillement Sassou faire rentrer ses armes, au vu et au su de tous sans lever un seul doigt. Il avait le mandat du peuple, et il était tout à fait normal qu’il fasse arrêter celui qui voulait ostensiblement troubler l’ordre public. Le démarche de Kabila en lançant un mandat d’arrêt contre ce mauvais perdant Mbemba va dans le sens de la consolidation des acquis démocratiques en RDC.

    Djess


    cherie dimanche 25 mars 2007, 03:08
    Mon cher frère Djess,

    Le contexte actuel n' est plus le même que celui de la CNS certes, mais les acteurs politiques sont presque restés les mêmes. Ils se connaissent tous, si Sassou à mesurer jusqu' où il peut aller dans son obstination, comme vous dites, les autres, croyez-moi, ont aussi déjà mesuré jusqu' où ils peuvent aller dans leurs revendications. Ils se connaissent tous et pas d' aujourd' hui bien que l' autre a occupé des fonctions plus élevées. Sassou n' a aujourd' hui pas les moyens de contrer une forte action venant de l' opposition soutenue par plus de 80% de la population pendant qu' il a été déplumé d' une certaine manière par la communauté internationale. Ceci dit, n' allons pas vite en besogne, il faut peut-être penser qu' il a certainement besoin d' un peu de temps pour réaliser ce qui lui arrive et d' aussi constater qu' il n' a pas les moyens de récidiver en utilisant tous ce qui est de son pouvoir pour s' y maintenir. Déjà même le centre comme certains partis de son bord nous ont rejoint.

    cherie dimanche 25 mars 2007, 03:08
    À la question de savoir qui peut fait peur à Sassou, je vous dirai que je ne suis pas de votre avis. Pour moi c' est le peuple congolais qui fait peur à Sassou. Quant aux grandes figures de la politique congolaise, croyez moi, le système actuel ne permet pas d' en savoir plus. Beaucoup ont connu Kolelas, Lissouba, Moungounga juste à la conférence nationale ou après.

    Aussi, vu que vous n' avez pas argumenté vos dires sur ce que Lissouba pouvait mettre hors d' état de nuire Sassou en fonction déjà des arguments avancés dans mon post de 11H53 à savoir la Monuc et autres, je ne vois pas ce que je peux ajouter pour faire évoluer le débat, si débat il y a.

    Fraternellement.

    Kipwaza ku Koongo dimanche 25 mars 2007, 03:17
    Djess, je partage ton analyse lorsque tu dis que l'opposition, du moins ses leaders, qui pouvaient inquieter le roi Nguesso 0, offrant une possibilite d'alternance au pays, se sont fait neutraliser, en emargeant a la mangeoire de Mpila. Pas facile de resister a l'apatdu roi negre. En fait, pour ne pas tomber sans les bras pleins de petro-Cfa du roi 0, il faut que l'opposition compte en son sein des hommes et des femmes qui peuvent vivre et faire vivre leurs progenitures et leurs collaborateurs sans aller emarger la nuit au palais royale. Mais en etat actuel des choses, seul Moungounga, qui avait quitte le pays avec le tresor public peut joeur ce role. Malheureusement l'homme est trop imbu de lui et de son "destin" pour le Congo. Il communique mal. Bref, il n y a qu'un grand voleur qui peut faire partir un autre grand voleur. C'est pourquoi je ne vois pas comment le roi Nguesso 0 partirait. Lissouba, au pays, meme ronge par la maladie, pouvait servir par son aura la cause de l'alternance, mais cet homme qui se dit apatride meme dans son propre pays est un homme du passe. Kolelas, TShister, Yhombi sont a table avec le roi. Milongo manque de tripes et d'argent aussi...

    cherie dimanche 25 mars 2007, 03:19
    J' oubliais, veuillez suivre l' interview d' Azarias Ruberwa (ex vice président de la RDC) sur RFI. Il est aussi de mon avis en ce qui concerne la résolution des crises en Afrique et particulièrement en RDC. C' est ensemble et seulement ensemble que l' Afrique gagnera.

    Gervais Mboumba dimanche 25 mars 2007, 06:36

    J'ai tout compris.
    Nous ne sommes que des congolais,tels qu'on vit ,tels que nos rapports sont bâtis sur des chateaux de cartes.
    Oh! pauvre congo !
    Vous voyez!
    Un peuple qui aspire au changement,n'aurait point en son sein des gens qui avancent sur des bases tribales.Finalement ,au congo on ne souffre pas.Je crois que si réellement l'on souffrait ,on aurait pas connu des gens d'un certain acabit raconter de niaiseries en croyant que ce que l'on entend d'eux ,c,est de paroles d'église.
    On attendra donc un siècle pour que l'on soit une nation.

    Mutu N'kombo dimanche 25 mars 2007, 09:45
    En l'état actuel des choses, seule la capacité de nuisances des fonds vautours contraint ce monstre froid et hideux de réculer et de revoir ses positions. Personne n'ignore que cet énergumène conduit le pays dans le mur avec les guerres à répétition, le vol, la corruption institutionnalisée.
    Personnellement, je pense que seule une révolution de palais pourrait balayer cet ogre. L'opposition? inexistante. Milongo, avec son capital de notoriété, pouvait faire l'affaire. Mais il me semble qu'il n'a pas les couilles bien suspendues pour faire déguerpir le gourou de Mpila. Solution? la désobeissance civile.

    Makola-Ngoma dimanche 25 mars 2007, 10:40
    Mes amis et chers compatriotes,

    Cet article sur l'opposition congolaise suscite une série de réactions et c'est bon signe car le sort du pays nous préoccupe tous sauf, les satrapes de la bande à Otchombé.
    Pour moi, et ça n'engage que moi les principaux responsables de la merde qui s'est installée au pays depuis 1993 sont:
    - Kolélas
    - Lissouba
    - Milongo
    - Sassou
    - Tchystère
    ils soufflent périodiquement sur les braises du tribalisme et surtout à la veille d'échéances électorales en répandant sur nous leur sanie.
    Que veulent-ils? certainement pas le bonheur des congolais mais, la préservation de quelques acquis.

    cherie dimanche 25 mars 2007, 11:24
    "Tel un enfant conçu à partir d’un viol, le régime de Sassou né dans la violence, se nourrit exclusivement de cette sève violente."

    Est-ce que c' est démontré scientifiquement mon cher Djess ? Un enfant conçu à partir d' un viol est-il toujours violent ?

    bantu dimanche 25 mars 2007, 11:29
    A Makola-Ngoma,

    Peux-tu cher frère compatriote écarter de ta liste André Milongo et Thystère Tchikaya ?
    Si le Congo n'était fait que des politiciens à l'image de Milongo et de Thystère, notre pays n'aurait jamais connu des guerres.
    Ces deux politiciens ont cette faculté de savoir se retenir pour préserver l'intérêt de la nation. Et, c'est ce que nous recommandons aux autres politiciens congolais. Quelque soit leurs différends politiques, il faut qu'ils arrivent à trouver des solutions visant à ne pas embraser le pays.

    Est-ce que je lis mal l'histoire politique du Congo ? Citez moi un quelconque discours où André Milongo et Thystère Tchikaya se sont appuyés sur leur électorat pour embraser le Congo.

    Ces deux là savent faire des concessions pour éviter que le torchon ne brûle pour un rien.

    bantu dimanche 25 mars 2007, 12:08
    A Mes frères compatriotes congolais

    Moungounga est où en ce net moment ? Les échéances électorales pointent à l'horizon et il ne se fait pas entendre.
    Jadis, il faisait éditer pourtant une revue à travers laquelle il tentait de consolider et de consoler mes compatriotes étudiants congolais originaires des regions de la Lékoumou, la Bouenza et le Niari.
    Est-il maintenant fatigué ? L'argent volé au trésor public congolais ne lui monte plus à la tête ? Respecte t-il les consignes des autorités françaises ?
    Gervais Mboumba est peut-être bien placé pour donner une suite favorable à ma question, car il est si souvent bien informé.
    Attend t-il que Mbéri Martin gagne les élections au pays en faisant déguerpir Soussa Nguesso pour qu'il le rejoigne ?

    L'opposition congolaise se trouve aujourd'hui dans une situation plus ou moins inconfortable. Le climat d'insécurité qui règne au pays en est pour quelque chose. Les gens ont peur de s'élever le jour et de se retrouver le corps criblé de balles le lendemain. Cette situation que nous vivons aujourd'hui est de très loin différente de celle d'avant la CNS.



    bantu dimanche 25 mars 2007, 12:09
    Seul l'appui des organismes internationaux peuvent aider le Congo dans le cas où ceux-ci consentaient à se débarrasser de Soussa Nguesso. Un premier travail est celui fait par les fonds vautours qui sèment un trouble au sein de ce pouvoir. Mais, le font-ils pour le peuple congolais ou pour reclamer leurs créances ?

    Le Congo vit une situation très difficile. Si le peuple tente une révolution, Soussa Nguesso peut saisir là l'occasion de replonger le pays dans un grand désordre socio-politique de nouveau. La Guinée a connu des émeutes dernièrement avec plus d'une centaine de morts. Lansan Conté n'a pas démissionné. Les élections au TOGO de Faure Gniassimbé étaient très irrégulières avec des militaires qui fuyaient avec des urnes et, pourtant, ce fils a été maintenu au pouvoir.



    bantu dimanche 25 mars 2007, 12:09
    La situation au Congo pourrait ressembler à cela cette fois-ci. C'est pour cela que l'idée d'un charisme qui a une bonne côte dans les relations internationales pourraient bien faire l'affaire. Et, donc Moungounga peut nous aider dans ce sens. Il avait volé beaucoup d'argent. Et, c'est l'occasion, de nous prouver le vol commis avait été un mal nécessaire puisqu'il a servi à sauver le peuple congolais. On ne lui avait jamais refuser le visas d'entrée en France contrairement à Bernard Kolélas. Il a sans doute eu le temps de consolider des liens étroits avec les décideurs de la politique africaine. Il peut aider à nous propulser ce charismastique que nous attendons tant.

    cherie dimanche 25 mars 2007, 12:13
    Dans ce cas mon cher frère Bantu, j' ai deux suggestions qui vous conviendraient peut-être ou:

    1) on opte pour la pensée unique, ce qui veut dire d' une certaine manière monopartisme.

    2) on écarte ces deux là de la liste des hommes politiques de notre pays vu que tout homme politique fait toujours l' objet d' avis différents sur sa personnalité, sinon il n' en est pas un.

    cherie dimanche 25 mars 2007, 12:47
    Mon cher Bantu, vous avez omi de citer POUNGUI et aussi KOUKEBENE et YHOMBI...et MILONGO, ITADI, même Mgr KOMBO.

    bantu dimanche 25 mars 2007, 12:51
    A M. Chérie,

    Tes suggestions sont les bienvenues.
    Je ne suis pa adepte de la pensée unique. D'ailleurs, j'aime la contradiction, car j'ai toujours pensé comme Saint Exupery quand il dit : " Celui qui diffère de moi, loin de me léser, m'enrichit". Dans une pensée contraire à la sienne, il y a toujours quelque chose de si précieux que l'on peut y tirer.

    Mais, quand il s'agit de dresser la liste sombre de nos politicards congolais, je pense qu'il y a quelques têtes qui ne doivent pas y figurer. C'est le cas des hommes doux comme André Milongo, Thystère Tchicaya etc...

    D'aucuns les accusent à tort. Si on peut les accuser parce qu'ils ne les ont pas bien suspendues, oui, je suis d'accord. Mais, à les dénoncer comme ayany boycotté la démocratie congolaise, je ne partage pas ce point de vue.

    C'est ce que je veux faire ressortir en signifiant qu'il faut les écarter de cette maudite liste.

    bantu dimanche 25 mars 2007, 12:55
    A M Cherie,

    J'ai raisonné par rapport à la liste qui a été présentée. Donc, je ne pouvais parler de ceux qui n'y iguraient pas.

    Yhombi et Itadi ne sont pas à écarter. Comme, ils ne figuraient pas dans cette fameuse liste, il faut les rajouter.

    Par contre, POUNGUI, Mgr Nkombo, Koukoubéné ne feront pas partie de cette liste.

    cherie dimanche 25 mars 2007, 13:07
    Oui mais Moungounga n' était pas dans cette liste de notre frère et c' est curieux que Milongo qui est cité certainement suite aux révélations dans le procès de Elf soit écarté par vous, EST-CE JUSTE POUR UN VRAI DÉMOCRATE ?

    Surtout que de tous, à ce que je sais il n' y a que Milongo et Kombo qui ont été déplumés au cours d' un procès.

    Un procès pour diffamation ne s' en est pas suivi, "qui ne dit mot consent" comme dans le cas de Sassou et Xavier Harel. Un vrai démocrate s' en tiendrait là. N' est-ce pas mon frère ?

    le démocrate dimanche 25 mars 2007, 13:19
    Je crois qu'il faut parfois se gener,surtout quand on vient balancer des salétés sur un espace publique aussi respectable et consulté comme celui-ci.Il y a quelques jours,un GRAND USAGER DU MENSONGE avait eu le culot d'écrire ici qu'ÉDITH BONGO était décédée.N'est ce pas une haine affichée à l'égard du peuple congolais?Quelle est cette femme au congo qui a investi dans son pays plus qu'Édith?Au lieu d'être fier d'une compatriote qui fait honneur au pays en jouant le rôle de 1ere dame d'un grand pays pétrolier,on se permet de raconter des bobards.
    Pour la liste que certains veulent faire ici,je trouve que tous ceux qui contrecarrent l'action de Sassou aujourd'hui coe Moundzéo et Mackosso,Koukébéné,Pongui édouard,Milongo,Ntoumi,LE CANARD ENCHAINÉ(Magazine d'actu. français),Léfouoba,Ambroise Malonga,MUTU NKOMBO,BANTOU,MBOUMBA,KOULAMA,GODEFROY et bien d'autres encore doivent être sous le coup d'un mandat d'arrêt international pour haute trahison.Le peuple est fier de son chef,donc tous les aventuriers sont à poursuivre.
    Vive le congo!

    cherie dimanche 25 mars 2007, 13:33
    Mon cher frère BANTU, je le dis vu qu' une justice impartiale et indépendante doit être UN REPÈRE pour tout démocrate. Vous en conviendrez avec moi que celle de la France (justice) en est une, sinon je suggérerai à tout bon démocrate d' arrêter les poursuites contre Sassou et autres en France concernant l' affaire des disparus du BEACH par exemple.

    bantu dimanche 25 mars 2007, 13:40
    A M. Démocrate,

    De quel peuple veux-tu parler ? Celui qui a fait la marche devant l'ambassade de France ou du peuple congolais dans sa globalité ? Le peuple d'en haut ou le peuple d'en bas, car au Congo tout est clivage ?

    Pourquoi veux-tu qu'un mandat d'arrêt international soit lancé contre les congolais dont tu as cité les noms ? Sais-tu ce que signifie un mandat d'arrêt international ? Connais-tu les conditions nécessaires et suffisantes devant être remplies pour lancer un mandat d'arrêt international ? Ah, je sais, tu penses que le droit fonctionne partout comme au Congo où on organise des procès expéditifs et des arrestations arbitraires.

    Au fait, j'avais besoin de toi, mais tu ne m'avais pas répondu. Que représente Soussa en Mbochi ? Est-il vrai qu Sassou a été uniquement l'inversion de Soussa ?

    Mbombo Mbua dimanche 25 mars 2007, 13:46
    à Bantu

    Pourquoi écarter Thystère et Milongo? Le premier compose avec le génocidaire Sassou depuis son coup d'état sanglant de 1997. N'a t-il pas été récompensé en devenant président de "l'assemblée nationale"? Il est peut-être "doux"; mais il est surtout FLOU.
    Au deuxième il est surtout repproché son INDOLENCE en tant qu'opposant. On ne l'entend presque jamais. Il lui manque la hargne d'un Kignoumbi qui dit très haut ce que les "parlementaires" pensent tout bas. Pourquoi a t-il stoppé net l'initiative de répondre aux internautes alors qu'il était prévu que cela se répéte dans l'avenir?

    Nous allons bientôt assister à un autre HOLD-HOP électoral prévu au mois de juin et YA MILOS, en tant que chef de file de l'opposition, se fait encore attendre. POURQUOI???

    bantu dimanche 25 mars 2007, 14:01
    A M. Cherie,

    Quand j'avais cité Moungounga, ce n'était pas en rapport avec la fameuse liste des politicards congolais. J'avais pris le soin de distinguer les deux posts, c'était une façon de dire que le premier n'était pas la suite de l'autre.

    Dans le deuxième post, je voulais parler de la situation dans laquelle se trouve l'opposition congolaise actuelle et les difficultés à mener à bien son combat tant le contexte est difficile.

    En parlant,de Moungounga, c'était une façon de faire ressortir son silence étrange et le coup de pouce qu'il peut apporter à cette opposition si moulue qu'elle puisse être. Je me suis simplement rappelé de l'action tant vivace que Moungounga a tant mené en 1999, 2000, 2001 à un moment donné et que cela devient étonnant qu'il puisse se murer dans un silence au moment où jamais le Congo a tant besoin des individus de son acabit qui savent si bien tempéter et bomber le torse comme il avait su bien le montrer par le passé au sein de la mouvance présidentielle.



    bantu dimanche 25 mars 2007, 14:01
    André Milongo avait été cité dans les pots de vin que ELF donne aux dirigeants des instances dirigeantes, me dis-tu ? Est-ce que ELF avait-il expliqué la contrepartie escomptée lors de ces pots de vin ? Est-ce pourque André Milongo les aide à brader le pétrole congolais ? Est-ce pourque André Milongo leur laisse des cargaisons gratuites de pétrole ?

    Je n'avais pas suivi ce procès. Si tu connais les détails exacts de ce procès, tu ferais meiux de m'en informer.

    Quel rapport y a t-il entre les pots de vin de ELF et le soi-disant sabotage de la démocratie par Milongo ?
    Avait-il reçu ces pots de vin avant ou après la tentative de coup d'Etat du général Moukoko quand il était parti se refugier à Mbanza Mankondi ?

    Somme toute, je demande qu'il soit écarté de cette liste parce que s'il n'en tenait qu'à lui, le tissus social congolais ne serait dégradé à ce point. C'est le côté préservation du tissus social qui me pousse à demander d'écarter de la liste noire André Milongo et Thystère Tchikaya et d'autres qui sont comme eux.

    Mbombo Mbua dimanche 25 mars 2007, 14:07
    à Démo-nkokotuvi

    Dire qu'Edith Machin est décédée n'est pas une insulte au peuple congolais, bien au contraire. Je l'ai écrit sur info du milieu hospitalier, et alors? De toutes les façons, elle est inscrite à l'article de la mort depuis déjà un bon bout de temps. Donc, si cela n'arrive pas (si ce n'est déjà fait) maintenant, ça sera pour demain. Du reste, c'est une personne plus que publique chez nous. Alors, pourquoi nous cacher sa "maladie"? Elle peut tout acheter au Congo et au Gabon; mais la mort, personne ne l'achète. Les congolais ont besoin de savoir quand l'un de ses AFFAMEURS est très mal en point; ça remonte le moral.
    Pour le reste, tu restes un Nkokotuvi infini, et ton état n'est pas prêt à s'améliorer. A très bientôt.

    Mbombo Mbua dimanche 25 mars 2007, 14:12
    "...quand l'un de LEUR affameur...".

    Mutu N'kombo dimanche 25 mars 2007, 14:22
    Thystère est fourbe; Milongo nage dans la morosité.

    bantu dimanche 25 mars 2007, 14:27
    A M. Mbombo Mbua,

    Nous avons des hommes politiques au Congo qui ont la neutralité de travailler avec tous les pouvoirs successifs au Congo. André Milongo et Thystère Tchikaya s'inscrivent dans cet ordre. Il y en a certes d'autres, mais, pour l'heure, il est question des deux.
    Nous, congolais, devons faire entrer dans nos moeurs, cette conception des faits. Nous devons éviter de vouloir accorder du crédit aux politiciens qui ont toujours campé dans des positions figées. Souvent, ceux là brillent par un comportement revanchard, car, le moment venu, ils estiment prendre leur revanche sur le destin.
    Ton post me fait un grand plaisir. Car, tu as pris le soin de noter ce que tu reproches à ces deux hommes politiques qui n'ont pas de problème.
    Thystère Tchikaya avait été réhabilité par Sassou Nguesso à cause de la trahison des ex membres du PCT qui avaient rejoint l'UPADS. Du moins, c'est comme cela que je le pense. D'ailleurs, c'est le cas de Ndala Graille.

    bantu dimanche 25 mars 2007, 14:28

    Pour ce qui est de Milongo, tu as raison de noter son indolence. Et, pourtant, son indolence a souvent été des plus salutaires pour les congolais. En 1993, il s'en était fallu de peu que le Pool s'embrase à cause de l'esprit hégémonique de Bernard Kolélas et ses ninjas. Mais, ce monsieur, grâce à son indolence avait dit : "Je n'accepterai jamais que mes mains soient salies par le sang congolais."
    En 2000, il avait retiré sa candidature, car il avait vu loin. Il n'avait pas voulu que le peuple vive un autre carnage à cause de son nom.
    Un proverbe au Pool dit : " Boutindi bua mana yoka, n'tamana wenda tindila ku ntia mandala " c'est à dire, " A trop vouloir être courageux, on finit par s'en aller avec son courage dans l'au delà " ou la vraie traduction française " Mieux vaut être un homme vivant que d'être un héros mort "

    L'environnement politique congolais prête à une forte prudence. Le braillard Bernard Kolélas en a appris à ses dépens. Ils sont nombreux à s'être plongé dans une sorte de mutisme étrange. Même des grands guerriers d'il y a quelques années qui sont devenus des députés se complaisent maintenant dans un silence.

    Mutu N'kombo dimanche 25 mars 2007, 14:28
    Ce matin même j'ai eu au téléphone la marraine d'Edith Bongo Ondimba. Mme Bongo ne reconnait même plus ses proches parents. C'est vous dire que... elle est très mal en point.
    La vie du monstre de Mpila est suspendue à celle de sa fille. En effet, dans le monde diabolique et satanique, Edith est la véritable marraine de son père. Allez-y comprendre...

    le démocrate dimanche 25 mars 2007, 14:29
    Tellement on titube en français,on corrige un mot bien écrit en versant de la salété aux yeux des lecteurs.Il y a plusieurs affameurs,donc,"l'un de ses affameurS".Kiadi ehh!!!
    Mon frere BANTOU!
    La dernière fille de la famille de ma mère s'appelle aussi Soussa,ce qui veut dire "spiritain",quelqu'un qui interprete les songes ou qui fait des rêves justes aussi porte ce nom.Ce nom SASSOU ou SOUSSA comme on le dit chez nous est souvent donné aux gens qui ont des qualités de BOKÉTA(coe souvent chez les jumeaux aussi)en quelque sorte.Merci mon frere pour cet interêt à la langue dirigeante du congo.Pour ce faire,je lance un appel à MBOMBO MBUA,MUTU NKOMBO,CHERIE,MBOUMBA,MAKOLA-NGOMA et cie de venir travailler avec nous au sein de l'association nationale pour la promotion des valeurs mbochis(ANPVM).

    Appolinaire KOULAMA dimanche 25 mars 2007, 14:32
    La rédaction de Mwinda vient de procéder à la réactivité des éléments me permettant de réagir.

    J'aimerai surtout attirer votre attention sur le tripatouillage de Sassou injuste: Les circonscriptions du sud du pays, dont les habitants ont été victimes de l'extermination d'un grand nombre, se voient désormais diminuées en nombre de députés, et le contraire n'étant pas vrai pour les circonscriptions du Nord.

    Ce tripatouillage n'est pas un étonnement me concernant, car ce régime du PCT a brillé tout au long de sa vie du tribalisme, allant de la gestion de l'administration à la gestion économique pour n'en prendre que ces deux comme exemple.


    Appolinaire KOULAMA dimanche 25 mars 2007, 14:33
    Suite et Fin

    Il a manqué à certains d'entre-nous d'être rigoureux scientifiquement pour s'en apercevoir qu'on a raté notre décollage économique par la haine tribale contre la région du Kouilou, cette même région qui est incapable, à mon étonnement par contre de lever son petit doigt, il nous faut étudier le développement sous un angle qui écarte les hégémonies, le régionalisme, avec lucidité et pragmatisme pour le pays tout entier.

    Le tripatouillage des législatives n'est que la continuité d'un régime tribal et barbare depuis des années et des années contre le sud. En effet, nous (Gervais et moi) le dénoncions souvent, et avons un ralbol de ces pratiques, mais nous étions incompris jusqu’à nous qualifier de tribalistes. Aujourd’hui, le sud vient encore d’en avoir plein dans son trou de fesse.

    Appolinaire KOULAMA (Vivre longtemps)
    To mo LAMA! (Longue vie !)


    cherie dimanche 25 mars 2007, 14:43
    En ce qui concerne Thystere Tchicaya je pense que je rejoins BANTU, pas pour les mêmes raisons malheureusement. Je pense qu' il serait injuste et pas démocratique d' être sévère avec TCHICAYA du fait de ses positions politiques. C' est son choix et c' est je pense cela la démocratie. Seul le peuple aura le dernier mot, ce peuple que nous connaissons très surprenant.

    Mbombo Mbua dimanche 25 mars 2007, 15:15
    à Démo-nkokotuvi
    T'es-tu vu quand tu es CON?

    Mutu N'kombo dimanche 25 mars 2007, 15:18
    A mon frère "Démocrate"

    Je pense qu'il est de ton devoir d'enlever les quelques toiles d'araignée qui tapissent encore ton subconscient sur ma personne. Sache que je n'ai aucun problème à travailler avec un frère Mbochi. Ce contre quoi je m'insurge, c'est la bêtise, l'idiotie, l'incompétence, l'imbécilité de Sassou qui réduit le Congolais à l'état de mendicité, qui tient le peuple en laisse pour mieux le "machiner".
    J'aimerais te faire une petite liste de mes copins et amis venus de la Cuvette centrale: Papi Ongania(ex-joueur de Aiglon Cara, fils d'excellent Ongania); Antonin Molamo(numéro 2 de la centrale syndicale de Bokamba); le professeur Botaka(ophtalmologue au CHU et professeur à l'INSSA). Je mets un terma à ma liste. Rassures-toi, ils sont encore nombreux. J'ai hébergé certains d'entre eux en 1997 lors de la folie meurtrière entre ton mentor et Tournesol. Tu veux des noms?

    bantu dimanche 25 mars 2007, 15:25
    A M. Apollinaire Koulama,

    Très content de pouvoir te compter de nouveau parmi nous. Nous avons été honoré par ta photo dont tu nous as gratifié, car, nous avons pu voir, le visage qui se cache derrière Koulama (longue vie) qu'on appelle aussi lamou ou TO MO LAMA (aies une longue vie).

    Effectivement, le décollage économique du Congo allait venir de Pointe-Noire. D'ailleurs, ce n'est pas pour rien que nous apprenions à l'école que le CFCO était l'épine dorsale de l'économie congolaise, car elle relie Pointe-noire à Brazzaville. Même l'Abbé Fulbert Youlou, qui ne t'inspire malheureusement pas confiance, avait déjà posé les jalons dans cette ville en initiant les travaux de ce grand barrage de Sounda devant produire plus de 1000 Mégawatts.

    Aujourd'hui, l'industrie d'aluminotermie qu'on avait voulu monter à Pointe-noire n'a pu voir le jour à cause des problèmes d'électricité. Or, le problème, d'électricité, tel que vu, par les prédécesseurs de Marien Ngouabi allait déjà résoudre un grand nombre de nos problèmes au Congo.



    bantu dimanche 25 mars 2007, 15:26
    Mais, malheureusement, nos jeunes compatriotes congolais de l'époque, à savoir Marien Ngouabi et sa clique pensait à tort que le Sud était déjà plus avantagé que le Nord et permettre la réalisation de ces grands ouvrages allaient permettre le décollage du Sud et non du Nord. C'était une façon étriquée de voir les choses de leur part, mais, au moment où Marien Ngouabi avait compris ses torts, la machine qu'il avait mise lui même en marche allait le broyer. Paix à son âme, du reste, il fait partie des dignes fils du pays.

    La rigueur scientifique sur laquelle tu veux t'appuyer pour soutenir ton argumentaire ne tient pas lieu. A cela, j'opposerai l'éthique, car l'éthique a été le concept devant canaliser la science pour l'amener à ne s'orienter que vers ce qui est bien pour l'humanité.



    bantu dimanche 25 mars 2007, 15:26
    Toujours pour aller dans le sens de ton argumentaire, tu feras mieux de te joindre à notre brillant intervenant "Cherie" quand il évoque le cadre fédéral pour permettre la coexistence des différents peuples où l'hégémonie, le régionalisme excessif et autres entraves à la bonne marche de notre société seront bannis. Jz ne parle pas du fédéralisme comme morcellement du Congo, mais du fédéralisme comme partage du pouvoir, partage des ressources et entraides entre entités congolaises devant concourrir à un même but : Celui de voir le Congo aller de l'avant.

    Pour faire adhérer les congolais à la cause que vous défendiez Gervais Mboumba et toi, il faut parfois revoir la façon de poser le problème. Ce ras le bol est éprouvé par un grand nombre de congolais mais à condition de bien poser le problème comme il faut sans ternir saint Paul pour relerver saint Pierre.

    Du reste, sois le bienvenu parmi nous de nouveau. Nous te lirons avec plaisir.

    (Fin)


    le démocrate dimanche 25 mars 2007, 15:47
    À mon frere et ami MUTU NKOMBO!
    L'adage dit que "l'ami de mon ami est mon ami".Parmi les gars que tu as cités,j'ai un ami qui était même le samédi passé chez moi.Tu peux donner la liste complète,si mon nom y figure,je ne serai pas étonné.Même si nous points de vue politiques ne s'accordent pas,je n'ai jamais un seul instant pris quelqu'un ici pour un ennémi.Chacun de nous dit ce qu'il trouve être bien pour le pays,et je ne peux que respecter vos opinions;vous(à tous) contredire n'est pas l'expréssion d'une haine quelconque à l'égard de qui que ce soit.Notre affrontement sur mwinda est POLITIQUE,et non personnel.Le congo a besoin de l'apport de tous les congolais pour soutenir son chef Sassou afin de faire avancer les choses.
    Vive le congo!

    Mutu N'kombo dimanche 25 mars 2007, 15:51
    Le démocrate écrit: "Le congo a besoin de l'apport de tous les congolais pour soutenir son chef Sassou afin de faire avancer les choses."

    Non,non et non! je ne puis soutenir Sassou. Jamais de la vie. Mais pour le reste, je suis d'avis avec toi.

    le démocrate dimanche 25 mars 2007, 16:00
    MUTU NKOMBO!
    Et la liste?

    Mutu N'kombo dimanche 25 mars 2007, 16:09
    Au "Démocrate",

    Ah! tu voudrais me tirer les vers du nez en me demandant la liste additionnelle de mes amis. Non, j'ai assez dit. Je connais vos méthodes, vous les gens du Pct. J'ai peur que vous partiez les enlever chez eux à Potal.

    cherie dimanche 25 mars 2007, 16:20
    Mon cher BANTU, en ce qui concerne André Milongo et les pots de vins reçus dans l' affaire Elf, nous y reviendrons, ce n' est pas prioritaire pour le Congo actuellement.

    Makola-Ngoma dimanche 25 mars 2007, 16:22
    Non monsieur le démocrate; je respecte vos opinions mais, SASSOU n'est pas celui qu'il nous faut pour conduire le pays vers des cieux plus paisibles, il a fait trop de mal aux congolais et il n'est pas tout seul.
    Vingt deux ans à la tête du CONGO, son bilan est globalement négatif.
    Comment peut-on encore accepter la misère, l'obscurité, l'insalubrité, la famine et la soif dans un pays aussi riche et arrosé par des fleuves et des rivières; expliquez moi.
    SASSOU a fait son temps, c'est un dictateur, les congolais méritent mieux.

    Jean Okanga-Itoua dimanche 25 mars 2007, 16:53
    Webmaster pouvez-vous réactiver le mot de passe de mon neveu Makoua? Il est de retour d’Alaska. Makoua a un témoignage poignant des événements d’Owando. Il a un dossier en béton contre Denis. Il est donc utile pour la cause des congolais. Même devant le TPI, il pourra témoinger. Merci d’avance Webmaster de prendre en considération cette requête.
    JOI Chapel Hill (USA)


    le démocrate dimanche 25 mars 2007, 16:58
    Mr Makola-Ngoma!
    Il ne s'agit pas pour moi de venir faire l'avocat d'un éventuel diable. Le problème c'est que les faits parlent d'eux-même.Qui peut, d'après vous, rassembler les congolais mieux que Sassou?Milongo,Kolélas,Lissouba,Thystere et bien d'autres encore n'ont aucun bureau representant leurs partis politiques au nord du pays. Ils n'y mettent jamais leurs pieds.C'est la mandature Lissoubique qui a fait réculer le pays d'au moins 40 ans. Redonner à Sassou encore 2 ou 3 mandats est la seule solution pour batir le pays.

    Mutu N'kombo dimanche 25 mars 2007, 17:53
    Sassou? c'est à la fois la peste et le choléra. C'est vraiment un choix cornélien. As-tu compris mon frère égaré, "le démocrate"?

    le démocrate dimanche 25 mars 2007, 18:07
    Frere égaré?!!!MANGA MOUNOU, KOUÉNDA WAPI? dixit le sapologue Boundzéki.Kolélas,Tamba-Tamba,Mbéri,Mouniari ou Moubouéndza je ne sais qui là,Yhombi,Ganao et bien d'autres encore vous en diront plus.On ne vit qu'une seule fois.

    Mutu N'kombo dimanche 25 mars 2007, 18:11
    Incapable d'écrire correctement les noms de tes compatriotes? Ah! le Pct.

    Richard dimanche 25 mars 2007, 18:31
    Democrate
    As-tu les nouvelles du President? Et aussi de son entourage? C'est quoi toutes ces rumeurs follent qui courent? Tu veux lui donner 2 ou 3 mandats? tant qu'on y est pourquoi ne pas dire qu'il est immortel malgré les bullocks qui sont en train de pourir.
    Bonne fete quand meme. Au fait pourquoi avoir refusé de feter les 30 ans de la mort de Ngouabi? Simple pudeur ou etat d'ame?
    Lui au moins ne se vanterait pas du caviar et du champagne.

    Makola-Ngoma dimanche 25 mars 2007, 18:53
    A monsieur le démocrate.

    Je crois que vous vous moquez de nous et vous souhaitez vivement le pillage organisé du pays: peut-être que vous êtes assis au bas du safoutier et vous ramassez tout ce qui tombe et cette situation vous convient et vous avez peur d'un CONGO dirigé autrement où la richesse profitera à tous.
    L'ombre de la médiocrité doit cesser de planer sur notre pays, sachez le bien monsieur le démocrate que le CONGO est notre héritage à tous ne le détruisons pas, pensons aux générations futures.
    Vous voulez que SASSOU continue son oeuvre de destruction massive encore 14 ou 21 ans.
    Avez-vous lu la constitution que SASSOU a voulu? je l'ai lu moi contrairement à vous; il est prévu qu'à 70 ans passé, on n'a pas le droit de solliciter le suffrage des citoyens et en 2013, il aura 70 ans.
    Il faut respecter les textes qu'on inspire.

    Makola-Ngoma dimanche 25 mars 2007, 19:15
    A monsieur le démocrate (suite)

    Vous avez une drôle d'idée de la démocratie et elle frise notoirement l'ethnocentrisme.
    Pour vous quand on critique SASSOU, on est forcément pour Kolélas,Lissouba,Milongo ou Tchystère.
    Sachez que pour moi et ça n'engage que moi, les malheurs du pays depuis 1993 sont dus à:
    - Kolélas(tribalo-intégriste)
    - Lissouba(tribalo-paranoïaque; incompétant)
    - Milongo(il n'a pas su capitaliser la confiance du peuple congolais)
    - Tchystère(il est fourbe et manoeuvrier)
    - SASSOU(chantre attitré du tribalo-libéralisme,sanguinaire,adepte de coup d'état et de crimes politiques et il n'est pas le seul)
    Nous devrons nous débarasser démocratiquement de ce quintet pour que le CONGO vive dans la sérénité.
    Monsieur le démocrate avez-vous vu dans quel état se trouvent les villes du CONGO?

    Mutu N'kombo dimanche 25 mars 2007, 19:20
    Que ceux qui sont de l'autre de la rampe rejoignent le camp des civilisés: démocrate, Aiméjules O'brien, le fou du roi(qui a miraculeusement disparu, car à court d'écriture)... Avez-vous pensé à l'après Sassou? Que deviendriez-vous après l'éviction de ce monstre hideux et froid? Avez-vous pensé à cette éventualité? Le sieur Ngokana est entrain de relancer son dossier de sa naturalisation à la sous-prefecture de Mantes-la-Jolie pour se mettre à l'abri d'éventuelles poursuites judiciaires qui seront initiées par la vraie Justice Congolaise lorsque Sassou sera ejecté de son fauteuil. Et toi, démocrate, qui seras-tu? Aujourd'hui, tu te targues d'être le DRH de la présidence de la République. Mais...demain où seras-tu, toi et tes quatres femmes? Je te connais, jeune homme.

    Mutu N'kombo dimanche 25 mars 2007, 19:27
    Lire...tes quatre femmes...

    Makola-Ngoma dimanche 25 mars 2007, 19:33
    Au compatriote RICHARD,

    Quelles sont les rumeurs qui courent, pouvez-vous nous éclairer?
    Merci beaucoup.
    Dr Makola-Ngoma

    le démocrate dimanche 25 mars 2007, 19:56
    À mon ami RICHARD!
    J'aime bien te lire car tu sais très bien discerner les affrontements politiques des problèmes personnels,contrairement à d'autres. Pour ta réaction de 18h31,je dirai que nul ne connait le jour de sa mort, et pourtant,même à 60 ans, on continue d'avoir des projets. Pour ainsi dire,le projet du candidat que je soutiens est de se maintenir au pouvoir jusqu'en 2023, et ce n'est qu'une décision suprême qui nous dira le contraire(la voix du peuple est la voix de Dieu).
    À Tonsieur MAKOLA-NGOMA!
    Je te trouve qd même responsable dans tes propos. Je comprends ton envie de vouloir à tout prix effacer les actuels dinosaures de la politique de notre pays. Je comprends ton ras-le-bol; mais n'oublie pas qu'il y a des milliers de congolais qui pensent que de tous ceux que tu as cités,un seul est encore necessaire pour la gestion du pays:Sassou. Comment expliquer que Kolélas qui n'est ni ministre,ni député ou autres,et je dirai même qui n'est pas salarié ni chef d'entreprise,puisse s'octroyer des villas un peu partout?C'est 1 gd mountoudia.....


    Jean Okanga-Itoua dimanche 25 mars 2007, 20:09
    Mon cher Djess, l’opposition est comme un feu, il faut l’activer sinon, il finira par s’éteindre. Dans la situation congolaise actuelle, renverser le régime de Sassou sera bénéfique pour le Congo entier. Je crois que ça doit être le premier objectif de tous les congolais. Le choix aujourd’hui est clair. Le débat ne pourra pas aller très loin. Il est nécessaire d’adopter un autre comportement. Les envoyés de Sassou viennent sur Mwinda pour nous jeter des appâts. Un homme normal peut-il se vanter de ses crimes? Nous croyons que le peuple gagnera à être uni. Nous sommes conscients de l’importance d’éviter tout conflit futur. Le reste n’est que disputes des corridors. Il faut qu’un jour le pays sorte de sa léthargie.
    JOI Chapel Hill (USA)


    Jean Okanga-Itoua dimanche 25 mars 2007, 20:10
    Mon cher Djess, l’opposition est comme un feu, il faut l’activer sinon, il finira par s’éteindre. Dans la situation congolaise actuelle, renverser le régime de Sassou sera bénéfique pour le Congo entier. Je crois que ça doit être le premier objectif de tous les congolais. Le choix aujourd’hui est clair. Le débat ne pourra pas aller très loin. Il est nécessaire d’adopter un autre comportement. Les envoyés de Sassou viennent sur Mwinda pour nous jeter des appâts. Un homme normal peut-il se vanter de ses crimes? Nous croyons que le peuple gagnera à être uni. Nous sommes conscients de l’importance d’éviter tout conflit futur. Le reste n’est que disputes des corridors. Il faut qu’un jour le pays sorte de sa léthargie.
    JOI Chapel Hill (USA)


    le démocrate dimanche 25 mars 2007, 20:12
    MUTU NKOMBO!
    Même si certains de tes articles(pas seulement tes réactions)ici ne me plaisent pas, je comprends parfois ton envie de voir le pays évoluer et être dirigé mieux qu'aujourd'hui.Et c'est rejouissant quand même; je m'accorde avec toi en general sur certains points,comme qd tu parles de l'écologie(Djeno,ville de ponton...).Mais ce qui nous differe c'est le choix des hommes.
    Pour l'après Sassou,nul ne peut savoir ce qui viendra demain,je beneficie,peut-être coe toi, de la double nationalité,donc,si je ne trouve plus mon compte au congo,air france me reverra pour rejoindre ma femme et mes enfants,et ce n'est pas un peché.Je ne sais pas si tu as donné un coup de fil à X qui t'a parlé du démocrate,mais je te rappelle que le code de la famille congolaise autorise la polygamie.donc je vis dans les normes.Et ce ne sont pas mes femmes qui détruisent le pays comme vous autres réactionnaires mwindiens le prétendez. Ai-je été clair mon ami?

    Makola-Ngoma dimanche 25 mars 2007, 20:20
    A mon compatriote le démocrate

    Je respecte vos opinions et sachez que je ne vous en veux pas, notre débat devra simplement se situer au niveau des idées et ceci pourrait servir d'exemple.
    Je pense que ceux qui veulent de SASSOU comme sauveur sont minoritaires car quand on a rien à manger et que la soif est quotidienne, on ne s'accroche pas aux basques de votre Otchombé adoré; monsieur le démocrate réveillez vous et promenez-vous dans la pays et vous contasterez les dégâts.
    Ce qui compte pour moi c'est le bonheur du peuple congolais du Nord au Sud de l'Est à l'Ouest, de la forêt jusqu'à la savane et de la savane jusqu'à la mer.
    Le tribalisme mine notre pays depuis des décennies, nous avons pris du retard.Au premier semestre 2006, le pétrole a rapporté au CONGO une somme de 3000 milliards de Fcfa; demandez à votre protégé ce qu'il a fait de ce pactole?

    Richard dimanche 25 mars 2007, 21:51
    Mon cher Makola-Ngoma
    Ce ne sont que des rumeurs et ce ne serait pas digne qu'on les mette sur la place publique en tout cas pas sur mwinda qui se veut une reference en matiere d'information.
    Tout ce que nous voulons c'est de ne plus etre dirrigé par le plus idiot et le plus irresponsable des congolais. On serait plus heureux si democrate devenait un homme et briguait le pouvoir au lieu qu'il soit en train de soutenir l'un des dictateurs le plus corrompus qui regnent encore en Afrique. Ses problemes personnels font que l'un des pays le plus mal gouverné au monde soit delaissé dans une anarchie totale dans laquelle la lutte entre JDO et ses concurrents paralysent encore plus le fonctionnement de l'Etat.
    Après l'echec des negociations avec le FMI sur le budget 2007, le ministre de l'economie et celui du plan ont rejoint Sassou en France pour lui rendre compte du fiasco. on va vers la fin du 1er trimestre, le budget n'est pas voté, le pdt est a l'etranger en visite privée, les ministres s'affairent à former des partis bidons pour bien se positionner, democrate passe un peu de temps sur mwinda voila le Congo.

    Makola-Ngoma dimanche 25 mars 2007, 22:11
    A Richard,

    Merci de m'avoir répondu, je n'aime pas les rumeurs non plus.
    Le Congo Brazzaville est un grand véhicule conduit par un chauffeur qui ne sait passer que la marche arrière.
    Nous devrons lui reprendre les clefs de manière démocratique et non violente.
    Il faut qu'un jour nouveau se lève sur cette terre ancienne, généreuse, accueillante, attachante et si riche.
    Vive le CONGO éternel, la terre de nos ancêtres.

    Jean Okanga-Itoua dimanche 25 mars 2007, 22:24
    Sir Appolinaire Koulama tombe à pique, je commençais déjà à m’ennuyer de vous. Votre discours demeure inchangé. Ce n’est pas la rumeur qui fait la vérité. Je crains que ce que vous dites ne soit qu’un tissu de faussetés. Vous ne faites qu’affirmer mais vous ne faites aucune démonstration. Résumer tous les ratés d’un système par le tribalisme «nord/sud?» est absurde. Il faut savoir faire la part des choses. En effet, lorsqu’on a un fardeau, on manque d’objectivité. Sir Appolinaire, la dictature va un jour passer mais après la dictature, il va falloir dialoguer avec tous les congolais. N’oublier pas que pour dialoguer ça va nous prendre des partenaires. Mais, ce discours politiquement impopulaire risque de nuire à l’unité des congolais. À qui profite un Congo déchiré?



    cherie lundi 26 mars 2007, 01:44
    Malonga Ambroise Hervé (notre futur ministre de la communication) et Ibovi. 6H30 à 7H00
    http://www.rfi.fr/radiofr/statiques/journauxAfrique.asp
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :