•               La fraternelle militaire & maçonnique de réconciliation    

     

                                                                        

     

    Après le désastre  électoral du siècle, des turpitudes comme suite du  programme…<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

     Dans des conditions normales, après la pluie, le beau temps finit de toute évidence par s’imposer. Dans des conditions anormalement déformées par <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la Nouvelle Esperance" w:st="on"><st1:PersonName ProductID="la Nouvelle" w:st="on">la Nouvelle</st1:PersonName> Esperance</st1:PersonName>, le désastre électoral ibovien n’est que le  prélude à une période encore plus sombre. Et dorénavant, dans tous les tréfonds congolais, où qu’il se porte, le regard n’enregistre que morosité, mollesse et manque d’esprit de créativité. L’enthousiasme, depuis longtemps disparu, semble définitivement fuir notre pays.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Il ne s’agit pas d’une fatalité des temps modernes, car, certains pays africains comme le Bénin réussissent à tirer leur épingle du jeu.  Le Mali continue d’écrire son destin, influent encore et toujours, partout en Afrique. Quant à notre géant voisin, <st1:PersonName ProductID="la RDC" w:st="on">la RDC</st1:PersonName>, après avoir réussi  avec brio son premier test électoral, il est en train de réinventer sans cesse son miracle, éclatante de créativité et de bonne humeur.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Pendant ce temps, au «  pays de Marien » l’intrigue et la médiocrité dansent une sorte de guigne incessante. La course sans merci aux détournements bien organisés  lors de ces pseudo « municipalisations accélérées » n’est plus qu’un secret de polichinelle. S’il est désormais établi que  les projets de  la ville d’Owando étaient basés sur la conjecture, il n’en est pas moins vrai  que les 100 milliards de FCFA consentis à cette occasion ont bien été redistribué aux courtisans, natifs de la cuvette.  En réalité, c’était une occasion inespérée pour Lékufé et son ancien compagnon du CMP, le Général Yhombi  Opango d’aplanir leurs divergences. Ce dernier, pour avoir eu la mauvaise idée d’être Président du Congo alors que le natif d’Edou était encore vivant, l’a appris à ses dépens. Il fut sévèrement puni par une longue et pénible mise à l’ombre de 11 ans sans jugement pour une banale histoire de lit de Conforama, mais surtout, Mwana ya mâ Bondo fut  parmi ceux qui subirent les  préjudices de tous ordres lors de la guerre du 5 juin 1997. Aussi, cette pseudo réconciliation restera  un non évènement dans la mémoire collective des congolais.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Pourquoi notre pays, riche de tant d’intelligences et de ressources minières, cultive-t-il, presque seul cette culture de morosité proche du morbide ?<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Des deux choses l’une : Sassou est bien au fait de l’état de déliquescence actuelle  du Congo sur tous les plans, mais n’ayant  aucune quelconque ambition pour ce pays, il a délibérément opté pour  une logique de naufrage collectif  dont ils sont,  lui et sa famille les seuls à avoir les bouées de sauvetage. Autre hypothèse,  il est dans la situation de l’impératrice Cathérine II de Russie au 18ème siècle qui, emmurée dans une tour d’ivoire, mais surtout entourée d’une cohorte des incompétents courtisans et profiteurs, incapables d’élever <st1:PersonName ProductID="la Russie" w:st="on">la Russie</st1:PersonName> au rang de grande puissance à l’instar de l’Angleterre , de <st1:PersonName ProductID="la France" w:st="on">la France</st1:PersonName> ou des Etats-Unis naissants,  se contentaient de lui mentir sur la situation désastreuse du pays,  l'archaïsme étant de mise dans tous les domaines : économique, politique, social, culturel. La ressemblance est troublante avec le Congo actuel. Conséquence directe d’un Etat policier, Sassou est devenu réfractaire aux bains de foules qui étaient à la base de la légendaire  popularité de Marien NGouabi. Pour ses déplacements, « L’homme des masses » préfère les chars aux voitures légères. C’est d’une affligeante tristesse !!<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Dans les deux hypothèses, il est pleinement responsable  du sort de notre pays, car sa gestion calamiteuse et familiale des recettes pétrolières n’est pas  digne d’un Président-patriote. Le  Congo, ce pauvre pays et non pays pauvre, a besoin  d’un héros qui se dévoue pleinement pour le tirer de ce mauvais pas et non d’un roi fainéant.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Sourd aux exigences d’une  digne ouverture  politique, Sassou a tenu  organiser les élections législatives de façon unilatérale, refusant obstinément la mise en place d’une CENI, voulant une fois de plus réaliser le tour de force dont son parti, artificiellement hégémonique a le secret. Le fiasco a été tellement patent  qu’ils sont en train de se mordre les doigts. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Ce mauvais calcul  a d’ores et déjà eu plusieurs conséquences qui pourraient modifier les rapports de force au sein d’une société bâillonnée par un Etat policier. C’est la première fois en dix ans  d’une autocratie inaugurée par l’éviction, le 15 Octobre  1997, de Pascal LISSOUBA, que  le pouvoir de Sassou est entrain de subir des sérieux coups de boutoir  de la communauté internationale. Ses richesses thésaurisées aux quatre coins  de la planète, sur le dos du contribuable congolais, sont désormais étalées au grand jour.

    <o:p> </o:p>

    Sous les projecteurs des médias sur le perron de l’Elysée,  l’image d’Epinal, entretenue par le service de communication de Sassou, composé essentiellement des prédateur sans foi ni loi, cette image disais-je, s’est brisée par des propos consternants, sans aucune prise sur la réalité.

    <o:p> </o:p>

    Et elle n’a fait  que  propager,  aux USA,  en Angleterre et en France notamment, l’image d’un Congo  où, somme toute, on ne fait que jouir  gaiement des abondantes recettes pétrolières. Après la tourmente médiatique provoquée par les maladresses de Sassou qui ont  mis à nu la nature du régime, Oyo ne chante ni ne danse déjà plus comme avant. Le sort semble désormais s’acharner sur la mafia de Mpila. Après les péripéties de la villa «  Suzette » du Vésinet, les partisans de URD-Mwinda  lui ont fait un véritable pied de nez  lors des funérailles de l’ancien Premier Ministre. La vraie fausse arrivée de Ntoumi à Brazzaville ce samedi 8 septembre a mis jour les failles de ce régime moribond.

    <o:p> </o:p>

    Plus qu’un devoir, nous avons l’obligation d’accompagner cette modification des rapports de force, afin de porter un coup fatal à l’arme principale de ce régime : la peur  distillée au sein de la population. Les associations et les partis politiques jusqu’ici réduits au silence pourraient, dans ces conditions, renaître progressivement de leurs cendres

    <o:p> </o:p>

    De Brazzaville à Paris, en passant par Londres et New-York, les grosses pointures de la presse internationale mettent Sassou dans leur collimateur, ce qui préfigure d’un infléchissement de sa puissance. L’insoutenable réalité qu’ils dénoncent chaque jour brise l’armure  derrière laquelle se cache  ce régime honteux et autiste. Le propre des régimes autistes c’est de ne jamais accepter la critique ni de débat contradictoire qui restent pourtant les racines du progrès dans l’ordre du matériel comme dans celui  de l’idéel. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Tel un automate, ce pouvoir avance à hue et à dia, fermant les yeux et se bouchant les oreilles pour ne pas voir  les douleurs des parents  des Disparus du Beach, ni entendre  les  revendications du peuple congolais privé d’eau, d’électricité, et des soins de santé  adéquats, afin de  s’emparer impunément des recettes pétrolières exorbitantes.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Sa seule réponse aux critiques qui mettaient en doute la réalité de la démocratie au Congo fut, jusqu’ici, de vilipender ses auteurs, «jaloux de la réussite du Congo, notamment d’avoir atteint le point de décision de l’initiative PPTE». Un riche qui sollicite le statut de pauvre. C’est pitoyable !!

     

    Sassou installe chaque jour une chaotique par le biais de laquelle il entend réaliser ses desseins aux contours flous.  Malgré le ralliement de Kolelas à sa cause, Sassou et ses stratèges savent qu’une élection présidentielle organisée dans les conditions de transparence et d’équité, ne lui donnera aucune chance. Et croyez-moi, il ne prendra aucun risque d’affronter le suffrage des congolais en 2009. Pour assurer la pérennité de son régime, il modifiera la constitution déjà taillée sur mesure, il l’adaptera aux exigences de la laideur morale en créant un poste de Vice-Président qu’il attribuera bien entendu, au doyen de son assemblée croupion : Bernard Kolelas Bakana.  En organisant une élection présidentielle par les  « élus nommés », restera à l’assemblée issue des  législatives chaotique  de 2007 pour entériner ce hold up électoral. Le tour sera joué et une fois de plus, le peuple congolais ne verra que du feu.<o:p></o:p>

     

     

    Notre planète  abrite encore des dictatures, ainsi je ne peux qu'aimer et vouloir la démocratie avant tout. Cette envie anesthésie le temps que je perdrais à comprendre et à critiquer tous ceux qui feront fi de cette grande avancée humaine. Il nous incombe donc de conjurer ce tragique destin qui semble enfermer notre pays dans une histoire trop difficile dans laquelle nous ne serons plus maîtres. S’installera alors le royaume de l’obscurantisme.

     

    Un jour, bien sûr, la vérité et ses douleurs finiront par s’imposer. D’autant que, à long ou moyen terme, l’honneur et l’histoire de notre peuple exigeront que l’on mette notre pays sur la seule marche qui vaille : la plus haute.

    <o:p> </o:p>

    Djess dia Moungouansi<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le blog de Djess<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Perspectives congolaises<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    http://demainlecongo.oldiblog.com/

     

    Cet article a été également publié sur les sites suivants:

    http://www.mwinda.org/index.php?option=com_content&task=view&id=77&Itemid=1<o:p></o:p>


    1 commentaire
  •  

    Le coup d'Etat du 5 juin : 2e partie

    http://www.youtube.com/watch?v=McDSSo7HoV4


    votre commentaire
  •                                                                            

                                  

    Comment la Françafrique a permis le retour de l'ordre Kaki au Congo sur fond d'assassinats, d'intrigues et d'installation de la dysharmonie sociale.

    Témoignages de Koukébéné, André Milongo, Yhombi Opango etc..

    Pour voir la vidéo, cliquez ci-dessous

     

    1ère Partie

    http://www.youtube.com/watch?v=17bmxTs_jXU    

     

     

    Le coup d'Etat du 5 juin : 2e partie

    http://www.youtube.com/watch?v=McDSSo7HoV4 

     

     

     

    Le coup d'Etat du 5 juin : 3e partie                  

    http://www.youtube.com/watch?v=zbLqSWD_HY0&NR=1

     

     

     

    Le coup d'Etat du 5 juin : 4e Partie

     

    http://www.youtube.com/watch?v=el5U3O3eh8Y      

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires